NON aux 'épreuves ponctuelles' pour les élèves inscrits au CNED réglementé

NON aux 'épreuves ponctuelles' pour les élèves inscrits au CNED réglementé

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !
Quand elle atteindra 5 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
ZZ CNED a lancé cette pétition adressée à Jean-Michel Blanquer (Ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports) et à

Pour l'annulation des ''épreuves ponctuelles'' du bac 2021 pour les élèves de terminale inscrits au CNED en réglementé:

Suite aux annonces du ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports Jean-Michel Blanquer du jeudi 05 novembre 2020, nous apprenons que les E3C sont annulées et remplacées par le contrôle continu pour tous les lycéens inscrits dans un établissement sous contrat.

Ces E3C, ou épreuves communes de contrôle continu, sont des épreuves d'histoire-géographie, enseignement scientifique, LVA et LVB, et sont passées en trois sessions différentes, deux sessions d 'épreuves en première et une session en terminale. Pour les élèves de terminale, les mesures annoncées par le ministre concernent donc cette troisième session d'épreuve qui devait se tenir au 3ème trimestre.

Ces mesures que nous saluons sont de toute évidence indispensables pour préparer les épreuves terminales et travailler les programmes des différentes matières dans de bonnes conditions.

   Cependant à ce jour, presque quatre mois après les annonces du ministre, un problème se pose. Une partie des lycéens du système français sont délaissés, sans raison apparente. Il s'agit des élèves inscrits au CNED, et cela malgré leur statut réglementé, donc candidat scolaire, exactement comme les élèves inscrits dans des établissements sous contrats en présentiel. Ces élèves sont dans une situation particulière; il ne passent pas d' E3C mais des ''épreuves ponctuelles''. Quelle différence avec les élèves en établissement? Premièrement , les élèves du CNED n'ont pas passé d 'épreuves en première pour les matières concernées, et il est prévu qu'ils passent une seule session d'épreuves (et non pas 3 sessions comme les élèves des lycées) , et cela au 3ème trimestre, comme pour les lycéens en présentiel avant les annonces du ministre. On voit donc déjà une inégalité à la base dans la réforme , puisque les élèves du CNED règlementés ne sont pas évalués de la même manière que les élèves en présentiel, alors qu'ils ont le même statut. Aujourd'hui cette inégalité va donc priver les élèves du CNED règlementé d'avoir le contrôle continu, créant ainsi une réelle injustice. 

    Aujourd'hui selon les dernières informations, le passage de ces épreuves ponctuelles est bien officialisé par un BO paru le 25/02/2021 : https://www.education.gouv.fr/bo/21/Hebdo8/MENE2106042N.htm (rubrique 1.c). Tous les élèves du CNED sont concernés , sans distinction entre les libres et les règlementés alors que ces derniers sont des candidats scolaire. Cette officialisation intervient très tard, seulement 2 mois avant les épreuves, ce qui laisse peu de temps pour se préparer.Notons que jusqu'à cette officialisation, le ministère de l'éducation nationale avait clairement notifié aux élèves du CNED règlementé qu'ils bénéficieraient du contrôle continu, et cela dans plusieurs échanges sur Messenger (je vous laisse voir par vous même:  http://image.noelshack.com/fichiers/2021/10/7/1615739203-f85597a4-0ab1-4471-be95-cd85feea1b71.jpeg ) et plusieurs académies dont le SIEC de Paris avaient également donné cette information à travers différents mails. Ce BO du 25 février à donc été un réel choc pour tous les élèves, qui se préparaient depuis plus de 4 mois à un contrôle continu et non pas à des épreuves ponctuelles.

  Les raisons de cette décision du ministre restent très floues, le ministre se serait exprimé sur la question devant le Sénat en justifiant sa décision par le fait que nos devoirs sont fait à la maison ce qui rendrait les notes inutilisable pour un contrôle continu. Cependant les bulletins des élèves au CNED règlementé, à la différence des libres, sont officiellement reconnus par le ministère de l'éducation lui même; ces élèves ont exactement le même statut que les élèves en lycée public ou privé sous contrat, il est donc parfaitement inconcevable de créer une catégorie à part pour les élèves du CNED règlementé. En outre, les élèves des lycées ont également un nombre conséquent de devoirs maisons, et les professeurs sont souvent cléments dans leur notation (en particulier depuis l'annonce du contrôle continu) ce qui n'est pas le cas des professeurs du CNED qui notent assez sévèrement sur des devoirs sont le niveau est bien plus élevé que ceux des lycées publics.

   Rappelons également que ces elèves sont bien souvent seuls dans leurs apprentissages, ne bénéficiant d'aucune aide de professeurs à part quelques créneaux téléphoniques mis en place par le CNED pour contacter des tuteurs, mais bien sur cela reste dérisoire. Ces élèves sont livrés à eux-mêmes, sans compter que beaucoup sont au CNED pour des problèmes de santé ce qui rend leurs apprentissages encore plus compliqués. Pour l EPS, ils n'ont aucun coach pour les accompagner, et en ces temps de pandémie il est impossible de se rendre en salle, et le confinement passé ainsi que le confinement à 18 h empêchent les élèves de se préparer à cette épreuve. 

   Les annonces du ministre Jean-Michel Blanquer du 05 novembre concernant le contrôle continu pour les E3C ont suscité un espoir chez tous ces jeunes contraints d'étudier seuls chez eux (car oui très peu sont au CNED par choix) , un espoir de réussir le baccalauréat, un espoir d'avoir un avenir. Pour beaucoup d'entre eux, c'était la lumière au bout du tunnel. Aujourd'hui et pour des motifs assez douteux et incompréhensibles on leur enleve cette chance de bénéficier du contrôle continu, cette chance de mieux aborder leurs cours, avec moins de pression, cette chance de pouvoir mieux se concentrer sur les épreuves terminale de philosophie et du grand oral, et de réviser sereinement leurs programmes de spécialités qui sont indispensables pour bien aborder l'enseignement supérieur . 

Ces jeunes sont donc les élèves sacrifiés, seulement parce qu'ils ne peuvent se rendre dans un lycée, pour la plupart à cause de maladies , phobie scolaire , activités sportives... Seraient-ils alors sanctionnés de ne pas ''être comme les autres" ..? 

 

Nous demandons donc au ministre de renoncer à la tenue de ces épreuves ponctuelles pour les élèves inscrits au CNED en réglementé au profit du contrôle continu et de l'annoncer au plus vite sous risque de voir des conséquences désastreuses sur les élèves, aussi bien sur l'efficacité de leur travail que sur leur état psychologique.

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !
Quand elle atteindra 5 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !