Pétition fermée

Qu'ils fassent instruire la plainte déposée en 2009 par quatre salariés licenciés pour avoir dénoncé des pratiques dangereuses de l'agroalimentaire en Bretagne et rendent compte du suivi de la procédure par les services de l'Etat français

Cette pétition avait 1 201 signataires


Suite au licenciement de quatre salariés de la société Nutréa, filiale de la plus importante coopérative agroalimentaire de Bretagne (Triskalia), pour avoir dénoncé l’usage de produits interdits et toxiques auxquels ils ont été malgré eux exposés et ayant engendré de graves problèmes de santé, nous soumettons cette pétition afin : de faire instruire la plainte déposée depuis 2009, de soutenir ces personnes laissées dans une souffrance morale, physique et matérielle. De plus, il semble être avéré que l’entreprise mise en cause a sciemment utilisé des pesticides interdits laissant s’écouler ainsi les stocks de céréales avariés qui eux-mêmes ont servi de nourriture aux animaux destinés à nos assiettes. Nous demandons à ce que le point sur le suivi des contrôles par l’état soit fait. Nous souhaitons que cette démarche touche le plus grand nombre de citoyens qui refusent ces pratiques et cherchent à encourager d’autres modèles plus socialement et écologiquement responsables. Notre solidarité s’adresse aux Bretons qui s’opposent à ces méthodes, à tous les Français de métropole et d’outre-mer sans oublier tous les résistants qui se battent ailleurs, parfois et de plus en plus souvent, là où la mafia règne, au péril de leur vie, pour dénoncer ce monde que nous rejetons. Journalistes, juristes, citoyens, mobilisons-nous.

membre de Terre Bleue, community office (do-tank)



Hélène compte sur vous aujourd'hui

Hélène GRANOUILLAC a besoin de votre aide pour sa pétition “aux Ministères de l'Agriculture et de la Justice: Qu'ils fassent instruire la plainte déposée en 2009 par quatre salariés licenciés pour avoir dénoncé des pratiques dangereuses de l'agroalimentaire en Bretagne et rendent compte du suivi de la procédure par les services de l'Etat français”. Rejoignez Hélène et 1 200 signataires.