Emmanuel Macron : Dissolvez le Parti des Indigènes de la République.

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Monsieur le Président de la République.

En 2006, fut lancé l'appel des Indigènes de la République, puis cet appel se transforma en mouvement militant, le Mouvement des Indigènes de la République, pour enfin aboutir à l'organisation politique actuelle, le Parti des Indigènes de la République, le P.I.R.

Si au départ, le but de cet organisation était louable, à savoir braquer les projecteurs sur l'histoire coloniale de la France et ses crimes, au fil des années, ce parti , qui même groupusculaire, a  pourtant fait des émules un peu partout, est tombé dans une dérive gravissime.

Cette organisation prône le séparatisme des populations issues des immigrations post-coloniales du reste de la société. Le Parti est ouvertement anti -Français, et a des liens très fort avec les mouvances islamistes internationales ( Frères musulmans) ansi qu'avec des organisations islamistes proches-orientales classées comme organisations terroristes par l' U.E ou d'autres institutions internationales. ( Hamas, Hezbollah...) 

La porte-parole de ce parti Mme Bouteldja, n'hésite pas à défendre des criminels comme Mohammed Merah, en les présentant comme des  victimes d'un supposé «racisme d'État», , et dans son dernier ouvrage « Les Blancs, les Juifs et nous» (ed.La Fabrique) étale son antisémitisme virulent sous couvert d'«antisionisme», et ne rate pas une occasion de clamer combien elle hait les peuples occidentaux.

Par ailleurs, le P.I.R ne fait pas non plus mystère de son homophobie, décrivant l'homosexualité comme un «complot occidental »contre les peuples du Sud. 

Monsieur le Président: ce parti politique et les thèses qu'il défend sont dangereux pour nôtre société . Cette organisation est en fait l'exact pendant des suprêmacistes de la supposé «race blanche» bien connus en Occident.

Les thèses défendues par le P.I.R visent bien moins à défendre les droits des minorités ethniques qu'à monter les composantes de la société les unes contre les autres, quitte à provoquer une guerre civile inter-ethnique et inter-religieuse.

Enfin, la posture victimaire permanente des prises de position du P.I.R est bien souvent mise en avant afin d'excuser les pires crimes, et en première lieu le terrorisme islamiste.

L 'influence du P.I.R et d'organisations similaires du même courant idéologique, celle de l'indigénisme, du racialisme, et de la différence des droits et devoirs sur base ethnique et confessionnelle, le tout sur fond d'exigence de repentance collective et permanente de la part du peuple français actuel dans son ensemble ( qui dans son écrasante majorité n'a colonisé personne, né après les indépendances maghrébines et africaine, ou bien trop jeune), a d'ores et déjà fait ses preuves. En pratiquant l'entrisme, les militants racialistes, qui refusent notamment les concepts d'universalisme et de laïcité, ont déjà conquis idéologiquement une bonne partie de la gauche. ( celle-ci ayant besoin de nouveaux  «damnés de la terre», sa base historique prolétarienne ayant fondu sous l'effet de l'économie-monde, pour continuer à exister politiquement.

Sauf que le véritable projet politique du P.I.R est en fait d'amener l'idée de vengeance post-coloniale, et donc de répondre à la violence du passé par une autre violence. 

C'est pourquoi, Monsieur le Président, nous vous demandons de dissoudre l'organisation politique Parti des Indigènes de la République, au même titre qu'ont été dissous par le passé des groupuscules néo-nazis et nationalistes d'extrême droite.

Le P.I.R est un parti d'extrême droite, certe atypique, mais d'extrême droite quand même. 

Le fascisme n'a pas sa place dans nôtre république, quelque soit son origine .

Nous vous remercions pour l'attention que vous porterez à notre requête, et vous prions d'agréer, Monsieur le Président de la République, nos respectueuses salutations

 

 

 

 



E. compte sur vous aujourd'hui

E. L. a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: Emmanuel Macron : Dissolvez le Parti des Indigènes de la République.”. Rejoignez E. et 128 signataires.