POUR LE RENVOI DE CHRISTINE ANGOT

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


  Le 30 septembre a été diffusé la cinquième émission de la saison d'On n'est pas couché au cours de laquelle une violente altercation a éclaté entre Christine Angot et Sandrine Rousseau, députée EELV venue présenter son livre Parler où elle raconte l'expérience difficile de son agression sexuelle.

  On n'est pas couché est une émission de qualité qui laisse un espace de parole remarquable à ses invités, au contraire de beaucoup d'autres programmes télévisés aujourd'hui.
Or, avec l'arrivée dans l'émission de Christine Angot comme chroniqueuse, les limites de la décence ont été dépassées et cela n'a rien de surprenant venant de sa part.

  Le viol qu'a subi Christine Angot il y a longtemps ne lui donne aucun droit de pousser aux larmes son interlocutrice en lui hurlant dessus, encore vulnérable alors que l'affaire est toujours en justice. Aucun droit de faire preuve d'une telle violence en balançant son verre et ses papiers avant de quitter le plateau (séquence que la chaîne a préféré couper au montage). On attendait un débat, certes difficile, mais pas ce numéro cruel et gratuit dont l'extrait diffusé a suffit à rendre compte.

  Cet événement n'est pas un accident, tout le monde connaît Christine Angot et ses coups d'éclats sur les plateaux de télévision. Angot a prouvé lors de ses apparitions qu'elle était incapable de débattre ni de s'exprimer calmement sur de nombreux sujets. Je ne crois pas que Monsieur Ruquier soit naïf au point de ne pas se douter qu'avec cette personne ce genre de réactions allait se produire.

  À la question désespérée de Sandrine Rousseau « Mais comment on fait (pour parler des agressions sexuelles) ? » voici alors la réponse de Christine Angot, sortie de ses gonds : « On se débrouille !!! c'est comme ça ! ». Le message est clair, il est envoyé à toutes les femmes ayant subit une agression sexuelle. Quelle que soit son histoire, cette femme est responsable de ce qu'elle affirme et de la manière dont elle l'affirme.
Le public n'est bien entendu pas resté de marbre. Il a hué à raison les propos de Christine Angot qui a préféré fuir dans sa loge plutôt que de les assumer.

  On peut évoquer la décision de la chaîne d'avoir couper «  par élégance » la crise d'hystérie de Angot dont l'honneur est sauf alors que l'extrait de Sandrine Rousseau démunie et en larme a été préservé.

  Loin de défendre le « politiquement correct », nous ne sommes pas contre le débat et la confrontation, mais contre la cruauté et l'irrespect.
Sachant que ce genre de coups d'éclats va certainement se reproduire, et que nous avons assez de ces buzz permanents à la télévision, nous demandons, afin de préserver la qualité du programme, le renvoi de Christine Angot.



Auditeur compte sur vous aujourd'hui

Auditeur ANONYME a besoin de votre aide pour sa pétition “France télévision: POUR LE RENVOI DE CHRISTINE ANGOT”. Rejoignez Auditeur et 3 216 signataires.