Petition Closed

Revoir la décision politique d'implanter 33 antennes wi-fi public à Namur

167
Supporters

Impact du wi-fi sur la population :

Rappelons avant tout que le wi-fi émet des ondes électromagnétiques artificielles pulsées et que celles-ci ne sont hélas pas sans effet.

Le caractère continu de l’exposition peut même rapidement favoriser la survenue des troubles suivants: maux de tête, problèmes de mémoire, de sommeil, troubles de l’apprentissage, tumeur cérébrale, fatigue chronique, dysfonctionnement du système immunitaire, palpitations cardiaques, acouphènes, éruptions cutanées, … etc.

Quelques réactions du monde scientifique et politique :

En 2010, la Commission présidentielle Cancer (France) déclare que les enfants « sont particulièrement fragiles en raison de leur petite masse volumique et leur développement physique rapide, la combinaison des deux amplifiant leur vulnérabilité aux cancérogènes connus y compris aux radiations ».

En 2011, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a reconnu officiellement que les rayonnements électromagnétiques de haute fréquence sont potentiellement cancérigènes pour l’être humain.

En janvier 2015, la loi française interdit le wifi dans les crèches et réduit son utilisation dans les écoles primaires (uniquement à des fins pédagogiques limités).

Pourtant, alors que la couverture réseau est déjà amplement suffisante à Namur, la Ville a décidé d’y ajouter 33 antennes pour la mi-juillet. A certains endroits, 300 utilisateurs pourraient surfer simultanément, créant, on l’imagine, un brouillard d’ondes sans précédent. Dans le cas de l’installation massive de ce wi-fi, l’aspect sanitaire n’a, de toute évidence, pas été pris en compte malgré les nombreuses mises en garde des médecins et scientifiques (voir entre autres l’ « Appel de Fribourg » signé par un millier de médecins et scientifiques en 2002, le rapport Bioinitiative 2012, …).

La question qui s’impose est :

Accepte-t-on d’hypothéquer gravement notre santé et celle de nos enfants pour laisser une technologie prendre le pas sur notre vie ?

La réponse d’AREHS (Association pour la Reconnaissance de l’Electro-HyperSensibilité) est très claire.

C’est pourquoi nous appelons les politiques namurois, en particulier Mr Sohier, échevin de la Santé et de la promotion du concept de« ville numérique », à respecter le principe de précaution et à revoir leur décision en raison du danger sanitaire qu’ils font courir à la population.

Note : Principe de précaution = Mesures de protection de la santé prises par les pouvoirs publics pour éviter les risques liés à l’utilisation d’un produit en cas de doute sur le danger qu’il représenterait.

This petition was delivered to:
  • Bourgmestre de la ville de Namur
    Mr Maxime Prévot
  • échevin namurois de la santé et du concept de ville numérique
    Mr Baudoin Sohier

    www.arehs.be started this petition with a single signature, and now has 167 supporters. Start a petition today to change something you care about.