Pétition fermée

Arrêtez le massacre de chiens à Dakar

Cette pétition avait 2 153 signataires


L’empoisonnement est la mesure la plus courante employée par le service d’hygiène du gouvernement sénégalais afin de réduire la population de chiens errants mettant ainsi la vie d’enfants, d’adultes, d’animaux de compagnie et bétail en danger. En plus d'être barbare, cette mesure est contre-productive à l’élimination de maladies telles que la rage, l’un des objectifs principaux de ces campagnes. Des organismes tels l’Organisation Mondiale de la Santé et Mission Rabies le disent. Pour éradiquer la rage d’une région sur le long terme, une seule solution est efficace : la vaccination !

Durant les mois de mars et avril, 2 campagnes de ce style ont été menées par la commune de Ngor tuant ainsi une centaine de chiens dans les Almadies et les alentours de Ngor.

La nuit, des morceaux de viandes empoisonnées ont été jetés dans les rues. La toxine utilisée (strychnine) est un poison violent qui peut être mortel pour les chiens et autres animaux, ainsi que pour les hommes dans les 2h après exposition. Une charette vient ensuite ramasser les cadavres...

Les résidents vivants dans les quartiers ciblés ont reporté ne pas avoir été prévenu alors que la municipalité se devait de les avertir.

Par conséquent, les enfants qui jouent dans les rues, et particulièrement les bébés, risquent en touchant ou inhalant la viande empoisonnée de contaminer leurs vêtements ou eux-mêmes. La viande empoisonnée qui n’a pas été collectée et donc oubliée peut aussi contaminer des animaux domestiques, des chèvres, des moutons ou des poulets, causant des pertes financières aux familles qui les gardent comme bétail. Les chats et autres animaux en contact avec ces appâts empoisonnés peuvent être infectés. Assister à la douleur et l’agonie que subissent ces animaux peut aussi être un stress supplémentaire aux résidents des quartiers touchés, sans parler des propriétaires, les victimes collatérales.

Nous, membres de la LPA, sommes aussi inquiets que ces campagnes d’abattages aient des conséquences inattendues telles que l’augmentation de la population des chiens errants ainsi qu’une propagation de la rage et autres maladies inhérentes aux chiens.

Ces abattages n’ayant pas fait la différence entre les chiens errants et les chiens des rues stérilisés, vaccinés et en bonne santé dont s’occupent notre association, les gardiens et autres résidents, ont eu un effet contraire à celui espéré car ils n’ont fait qu’empirer la situation. Ces chiens des rues en bonnes santé ont été remplacés à nouveau par des chiens errants qui ont pris possession du territoire libre. Ces abattages peuvent donc aussi avoir un impact négatif sur la propagation de la rage. Il n’y a qu’une seule solution pour l’éradication de cette maladie : atteindre un taux de vaccination de minimum 70% de la population des animaux !

Le gouvernement, les propriétaires de boules de poils, citoyens concernés et association pour la protection animale telle que la LPA, veulent voir la population de chien gérée afin d’assurer qu’ils soient en bonne santé et soignés ainsi que d’assurer la réduction des maladies animales contagieuses. De nombreuses études épidémiologiques et écologiques montrent que l’abattage par empoisonnement des chiens est cher et inefficace sur le long terme.

Nous vous demandons de mettre en place un programme de gestion des chiens plus humain incluant un système de stérilisation et de vaccination des animaux de quartier.

La Ligue pour la Protection des Animaux à Dakar



Ligue pour la Protection des Animaux à Dakar compte sur vous aujourd'hui

Ligue pour la Protection des Animaux à Dakar a besoin de votre aide pour sa pétition “Gouvernement Sénégal: Arrêtez le massacre de chiens à Dakar”. Rejoignez Ligue pour la Protection des Animaux à Dakar et 2 152 signataires.