Gers: les urgences à moins de 30 minutes pour tous!

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Urgences gersoises : moins de 30 minutes pour tous !   Un enjeu vital de santé.

 


Le Comité Gersois pour le Développement et la Défense du Service Public de Santé, alerte la population gersoise du danger qu'elle court quant à la réponse que peuvent lui apporter les services d’urgences départementaux.


Aujourd’hui les services d’urgences gersois ne sont plus en mesure d’assurer en toute sécurité leur mission de service public : l’accès aux soins urgents en moins de trente minutes pour tous.


23 % de la population du Gers est à plus de trente minutes d’un service d’urgence médicale auxquels il faut ajouter les habitants (48000!) couverts par le SMUR de Condom qui est immobilisé toutes les nuits.

Il est inacceptable que l’égalité d’accès aux urgences ne soit pas garanti !


Avec 10 établissements hospitaliers publics, notre département bénéficie d’un maillage sanitaire public permettant de répondre au critère de moins de 30 minutes d’un service de soins urgents spécialisés.


Nous demandons que des mesures exceptionnelles soient prises rapidement pour que les services d’urgences d’Auch et de Condom aient les moyens humains  leur permettant de remplir leur mission.

 
Nous demandons qu’une réflexion au plan départemental, avec la participation des citoyens, soit organisée par les pouvoirs publics en vue d’élaborer une organisation sanitaire s’appuyant sur le maillage hospitalier actuel afin de répondre aux besoins de la population.

 
Il faut en finir avec les« événements indésirables » et les « pertes de chances » !

 
Urgences gersoises, un seul critère : moins de 30 minutes pour tous !



Comité Gersois pour le Développement et la Défense du Service Public de Santé. compte sur vous aujourd'hui

Comité Gersois pour le Développement et la Défense du Service Public de Santé. a besoin de votre aide pour sa pétition “claude chouteau: Gers: les urgences à moins de 30 minutes pour tous!”. Rejoignez Comité Gersois pour le Développement et la Défense du Service Public de Santé. et 1 644 signataires.