Petition update

A la suite de la remise de la pétition à la présidence de la république

Michèle VIANÈS
France

Dec 8, 2017 — Nous avons remis hier la liste des 13 603 signataires de la pétition ainsi que les commentaires à l’Elysée à la Conseillère pour l’Inclusion, l’Egalité femmes-hommes et la Citoyenneté.

Merci à Dany Sol qui a écrit un commentaire sur l’effet délétère du voilement sur le cerveau de contacter rdf@regardsdefemmes.com.

Nous avons commencé par faire une brève synthèse des milliers de commentaires émis par les signataires.
Les mots décrivant la situation subie par les petites filles : emprisonnement, mise en cage, asservissement, endoctrinement, culpabilisation, aliénation, humiliation, plusieurs ont parlé d’enterrement, de crime, de crime contre l’humanité de l’enfance.
L’indifférence inacceptable ou la lâcheté des adultes sur cette perversion sexuelle ont été largement dénoncé.
La confirmation par le corps médical des effets néfastes sur la santé physique et mentale et le développement cognitif et social des fillettes.
Puis nous avons énoncé nos demandes. Voici le document remis :
Le Président de la République a fait de l’Egalité femmes/ hommes, la grande cause nationale de son quinquennat.
Cet engagement impose de se concentrer sur des sujets fondamentaux au nombre desquels les signataires comptent la protection des petites filles contre l’enfermement par le voile islamiste et leur endoctrinement dans une vision hiérarchisée des sexes car de telles pratiques obèrent le futur de celles qui en sont victimes.

L’idéologie d’exclusion véhiculée par le voilement est en soi la stigmatisation des filles en tant qu’être inférieur, objet d’appropriation familiale ou maritale et, comme telles, interdites d’espace public. Elle est intrinsèquement contraire au principe d’égalité entre les filles et les garçons énoncé tant par la Constitution que par le Droit européen. Les normes religieuses ne peuvent prévaloir sur les principes de la République et supplanter la Loi.

Le voilement des petites filles de filiation musulmane ayant, hélas, une très inquiétante tendance à se répandre, les signataires de ce texte demandent en conséquence que l’Etat leur accorde sa protection à laquelle, comme toute personne vivant sur le territoire de la République, elles ont droit.

Les signataires demandent des mesures concrètes et des actions de la part des services de l’Etat et notamment :
• Inviter les parquets à alerter les juges pour enfants et les services sociaux.

• Veiller à ce que les services de la Protection Médicale Infantile prennent en compte cette situation d’enfance maltraitée, dont la santé physique et psychique et le développement cognitif et social sont en danger.

• Rappeler aux responsables religieux qu’aucun alibi religieux, cultuel ou culturel, ne saurait justifier cette appropriation familiale préparant la petite fille à la servitude volontaire ainsi qu’à être visuellement exclue de l’espace public.

• Promouvoir dans les programmes scolaires l’éducation à l’égalité entre filles et garçons.

• Former les agents de l’Etat et les personnels sur cette maltraitance qui, outre qu’elle véhicule l’interdit du vivre, sexualise le corps d’enfants, les exposant aux fantasmes de prédateurs masculins à qui l’interdit des violences envers les filles n’a pas été posé.

• Interdire, poursuivre et sanctionner cette grave maltraitance est un devoir de la République qui, sur son sol, ne peut admettre que l’on inculque à des fillettes l’infériorité du féminin et la honte de leur corps.

Ces différentes mesures pourraient être consignées dans une circulaire d’instruction adressée aux préfets, donc à tous les services de l’Etat, et aux parquets, premiers garants de l’enfance en danger.
La Conseillère a bien entendu les revendications émises. L’échange a été positif. Le recueil des effets sur la santé physique et mentale et le développement cognitif et social des fillettes va permettre d’avancer sur cette grave question d’enfance en danger. Nous suivrons de très près les mesures prises.


Keep fighting for people power!

Politicians and rich CEOs shouldn't make all the decisions. Today we ask you to help keep Change.org free and independent. Our job as a public benefit company is to help petitions like this one fight back and get heard. If everyone who saw this chipped in monthly we'd secure Change.org's future today. Help us hold the powerful to account. Can you spare a minute to become a member today?

I'll power Change with $5 monthlyPayment method

Discussion

Please enter a comment.

We were unable to post your comment. Please try again.