Soutien au personnel de l'hôpital Philippe Pinel, en grève depuis le 15/06/2018

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Madame la Ministre des solidarités et de la santé, Madame la Directrice Générale de l'ARS Hauts de France,


L'hôpital Philippe Pinel se trouve actuellement dans une situation catastrophique. Les conditions d'accueil et de prise en soins des patients se sont considérablement dégradées, jusqu'à parfois porter atteinte à leur liberté individuelle. Les conditions actuelles ne permettent plus aux agents d'assurer ni la qualité, ni la sécurité des soins. Les départs de médecins se succèdent parce qu'il n'est plus possible de soigner dans des conditions aussi précaires.
Honteux de contribuer malgré lui à ce désastre quotidien, le personnel s’est mis en grève le 15 juin 2018. Collectivement, les agents exigent les moyens nécessaires afin de pouvoir assurer des soins dignes envers les patients et dans le respect des familles également meurtries par de telles conditions d’hospitalisation de leurs proches.


Leurs revendications sont les suivantes :
• L’effacement de la dette engendrée par l’ARS à l’égard de l’hôpital ;
• La création de 60 postes de soignants ;
• L’ouverture de deux unités d’hospitalisation temps complet ;
• La création des postes nécessaires dans les services logistiques (cuisine, lingerie, bureaux…)
• La reprise de la titularisation de tous les emplois précaires.


Mais avant tout, ils demandent la tenue d'une table ronde avec tous les acteurs concernés par la qualité des soins – personnel, organisations syndicales, médecins, UNAFAM, collectif80 pour une psychiatrie citoyenne – en présence de la Direction Générale de l'ARS des Hauts de France et de la Direction Générale du Centre Hospitalier Philippe Pinel, sur le site de l'hôpital. Nos deux députés, Barbara Pompili et François Ruffin, souhaitent y être associés. Ils en font la demande depuis cet hiver. Cette table ronde permettra de discuter ensemble, en toute transparence, de la condition réelle de l'hôpital et de trouver urgemment des solutions.

La situation est actuellement bloquée, dans la mesure où nous nous trouvons confrontés à votre silence, que nous interprétons comme un refus. Pour faire entendre sa demande, le personnel est allé jusqu’à se rendre à l'ARS d’Amiens pour en occuper pacifiquement les locaux dans l’espoir d’obtenir une date de rencontre. Délogés par la police, votre réponse les a laissés sidérés et n’a fait que renforcer leur détresse.

Alors, depuis le 14 juillet, le personnel campe devant son hôpital. Il reste déterminé à obtenir cette table ronde, préambule nécessaire à toute concertation ou négociation.

Soutenu par l’UNAFAM, par le collectif80 pour une psychiatrie citoyenne, par Madame le Maire d’Amiens, par de nombreuses personnalités politiques et par l’opinion publique, le personnel se bat uniquement pour défendre les patients et la dignité des soins en psychiatrie.

Maintenir le campement au bord de la route, dans des conditions aussi difficiles, voire périlleuses, témoigne de l’attachement de ce personnel hospitalier à l’hôpital, à la psychiatrie, à leurs patients et à leurs familles. Ne doutant pas que vous partagiez les mêmes préoccupations, vous ne pouvez pas rester insensibles ni sourdes à l’expression de leur détresse. Il est de votre responsabilité que la situation ne dégénère pas ni au niveau local, ni au niveau national.
C’est pourquoi nous réclamons de votre part, une réponse favorable à la demande du personnel de l’hôpital Philippe Pinel d’Amiens.



PINEL compte sur vous aujourd'hui

PINEL EN LUTTE a besoin de votre aide pour sa pétition “Agnès BUZYN: Soutien au personnel de l'hôpital Philippe Pinel, en grève depuis le 15/06/2018”. Rejoignez PINEL et 2 779 signataires.