Victor et Mickael risquent l'exclusion pour s'être mobilisés! Abandon des poursuites!

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


La présidence de l’Université de Nanterre a interdit l'accès du campus à Victor et Mickaël, étudiants et militants à Nanterre. Pas de vacances pour la répression…

### MISE A JOUR du 17 janvier ###
On vient d'apprendre que Mickaël et Victor sont convoqués en section disciplinaire. Ils risquent l'exclusion! Balaudé s'acharne, il veut leur faire payer le prix de leurs engagements militants. En se prenant à ces camarades, ils cherchent non seulement à les exclure mais aussi à intimider l'ensemble des étudiants mobilisés. Mais ils n'y arriveront pas, un rassemblement est prévu à Nanterre le lundi 21 janvier à 12h30 devant le Conseil d'administration au bat. B (https://www.facebook.com/events/380896072668751/
Abandon des poursuites !

Mickaël et Victor, militants de l'UNEF Nanterre, viennent de recevoir chacun un arrêté de Jean-François Balaudé, Président de l'université Paris-Nanterre, leur interdisant d'accéder aux locaux de l'université du 7 janvier au 5 février 2019 ! On leur reproche d’avoir appliqué, comme bien d'autres étudiant-e-s, des décisions prises à l’Assemblée Générale de la fac. La grève et le report des partiels ont ainsi été votés à une large majorité à l'AG (du 13 décembre, réunissant 2000 personnes), afin de permettre aux étudiant-e-s de se mobiliser sans être pénalisé-e-s par leur absence aux partiels.
En effet, depuis plusieurs semaines, de nombreux.ses étudiant-e-s de Nanterre font grève contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s passant de 2 770€ à 3 770€ l'année. Bien qu'opposé•e•s en théorie à cette réforme, la Présidence de l'Université a tout fait pour briser ce mouvement : vigiles privés avec chiens, interdiction de pénétrer dans les bâtiments pour des militant-e-s, CRS présents aux abords de l'université, etc. Et maintenant, J-F. Balaudé fait, une fois de plus, le choix de la répression en décidant seul d’interdire à nos camarades d’accéder aux locaux universitaires pendant 1 mois. Cette décision est d'autant plus incompréhensible que Victor en tant qu’élu UNEF à la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) et à la section disciplinaire, doit se rendre à l’université pour participer à ces instances. Elle revient donc à l'empêcher de remplir son mandat de représentant des étudiants.

Ce n'est pas la première fois que J-F Balaudé réprime les militant-e-s de l’université de Nanterre et... notamment Victor ! Le 9 avril dernier, lors du mouvement contre Parcoursup, 7 étudiants ont été arrêtés lors d'une AG  suite à l'intervention des CRS, demandée par la présidence. 3 d'entre eux ont eu des poursuites judiciaires aboutissant le 17 octobre dernier à la condamnation de Victor à 4 mois de prison avec sursis et à 6 mois de prison ferme pour Roga, un militant associatif. Ils ont tous les 2 fait appel de leur condamnation. La présidence de l’université a dû reconnaître sa part de responsabilité : engagement à soutenir les militant•e•s  poursuivi•e•s, “regret” et “excuses” pour les événements de la journée de 9 avril… Des paroles et des actes : alors que Victor est, comme Roga, en plein dans sa procédure d'appel pour obtenir sa relaxe et que la présidence de l’université est donc sensée le “soutenir”, elle rajoute aujourd'hui à la procédure judiciaire déjà en cours : cet arrêté et des menaces de poursuites disciplinaires ! Nous ne pouvons que dénoncer une telle hypocrisie et cet acharnement répressif contre Victor, encore une fois pour ses activités militantes.
C'est pour cela que nous exigeons fermement la relaxe pour Victor et Roga, aller en AG n'est pas un crime!

À Nanterre, Balaudé cherche à faire des exemples, pour intimider le reste des étudiant-e-s mobilisé-e-s.   
Nous ne pouvons évidemment pas accepter cette décision de la présidence de l'Université de Nanterre et nous ne la laisserons pas passer : il s'agirait d'une nouvelle accélération de la répression sur la fac. Victor et Mickaël doivent pouvoir circuler librement au sein de l'Université ! Ces arrêtés doivent donc être immédiatement retirés et la présidence doit renoncer  définitivement à toute menace de procédure disciplinaire, civile ou juridique à l'encontre des militants qui continuent à se battre depuis la rentrée pour une université publique accessible à toutes et tous.

Premiers signataires :

UNEF Nanterre, CGT éduc'action 92, FSU 92, Fédération SUD Education, SNJPES PJJ FSU, Sud Poste 92, FERC CGT, Info'Com CGT, UNL 92, SGL, FIDL, 
Ecologie sociale, NPA, PCF, GDS,

Si votre organisation souhaite signer cet appel n'hésitez pas à nous contacter sur change.org 


*Intervention du président de l'Université de Nanterre lors de l'AG étudiante du 19 avril 2018
**Motion adoptée à l’unanimité par le CA de la fac de Nanterre le 15 octobre 2018

Pour avoir des informations au jour le jour sur la campagne contre la répression à Nanterre et sur la mobilisation contre la hausse des frais d'inscription n'hésitez pas à liker la page facebook :
Nanterre Vénère en lutte https://www.facebook.com/NTRVNR/



Nanterre compte sur vous aujourd'hui

Nanterre MOBILISÉE a besoin de votre aide pour sa pétition “Jean-François Balaudé: militer n'est pas un crime! Abandon des poursuites contre Victor et Mickael!”. Rejoignez Nanterre et 1 005 signataires.