Sauvez le cèdre du Moyen Atlas !!! Une responsabilité nationale et universelle !!!

0 a signé. Prochain objectif : 75 000 !


L'engagement dans le processus de restitution des cèdres affectés par tous les abus des surexploitation , des braconnages et effets de la secheresse., ne peut etre réaliser que par une politique de  reboisement  globale , dans le cadre de réhabiliter les écosystèmes en parallèle avec le programme du haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification de (2015_2024 ) , Outre l'intégration des programmes éducatifs aux écoles et autres formations relevant de l'associatif , sous couvert des médias afin d'aiguiser l'esprit citoyen constructif œuvrant pour le bien être de son environnement ......la tâche n'est pas aiseé si l'on ne dispose pas de moyens techniques et financiers , d'ou la nécessité d'organiser des rencontres avec la participation des spécialistes en la matière....le but affiché : un cèdre pour chaque citoyen .....

Les forêts sont indispensables à l'homme et sont les poumons de la planète : elles régulent les équilibres climatiques, assainissent l’eau, empêchent l’érosion des sols, abritent une biodiversité exceptionnelle et subviennent aux besoins alimentaires de nombreux peuples autochtones.La dégradation de la forêt résulte de certains facteurs de pression dus aux activités humaines abusives (surexploitaion et surpâturage) outre le manque manifeste des précipitations de pluies et des neiges causé par le réchauffement climatique.

Le rythme de l'exploitation anarchique de la forêt du Moyen Atlas met en péril le patrimoine forestier notamment la cédraie d'Ajdir Izayanes à Khénifra et celle de Tikajouine , Ait Hnini , la liste des zones touchées est longue à savoir les cédraie de Midelt , Azrou, Ifrane, Boulmane,Talzemt (Immouzer Marmoucha) , Ahermoumou , la forêt de Dahdouh (région de Ketama au Rif ) et enfin dans le Moyen Atlas oriental (Tazekka région deTaza).

Le manque d'effectifs suffisants en personnel technique forestier et les difficultés d'accès aux zones de concentration des cèdres, une tâche non aisée pour assurer une surveillance optimale des activités illicites des malfaiteurs organisés en bandes mafieuse...  ...d'où la nécessité de trouver une solution qui fera appel aux populations autochtones des régions les plus touchées par ce fléau afin de les intégrer dans un programme de lutte contre le vol de ce patrimoine sylvestre....

Il est temps de mettre tout le monde en état d'alerte afin de préserver tout ce qui reste de cette potentialité écologique et économique.

La menace planait depuis longtemps déjà sur le cèdre de l'Atlas, une espèce présente principalement au Maroc , la grande partie est logé au Moyen Atlas . Aujourd’hui, cet arbre est plus que jamais en danger. Il vient d'ailleurs d'intégrer la liste rouge des espèces menacées de l'UICN: (Union internationale pour la conservation de la nature).

Le Maroc détient une des plus fortes concentrations de cèdres dans le monde. Ces arbres, qui peuvent vivre pendant plusieurs siècles et atteindre 30 mètres et s’étendent sur 134.000 hectares dans le pays répartis dans le rif , le Haut Atlas et l'essentiel se trouve au Moyen Atlas.
Le réchauffement climatique a des répercussions néfastes directement sur l'homme et sur l'écosystème du Moyen Atlas qui est un milieu idéal pour la faune et la flore locales.

Vu l'importance du  "cèdre de l'Atlas "  à l'échelle mondiale, l'UNESCO avait  ajouté  ce patrimoine au réseau mondial des réserves de biosphère .

""Les forêts précédent les hommes , les déserts les suivent ""

Chateaubriand