IBRAHIM RISQUE LA MORT AU SOUDAN EXIGEONS SA LIBÉRATION ET SA PROTECTION

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


                            IBRAHIM RISQUE LA MORT AU SOUDAN

                      EXIGEONS SA LIBÉRATION ET SA PROTECTION !

Objet : alerte humanitaire sur la situation de M. OSMAN ALI Ibrahim. Demande d’annulation de l’arrêté de placement en rétention et de l’arrêté portant remise aux autorités néerlandaises.

A M. le préfet des Bouches-du-Rhône,

Nous nous permettons de vous solliciter sur la situation alarmante de M. Osman Ali Ibrahim, demandeur d’asile en procédure Dublin, qui a été placé en centre de rétention du Canet (Marseille), vendredi 12 Janvier 2018, en vue de son transfert vers les Pays Bas.

M. Osman Ali est un dissident politique notoire au régime dictatorial et sanguinaire d’Omar Al Bachir (premier chef d’état en exercice poursuivi par un mandat d’arrêt international). M. Osman Ali est engagé contre la répression des Noubas au Sud du Soudan et de sa propre ethnie, les Zagawha au Darfour. Il a poursuivi son engagement au sein de la diaspora soudanaise aux Pays Bas et en France, ainsi que l’attestent de nombreux témoignages et photos de sa participation active dans des manifestations devant l’ONU, le Parlement Néerlandais et les représentations soudanaises.

Il est sans aucun doute recherché par les agents du régime soudanais en raison de ses activités politique.

Pour ce dernier motif, il a sollicité la protection des autorités néerlandaises, premier pays où il s’est identifié.

Malgré ses engagements politiques connues et médiatisées, M. Osman Ali s’est vu refuser sa demande de protection et ne dispose plus d’aucun droit de recours. Ainsi, un renvoi vers les Pays Bas l’exposerait à une expulsion imminente et mortelle vers le Soudan.

Au vu du positionnement des autorités néerlandaises, M. Osman Ali a alors demandé protection à la France en déposant une demande d’asile auprès de votre préfecture au mois de mai dernier. Bénéficiaire du Dispositif d’accueil des demandeurs d’asile, résident du PRAHDA de Vitrolles, il a toujours honoré les convocations et assignations à résidence dans le respect des obligations de la procédure Dublin. Il a aussi toujours cru à la capacité de l’État français à prendre en compte et à entendre sa demande de protection à l’issu de cette procédure.

Fort de cette confiance en l’Etat, il s’est présenté spontanément le 12 Janvier au service Asile de la Préfecture, afin d’éclaircir l’évolution de son dossier : c’est à cette occasion qu’il a été arrêté et placé en rétention, sans finalement jamais avoir pu demander asile et protection en France.

Nous sommes profondément choqués de ce procédé d’arrestation, compte tenu de l’exemplarité de son parcours administratif et de son empressement à respecter les règles du droit français.
Par ailleurs, nous tenons à rappeler l’illégalité du placement en rétention des personnes demandeuses d’Asile, reconnu par l’arrêt de la Cour de Cassation n°1130 du 27 Septembre 2017.

Le placement en rétention a fini de l’anéantir. L’état psychologique de M. Osman Ali s’avère particulièrement inquiétant aujourd’hui, puisqu’il a abandonné tout espoir de « trouver place sur cette terre », selon ses propres mots. Ce désespoir est aggravé par la situation d’isolement en cellule, alors qu’il n’a commis aucun délit. A ce jour, M. Osman Ali présente un état dépressif sévère, ne parvenant plus à exprimer ses volontés, remplacées par larmes et silences.

Ses perspectives de voir reconnaître ses droits sont aujourd’hui réduites à néant aux Pays Bas comme en France. Son expulsion vers le Soudan lui sera sans aucun doute fatale. C’est pourquoi son arrestation a suscité une vague d’émotions et d’indignation dans une société civile, le connaissant bien pour sa générosité et ses engagements associatifs, largement mobilisée pour sa libération.

Pour ces motifs politiques et humanitaires, nous faisons appel à votre humanité et à votre pouvoir discrétionnaire pour annuler les arrêtés préfectoraux de remise aux autorités néerlandaises et de placement en rétention, de manière urgente, afin de mettre un terme à son parcours de souffrances et qu’il puisse exposer la réalité de ses craintes de persécutions auprès des services de l’OFPRA.



COLLECTIF SOUTIEN MIGRANT.ES 13 AL MANBA compte sur vous aujourd'hui

COLLECTIF SOUTIEN MIGRANT.ES 13 AL MANBA a besoin de votre aide pour sa pétition “COLLECTIF SOUTIEN MIGRANT.ES 13 MANBA: LIBERATION ET PROTECTION D'IBRAHIM QUI RISQUE LA MORT AU SOUDAN”. Rejoignez COLLECTIF SOUTIEN MIGRANT.ES 13 AL MANBA et 4 492 signataires.