Petition update

21 novembre communiqué de presse

John MULLEN
Montreuil, ME

Nov 21, 2014 — On commence à parler de notre campagne dans les médias, mais souvent en omettant l'essentiel. Voici notre communiqué de presse à envoyer partout. Merci beaucoup. Collectif contre Exhibit B

Collectif contre
Exhibit B
Communiqué de presse 21 novembre 2014
La campagne contre Exhibit B dépasse les 17 000 signatures et appelle à un rassemblement “pour exprimer notre indignation et notre colère”.

Le collectif contre Exhibit B, mis en place pour s’opposer à l’exposition de Brett Bailey qui est composée de tableaux vivants de Noirs enchaînés ou dans d’autres positions dégradantes, a vu son soutien décoller cette semaine. En trois jours plus de 7 000 nouvelles personnes ont signé la petition demandant la déprogrammation de cet évènement, que le collectif considère être une atteinte à la dignité humaine. Le total à ce jour est de 17 408 signatures.
Si l’exposition n’est pas annulée avant, il y aura un rassemblement de protestation devant le Théâtre Gérard Philipe à Saint Denis le 27 novembre à 18 heures.

“Toutes les voix doivent s’entendre et nous avons le devoir de dire notre colère! Il y a déjà quatre fois plus de signatures sur cette petition que le nombre total de billets vendus en France pour Exhibit B cette année, mais Brett Bailey continue à refuser un débat public! Lui qui prétend vouloir ‘ouvrir une conversation’ sur le racisme!” souligne John Mullen, historien et membre du collectif.

Un autre historien du collectif, Dieudonné Gnammankou, explique sa colère:
“Les victimes du racisme demandent le respect, la pleine jouissance de leurs droits et la répression du racisme puisque nous vivons dans des États dits de droit. A la sortie d’une exposition sur les zoos humains, une fois le spectacle de l’horreur consommé, une témoin de Poitiers où Exhibit B a ouvert la semaine dernière, a vu des visiteurs pouffer de rire. On voit bien que ce n'est pas l'histoire de la souffrance de leurs ancêtres qu'ils étaient allés voir. Quant aux visiteurs bienveillants, venus "apprendre", il y a fort à parier qu'ils n’auraient que de la pitié pour les victimes. Or c’est la dernière chose que les Noirs attendent des descendants de leurs anciens bourreaux. Après le paternalisme et la condescendance, épargnez-nous la pitié!”

Penda Traore, qui a écouté M Bailey expliquer son oeuvre lors d’une conference la semaine dernière, rajoute “Pendant une heure il nous a parlé de la genèse de sa démarche - lui petit enfant blanc d'Afrique du Sud élevé dans la négation du peuple noir : fondement du régime de l'Apartheid. Je lui ai dit en personne, face à face, la grande colère que je ressentais (et ressens) après sa présentation. En tant que femme, noire, mère, je refuse cette interprétation qui confond le noir et la victime, qui "essentialise" le noir dans la figure de victime.. En tant que parent, je refuse que mon fils voie cette installation, lui qui a parfois du mal à croire que ce n'est pas une malédiction d'être noir.”

Bams, artiste du collectif : “Les enfants exposés lors du dernier zoo humain en 1958 en Belgique vivent encore aujourd'hui. C'est bien à mon histoire personnelle et à cette blessure encore ouverte que tout ceci renvoie. Et non Mr Bailey, exposer ainsi mes parents, grands-parents, arrières-grands-parents pour ‘sensibiliser’ au racisme, au détriment des sensibilités spécifiques qui sont les nôtres, n'est pas moral ! Et ne permet ni la paix, ni la réconciliation. "

Le collectif souhaite un débat public avec Brett Bailey, ou éventuellement avec ses représentants.

Le collectif tout entier s’indigne de la réponse faite dans dans les médias par les directeurs du Théâtre Gérard Philipe à Saint Denis et du centre 104 à Paris, lui demandant “d’arrêter cette polémique” et suggérant que l’opposition vient de gens qui ne comprennent rien à la culture ni à l’histoire. Toutes les personnes qui ont signé notre petition sont importantes pour nous, mais face aux accusations que nous sommes des ignorants, nous listons ci-dessous certaines des signatures de gens connus pour leurs compétences dans ces domaines.

Maryse CONDE (romancière, professeur de littérature retraitée de l’Université de Columbia, New York et première présidente du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)
Maboula SOUMAHORO, (enseignante chercheuse )
Françoise VERGÈS (historienne, spécialiste de l’histoire coloniale, ancienne présidente du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)
Myriam COTTIAS, (présidente du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)
Joby VALENTE (comédienne et chanteuse),
José PENTOSCROPE (militant associative, président du Cifordom),
lain MABANCKOU (écrivain),
Nathalie FANFANT ( femme politique)
Ernest DUKÛ (peintre)
Souria ADÈLE (comédienne actuellement à l'affiche dans une pièce de théâtre sur l'esclavage MARY PRINCE)
KENZY (producteur)
Laurent SOREL Conseiller d'arrondissement Ensemble-Front de Gauche Paris 20ème.
Mohammed BEN YAKHLEF élu municipal Ensemble Front de Gauche à Villeneuve St George.

Contacts : Bams bamsnews@yahoo.fr John john.mullen@wanadoo.fr Franco anc2france@yahoo.fr Penda ptraore@yahoo.fr
Facebook : https://www.facebook.com/contreexhibitB


Discussion

Please enter a comment.

We were unable to post your comment. Please try again.