COLLECTIF – « TOUCHE PAS À MON REP » Pour l’avenir des enfants schilikois

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Depuis octobre 2017 ont été lancées des procédures de modification de la carte scolaire concernant les collèges Leclerc et Lamartine à Schiltigheim. Avec pour objectif de rééquilibrer les effectifs dans ces deux établissements, il a été décidé que tous les élèves des écoles Mermoz et Leclerc issus du quartier des Écrivains, seraient désormais affectés au collège Lamartine, et non plus au collège Leclerc comme c’était le cas jusqu’à la rentrée 2017.

Cette décision a été prise sans réelle concertation, avec un calendrier exceptionnellement rapide, et sans prise en compte des réserves soulevées. Ces réserves vont à l’encontre même de l’objectif premier du projet, puisque le collège Lamartine atteindra très vite le seuil de sa capacité d’accueil, rendant un nouveau changement de carte scolaire obligatoire.

À long terme, ces modifications mettent en danger le statut d’éducation prioritaire du collège Leclerc. S’il venait à le perdre, le collège accuserait une forte diminution des moyens qui lui permettent aujourd’hui de travailler autant que faire se peut à l’atténuation des inégalités entre élèves, et à la réussite de TOUS les élèves. Ci-après, une liste non exhaustive des changements que cela entraînerait :
Passage de 24 à 30 élèves par classe
Perte d’un poste de CPE, du référent prévention violence et de quelques assistants d’éducation
Perte du coordonnateur réseau
Division par 2 du service médical présent
Diminution de l’accompagnement éducatif

Les conditions de travail, pour le personnel du collège mais surtout pour les quelques 500 élèves, se dégraderaient énormément. Et les écoles du réseau d’éducation prioritaire Leclerc perdraient elles aussi, par la force des choses, le lien à l’éducation prioritaire, sans pour autant voir un changement de public. En effet, sans statut de collège d’éducation prioritaire, les écoles primaires Mermoz et Leclerc, et les écoles maternelles Kléber et Victor Hugo (soit 1093 élèves actuellement) sortiraient du réseau. Les implications, là aussi, seraient très fortes, avec une perte de moyens, et donc :
l’abandon des classes à 12
l’affaiblissement des liens écoles-collège
la diminution du temps de concertation et de formations inter-degrés
la diminution des subventions
l’arrêt de l’accompagnement éducatif

De plus, une forte perte de mixité générale sera la conséquence directe de ces changements, avec une ghettoïsation claire du collège Lamartine, et donc un délitement des climats scolaires des établissements, qui rejaillira sans aucun doute sur le quartier des Écrivains tout entier. Le collège Leclerc, par tous les dispositifs mis en place, et grâce à la stabilité de l’équipe pédagogique construite grâce à ce statut d’éducation prioritaire, est devenu pour les élèves plus qu’un lieu d’apprentissage. Nombre d’entre eux en ont fait un véritable lieu de vie, où ils s’épanouissent et n’hésitent pas à rester en dehors des heures de cours, pour des projets, des ateliers, des aides aux devoirs. Si ce temps d’ouverture disparaît, où iront les élèves ? Vers qui se tourneront-ils ?

C’est pour toutes ces raisons que nous demandons aujourd’hui que cette carte scolaire soit rediscutée et à nouveau remaniée, de manière plus concertée, avec les acteurs concernés, et ce dès que possible, dans un objectif de rétablir mixité et égalité scolaires. Nous espérons que le conseil départemental, et notamment M. Hoerlé et Mme Diligent, conseillers départementaux du canton de Schiltigheim, ainsi que M. Launay, DASEN du Bas-Rhin, sauront entendre nos inquiétudes et accepteront de retravailler le sujet pour le bien-être, l’épanouissement et la réussite scolaires de l’ensemble des élèves de Schiltigheim.



samira compte sur vous aujourd'hui

samira KHADRI a besoin de votre aide pour sa pétition “Danielle Diligent et J-Louis Hoerlé, Conseillers Départementaux du Bas-Rhin, canton de Schiltigheim: COLLECTIF – « TOUCHE PAS À MON REP » Pour l’avenir des enfants schilikois”. Rejoignez samira et 353 signataires.