Démission du président Faure GNASSINGBE, Paix au Togo

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Les Grandes Marches internationales  de la Diaspora Togolaise qui ont eu lieu ces trois derniers mois à Berlin, Paris, Strasbourg et ailleurs dans de nombreuses autres grandes villes s’inscrivent dans le processus de libération du peuple togolais déclenché sur toute l’étendue du pays le 19 août  2017. Le peuple togolais, épuisé par la dictature cinquantenaire  mafieuse et satanique, réclame sa fin et la démission du despote Faure Gnassingbé.

Depuis une cinquantaine d’années, le Togo, qui avait connu deux coups d’Etat militaires après son indépendance, est sous la dictature implacable des GNASSINGBÉ père et fils. Elle est soutenue depuis sa fondation par la FRANCE dont la présence assure, entre autres, la logistique et la formation des forces armées et des forces de sécurité et de l’ordre

 Cette dictature militaire et sanguinaire est devenue dynastique le 5 février 2005, à la mort de son fondateur,  le Sergent-Général  Eyadéma  GNASSINGBE, qui avait régné 38 ans sans partage, avait laissé le pays brisé et misérable. Faure Gnassingbé succéda à son père dans le sang après un coup d’Etat militaire et un hold-up électoral, causant un profond traumatisme dans le peuple : plus de 850 morts, 5000 blessés et environ 50000 à 100.000 réfugiés dans les pays voisins.

A toutes les marches pacifiques faites dans toutes les villes du  pays depuis le  mois d’août la dictature a réagi violemment et sauvagement en tirant  à balles réelles sur des manifestants pacifiques aux  mains nues, en les bastonnant, en les dispersant à coups de grenades et de gaz lacrymogènes ; coupure d’internet. Dans ces villes, les domiciles ont été violentés, des maisons brûlées, détruites, des femmes violées,  les biens pillés, les populations brutalisées et poussées à l’exil. Certaines villes comme Sokodé, Bassar, Kparatao, Bafilo, Kara, Mango sont dévastées et assiégées

Nous déplorons une centaine de morts dont de nombreux  enfants de 8 à 14 ans, de nombreux blessés graves, de nombreuses arrestations, des condamnations arbitraires et des disparitions. Ces faits dramatiques sont de très  graves violations des droits humains dont les auteurs sont  les forces armées, les forces de sécurité et de l’ordre, la milice encagoulée du RPT*/UNIR*, des mercenaires et les magistrats

Depuis deux mois face  aux manifestations populaires et à leur sauvage répression avec son cortège de morts et de violences, le Chef de l’Etat reste muet et montre de plus en plus son incapacité à gouverner le pays. Il est l’auteur de nombreux délits répréhensibles par la loi dont : crimes contre l’humanité,  crimes économiques, enrichissement illicite, corruption, mauvaise gouvernance,  fraudes électorales en 2005, 2010 et 2015 et falsification des résultats électoraux, dépravation de la vie morale publique, atteintes aux mœurs, luxure, inceste et pédophilie, association avec des malfaiteurs…..

 Faure GNASSINGBÉ ne peut, en aucun cas, continuer d’être le chef de l’Etat. Le peuple souverain du Togo exige sa démission immédiate et a d’ores et déjà tourné la page de la honte de son histoire écrite par les Gnassingbé Père et Fils.

                     50 ans de dictature, ça suffit !!!

      Ce référendum déloyal est une escroquerie politique et morale

La coalition des 14 partis politiques, les forces démocratiques, la Diaspora et le peuple togolais affirment leur  refus et disent « Non » au référendum proposé à la hâte par le gouvernement ; le projet de loi constitutionnelle qui serait soumis par référendum viole l’Accord Politique Global signé en 2006, et exigent le retour de la constitution consensuelle de 1992 votée  à plus de 97% des suffrages exprimés. Ils exigent avant tout le départ du despote dégénéré de Lomé II,  Faure GNASSINGBÉ!

                            

 Forts du soutien de la société civile africaine dont nous sommes profondément reconnaissants, nous interpellons :

-       Le président français Emmanuel MACRON dont le silence révèle la complicité de la France avec le pouvoir dictatorial et cinquantenaire des GNASSINGBÉ. Le président Jacques CHIRAC ne considérait-il pas le sergent-général EYADEMA GNASSINGBÉ comme son ami personnel pour nous imposer son fils en 2005 ?

 

-       l’Union européenne (UE), chargée de garantir l’application de l’APG, et lui demandons de faire inscrire à l’ordre du jour de son parlement le problème togolais pour que celui-ci soit débattu le plus tôt possible en « Question urgente »  et de prendre les sanctions nécessaires selon les accords de coopération existant entre elle et notre pays.

-       A l’Union africaine (UA) et à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)  pour qu’elles cessent leur rôle de sous-traitance dans la défense «  syndicale « des mauvaises causes dans lesquelles sont impliqués certains chefs d’Etat du continent.

« Notre  démocratie naissante a besoin du soutien moral de tous les démocrates de par le monde, de tous les hommes épris de liberté et de paix pour émerger et s’affirmer sur la terre togolaise ! »

Merci de votre soutien en signant cette pétition qui aidera le peuple togolais à retrouver sa dignité et à réformer son  pays, le temps presse et  Faure GNASSINGBÉ doit PARTIR MAINTENANT !

                                                            Vive le Togo libre !



Antoine compte sur vous aujourd'hui

Antoine RANDOLPH a besoin de votre aide pour sa pétition “Antoine RANDOLPH: Démission du président Faure GNASSINGBE, Paix au Togo”. Rejoignez Antoine et 1 051 signataires.