Pétition afin de réorganiser les épreuves de DCG, en raison de la pandémie de Covid-19

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Comme vous le savez tous, une épidémie de Covid-19 est apparue en Chine au début du mois de janvier, et s’est par la suite transformée en pandémie mondiale, dont la France est actuellement victime.

Outre le nombre de contaminations, de personnes décédées ou encore en réanimations, le parcours scolaire à lui aussi été très fortement atteint, ce qui a engendré des conséquences au niveau national pour tous les étudiants, ayant déjà raté près de trois semaines complètes de cours.

En temps qu’étudiants en DCG, et connaissant le niveau et la difficulté de la filière, Il ne nous est pas possible suivre pleinement nos cours comme il se devrait, et cela est susceptible de compromettre notre formation et l'obtention de notre diplôme en cette fin d’année scolaire 2020.

Je propose donc que chacun d’entre nous signe cette pétition afin d'avoir le droit d'être évalué selon le contrôle continu, qui selon moi, serait plus juste en vue de la situation actuelle.

Le nombre de signatures est important si nous souhaitons nous faire entendre, chacun d’entre nous, au cours de cette année scolaire, à dû réaliser des sacrifices et fournir un travail considérable afin de préparer au mieux ses examens, et ces sacrifices ne peuvent être réduits à néant. Étant victimes de la situation que nous pouvons qualifier de force majeure, il est du devoir de l’Etat français de faire preuve de bon sens et d’empathie envers les étudiants, et par conséquent de trouver une solution qui nous soit à tous équitable et juste.

C'est en grande majorité, à nous, étudiants, d'agir, pour que les mesures nécessaires soient prises et que nous puissions être entendus.

En cette fin d'année, il n'est pas acceptable de passer des examens après avoir raté plusieurs semaines de cours. 

Certains ont probablement été victimes de la maladie, ont probablement été en réanimation, ou on peut être été témoins de la mort de leurs proches ou de membres de leur famille. Il n’est donc pas légitime de passer des épreuves dans des conditions de stress et de peur, ou lorsque la santé morale d’un individu a été touchée par les évènements actuels.

J’en appelle donc au bons sens de mes compatriotes, étudiants de DCG sur tout le territoire national, et territoires d’Outre-mer, il est de notre devoir de prendre en considération tous ces éléments et de ne pas être victimes (au niveau scolaire) de la situation dans laquelle chacun d’entre nous est placée. 

Il nous faut AGIR.