Pétition fermée

Nous demandons l'abrogation de cette délibération inhumaine en revenant au système antérieur de prise en charge des jeunes majeurs.

Cette pétition avait 1 381 signataires


L'enfance est en danger: Adopte un jeune.com

Jusqu'à présent moins de 100 jeunes par an entre 18 et 21 ans accueillis dans les services de protection de l'enfance bénéficiaient d'un accompagnement éducatif et social (insertion professionnelle, scolarité, hébergement, éducation, santé, épanouissement...) financé par le département de la Haute Vienne. Ces contrats d'accompagnement dits "jeunes majeurs" pouvaient se poursuivre jusqu'à l'âge de 21 ans.

Le Conseil Général vient de voter en Commission Permanente l'arrêt de toute prise en charge des jeunes majeurs dès l'âge de 18 ans s'ils n'ont pas été placés durant trois ans consécutifs au cours de leur minorité, à l'exception des enfants reconnus handicapés. Ils devront quitter leurs lieux d'accueil (institutions ou familles d'accueil) le jour de leurs dix huit ans. Ils se trouveront alors livrés à eux mêmes, dans l'impossibilité de se nourrir, de se loger, de se former, d'accéder à un emploi...

Par ailleurs, ceux qui auront la chance de pouvoir bénéficier d'un contrat "Jeune Majeur" devront, dès 18 ans, quitter les lieux de vie dans lesquels ils ont grandi pour partir vivre en foyer de jeunes travailleurs, ou services de suite quel que soit leur niveau d'autonomie affective et matérielle.

Cette décision légitimée par le Conseil Général, essentiellement pour des motifs économiques, frappe les plus fragiles et peut précipiter des dizaines de jeunes dans l'exclusion sociale. 

 

 

 



Intersyndicale Conseil général FSU - CGT compte sur vous aujourd'hui

Intersyndicale Conseil général FSU - CGT DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE a besoin de votre aide pour sa pétition “Conseillers Généraux de la Haute Vienne: Nous demandons l'abrogation de cette délibération inhumaine en revenant au système antérieur de prise en charge des jeunes majeurs.”. Rejoignez Intersyndicale Conseil général FSU - CGT et 1 380 signataires.