Pourquoi Il faut augmenter le nombre de fonctionnaires

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


L’Etat Gribouille

Augmenter le nombre de magistrats, le nombre de personnel de santé, le nombre d’agents de sécurité, le petit personnel dans les  mairies, etc. est une nécessité sociale mais aussi une solution technique  pour booster l’Economie. Il en est de même pour le monde du spectacle, de l’art en général. Plus ils sont nombreux, même peu rémunérés, plus ils sont susceptibles de faire augmenter le PIB par leurs dépenses.  Autrement dit la croissance.  Qui se traduit systématiquement par une demande d’emplois nouveaux.  Il y a des personnalités, des élites politiques, des économistes professionnels qui vous diront qu’il est possible de diminuer le chômage sans croissance. En particulier les écologistes pour qui ce mot est synonyme de surconsommation, avec ses excès. Economistes en herbe où professionnels, ils cherchent le moyen de sortir du guêpier dans lequel nos gouvernements se sont engagés depuis  des décennies, ceci sans augmentation de la consommation. Dans mon livre je prouve que c’est impossible pour des raisons purement mécaniques. Il faut mettre sous le mot de croissance la vente de l’ensemble des produits finis mise à la disposition de la population toute entière et non seulement la consommation courante. Il faut prendre en compte toute la chaîne des actes d’achat, quel que soit le produit, qu’il soit de pure consommation de faible durée, ceux dit semi-durables comme la voiture automobile, et ceux durables de type immobilier.  L’augmentation du  nombre d’agents supplémentaires, avec l’augmentation de la masse monétaire distribuée doit alors être considérée comme  un investissement. Sous réserve toutefois que les augmentions individuelles d’un trop haut niveau, n’incitent pas à épargner ou à  spéculer. Donc ne seront efficaces que les faibles niveaux de salaires.

Chercher à diminuer le nombre de fonctionnaires de base,  comme le proposent les dirigeants depuis  le « tournant de la rigueur » de 1982 est non seulement criminel, car il est la source des inégalités, misère et autres prédations, avec son corollaire la corruption, mais contre-productif sur le plan économique. C’est donc un non-sens, ceci quel que soit le rendement du travail d’un fonctionnaire, un mot qui n’a pas de sens non-plus en ce qui concerne un travail qui a priori n’est  pas productif.

L’Etat dans tout ça ? Aura-t-il les moyens de renverser le cycle infernal des dettes…en dépensant plus ? Il le pourrait  s’il pouvait avoir les mains libres pour supporter un déficit accru, ce que la BCE de  l’U.E le lui interdit... De plus s’il augmente le SMIC et les basses retraites, pour accentuer la dynamique du pouvoir d’achat dans le privé,  il lui faudrait compenser les dépenses supplémentaires des entreprises. Ce qui l’amènerait à transgresser les normes de l’U.E.  concernant le contrôle de son déficit en reprenant ses droits régaliens de battre monnaie. Si c’est pour diminuer le chômage en relançant la croissance, elle-même dynamisée par la confiance revenue en même temps que le pouvoir d’achat, il en a le droit et le devoir! Par ricochet, cotisations et impôts augmentent les rentrées, diminuent la dette.  J’ai dit ailleurs ce qu’il fallait  penser des dettes souveraines. Il est possible de remettre à terme les choses à l’endroit ! Lire Molière et Shakespeare, et d’autres auteurs qui se sont amusés des dettes de certains personnages. Alors s’agissant de l’Etat, on pourrait s’en amuser également… s’il les effaçait d’un trait de plume, ce qui est normalement en son pouvoir.  A moins qu’il soit complice des banques. A quel jeu  de Gribouille, perdant-perdant, jouent nos dirigeants ? 
 L’histoire ne dit pas si cet hurluberlu s’est noyé ou s’il savait nager.



Louis compte sur vous aujourd'hui

Louis PERETZ a besoin de votre aide pour sa pétition “Edouard Phillipe : pourquoi il faut augmenter le nombre de fonctionnaires”. Rejoignez Louis et 40 signataires.