DÉMISSION DU GOUVERNEMENT MACRON

0 a signé. Allez jusqu'à 50 000 !


LE BENALLAGATE :  DE  LA MILICE D'EMMANUEL MACRON  À L'ETAT DE VIOLENCE...

NOUS DEMANDONS LA DÉMISSION DU GOUVERNEMENT

Une crise d'une exprême gravité vient de s’abattre sur le palais présidentielle : le « Benellagate » .  Elle fragilise d’avantage la place du président au sein des institutions et les institutions  . Non des moindres, elle révèle l’existence d’une micro-équipe au service du président de la république.  Pour l’heure au moins deux personnes la compose. Il s’agit d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase. Le duo était omniprésent pendant la campagne présidentielle.  

Le 1 mai, monsieur Benalla est étrangement autorisé à participer en qualité de « simple observateur » à une des manifestations ce jour-là. Seulement les choses vont très vite dégénérer : Le chargé de mission passe alors à tabac un manifestant. Des actes d’une extrême violence contre un jeune qui contestait, comme le droit l’y autorise, la loi qui renforce les sélections à l’entrée des universités . Dans les faits l’homme ne sera sanctionné que d’une simple mise à pieds de 15 jours . Pour rappel, des étudiants qui occupaient le lycée Arago s’étaient retrouvés placés en garde à vue et déférés au parquet de Paris.

RÉSUMÉ DES FAITS AVEC LA COMPLICITÉ D'EMMANUEL MACRON ET DE MEMBRES DU GOUVERNEMENT : 

-VIOLENCES VOLONTAIRES SUR UNE FEMME ET SUR UN MANIFESTANT 

-USURPATION D'IDENTITÉ

-ARRESTATION ARBITRAIRE Ect...

  

L’article 5 de la constitution précise que le président de la république « incarne l’autorité de l’État » et de facto est garant de « l’intégrité de l’État »

Par ailleurs, il assure « le fonctionnement normal des pouvoirs publics ».

Attendu qu’Emmanuel MACRON, qui avait été tenu informé de ces faits gravissimes par Patrick Strzoda son directeur de cabinet, n’a à aucun moment saisit les juridictions compétentes, qu’il n’a jamais imposé les sanctions qui se devaient pour de tels faits de violences volontaires et d’usurpation d'identité ; attendu que son équipe s’est rendu coupable de mensonges lorsqu’elle expliquait que l’homme était désormais affecté uniquement à la gestion d’évènement intérieur à l’Élysée alors que la réalité voyait ce même homme dans le dispositif des joueurs de football de l’équipe de France ; monsieur Emmanuel Macron est donc coupable de la violation de l’article.  

Le Parlement peut SI IL LE SOUHAITE lancer une procédure de destitution tel que l’article 68 de la Constitution française le permet.

UN GOUVERNEMENT COMPLICE 

Le premier ministre savait...des membres de son gouvernement aussi.

Le ministère de l'interieur était au courant de ces agissements mais également le ministère de la justice. Ces deux ministères sont des ministères considérables au sein du gouvernement.

L'ensemble de ces révélations met au jour des pratiques de HOOLIGANISME par des BARBOUZES des temps modernes au sein de l'État français sous couvert du Président de la République avec  la complicité de membres du gouvernement : Gérard Collomb et Nicole Belloubet en autres..

L'État est aussi responsable de défaillance au sein des forces de l'ordre mettant à mal leur travail au sein de la société face aux citoyens.  En effet, des Chargés de missions qui usurpent  l'identité des services de police ne peuvent que mettre à mal cette institution.

Le président bénéficie du principe d'inviolabilité contrairement aux membres du gouvernement et des Chargés de missions. 

Nous demandons par conséquent la démission immédiate du gouvernement d'Emmanuel Macron. Le pacte de confiance est brisé et rend impossible les missions à venir...De facto, l'opprobre est jeté sur l'ensemble du gouvernement.

Nous demandons également que soit pleinement REVU le statut du Président de la république. Sans cesse la constitution est bafouée. Le premier ministre devient un collaborateur contrairement aux prérogatives de l'article 20 de la constitution. Le statut pénaldu chef de l'état  est aussi à revoir...

Par ailleurs nous demandons aussi que désormais soit désormais  inscrit au Journal Officiel, et cela dans un soucis de transparence de la vie politique et publique, l'ensemble des Chargés de mission de l'État. 

 

Un rassemblement est prévu devant le ministère de l'interieur place Beauveau le samedi 28 Juillet dés 14H00 pour dénoncer un l'État de violence et ses dérives...

Lien : https://www.facebook.com/events/166259687431391/ 

Monsieur Benalla était hébergé à nos frais logé dans une dépendance de l'Etat alors qu'il habite à Issy-les-Moulineaux

Et nous  sommes certainement loin de tout savoir...En effet, encore  vu avec Brigitte Macron dans la cour de l’Élysée il y a encore quelques jours, se permet une étonnante proximité, un regard et un tutoiement que l’on n’a guère vus par le passé, loin de la discrétion et de l’effacement habituels pour une fonction de garde du corps en pareilles circonstances.

Au-delà des agissements d’Alexandre Benalla, ses années de service d’ordre au PS posent questions ( Martine Aubry, François Hollande et puis l’entrée à Bercy, au service de Montebourg )

 Pourquoi Emmanuel Macron lui a accordé une place démesuréeau sein de l'État à seulement 26 ans. ???  Pourquoi était-il si difficile de se séparer de M. Benalla ?

Nous aimerions entendre les réponses monsieur le Président....

Thierry Paul Valette- Président de l'Égalité Nationale 

https://www.facebook.com/thierrypaulvalette 



Egalité compte sur vous aujourd'hui

Egalité a besoin de votre aide pour sa pétition “DÉMISSION DU GOUVERNEMENT MACRON”. Rejoignez Egalité et 43 755 signataires.