Victoire

Corsair défend le maintien d'une concurrence saine, loyale sur la ligne Réunion Madagascar

Cette pétition a abouti avec 4 106 signatures !


Corsair revendique le maintien de ses droits de trafic  ( autorisation d'exploiter une ligne ) sur la ligne Réunion/Madagascar. L’ouverture de la desserte régionale en 2017 a permis à plus de personnes de voyager à des prix compétitifs. Corsair souligne les risques de retour à une situation de monopole qui aurait pour conséquences une baisse du trafic et une augmentation des prix.

Corsair International : un soutien sans faille depuis 21 ans au développement de Madagascar

Depuis 21 ans, Corsair accompagne le développement touristique de la Grande île.  Malgré les crises, Corsair a toujours maintenu sa présence à Madagascar aux côtés des Autorités malgaches, et a toujours soutenu les actions de promotion de la destination Madagascar par un partenariat avec l’Office National du Tourisme de Madagascar, ainsi que sa participation à des salons du tourisme en Europe, des éductours ou des voyages de presse faisant connaître la destination Madagascar.

Au cours de l’année 2016, Corsair a mené plusieurs études dans l’objectif d’ouvrir des liaisons régionales visant à promouvoir le développement touristique des îles de l'Océan Indien (îles vanilles) à travers notamment le développement de séjours combinés inter-îles à partir de la Réunion mais également une offre régionale complémentaire à l’offre existante à des prix attractifs.

Les passagers de la ligne doivent bénéficier de tarifs compétitifs. Corsair s'y engage et respecte ses engagements.

Corsair remplit son engagement d’augmentation du nombre de passagers sur la ligne

Corsair opère actuellement les vols régionaux en vertu d’un Accord Bilatéral entre la France et Madagascar qui est toujours en vigueur.

Le 30 mai 2016, la République française a informé la République de Madagascar avoir désigné la compagnie Corsair pour exploiter les services aériens sur la route régionale (Réunion – Madagascar) conformément à l’accord relatif aux services de transport aérien France – Madagascar du 21 juillet 2005.

En réponse, le 20 octobre 2016, Corsair a obtenu des droits de trafic de la part de l'Aviation Civile de Madagascar pour desservir l'axe Réunion– Antananarivo. 

L'exclusion de Corsair de la liaison Réunion/Antananarivo serait préjudiciable au développement de Madagascar

Corsair souhaite poursuivre le développement du trafic régional afin de maintenir une situation de concurrence saine et loyale dans l’intérêt de ses clients. Une situation de concurrence saine et loyale, cela signifie la présence d’au moins deux compagnies sur la ligne pour pouvoir offrir aux clients des prix compétitifs et éviter les situations de monopole. Eviter cette situation de monopole dans le contexte du récent partenariat stratégique entre Air Austral et Air Madagascar justifie pleinement le maintien des droits de trafic de Corsair sur la ligne Réunion/Antananarivo.

Face aux difficultés rencontrées depuis le 30 novembre 2017 dans le cadre de ses droits de trafic Réunion/Antananarivo, la compagnie Corsair, acteur incontournable du tourisme et du transport aérien dans les Caraïbes et l’Océan Indien, adossée au groupe TUI, numéro 1 mondial du tourisme, entend poursuivre son développement en partenariat avec les Autorités politiques et les professionnels du tourisme de Madagascar.

Une réunion avec les Autorités Civiles française et malgache s’est tenue à Paris le 28 février 2018.

Au cours de cette réunion, des discussions ont eu lieu sur le trafic additionnel apporté par Corsair. A ce sujet, nous confirmons les données suivantes :

Corsair a transporté d’avril à janvier plus de 19 000 passagers dont :

- 13 000 clients sur le régional
-   6 000 clients sur le long courrier

En octobre 2016, nous avions transmis un prévisionnel de trafic de 10 000 passagers régionaux. Notre engagement est donc largement dépassé.

Il a été également question de savoir si la clientèle additionnelle était bien touristique et pas uniquement malgache. Nous confirmons que 60% des passagers additionnels sont réunionnais et seulement 15% des passagers malgaches.
 

Il n’y a donc aucune raison objective aujourd’hui pour remettre en cause cette attribution de droits.

Si tel était le cas, la concurrence saine et loyale qui existe aujourd’hui ferait place à un monopole propice à une augmentation des tarifs.

 OUI à la concurrence, NON au monopole!

 Rejoignez-nous en signant notre pétition.

 

 

 

 



Corsair International compte sur vous aujourd'hui

Corsair International a besoin de votre aide pour sa pétition “Aviations civiles: Corsair défend le maintien d'une concurrence saine, loyale sur la ligne Réunion Madagascar”. Rejoignez Corsair International et 4 105 signataires.