Pour un accueil et des soins psychiques inconditionnels de l'enfant et sa famille

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !


PETITION A L’ATTENTION DE :

Madame Agnès BUZYN, Ministre des Solidarités et de la Santé
Madame Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat, Chargée des Personnes handicapées
Monsieur Jean-Luc CHASSANIOL, Directeur du GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences

CONTRE LA DESTRUCTION DE LA PEDOPSYCHIATRIE.

PETITION POUR UN ACCUEIL ET DES SOINS PSYCHIQUES
INCONDITIONNELS DE L’ENFANT ET SA FAMILLE

Nous, « Collectif de la Pédo-psychiatrie du 19 e arrrondissement de Paris » luttons
aujourd’hui contre la dégradation des conditions de soins et une réorganisation du travail faisant suite à la fusion de 3 hôpitaux en Groupement Hospitalier Universitaire (GHU). La politique économique plutôt qu’humaine nous semble incompatible avec notre éthique professionnelle :

ETAT DES LIEUX :
Nous faisons ainsi face à une explosion des demandes de soins due à l’augmentation de la population ainsi qu’à l’accroissement des situations « complexes ». Or il n’y a pas eu d’augmentation des moyens en conséquence, ceux-ci ont même baissés.

Dans le même temps :
- Notre temps de travail quotidien a été réduit de 30 mn (pour supprimer 4 jours de rtt annuel).
En pratique, cela signifie une demie heure de moins par jour pour recevoir les patients, soit environ 5 rendez-vous hebdomadaires supprimés pour les professionnels présents à temps pleins, des plages de rendez-vous réduits sur les créneaux les plus demandés avant et après le temps scolaire, et des temps de réflexion clinique en moins.
- Le recours accru, à des emplois précaires et non pérennes : CDD ou les salaires peu attractifs (non reprise de l’ancienneté), conduisent à un turn-over de plus en plus important des soignants (psychologues, orthophonistes, psychomotriciens) et de personnels administratifs (secrétaires). Certains postes difficiles à recruter sont supprimés. Il manque plusieurs médecins et orthophonistes dans nos services.
- Le budget de formation du personnel a été divisé par deux, réduisant l’accès à des formations diversifiées et de qualité.

Pour les enfants, usagers et leur famille :
- Le temps d’attente pour obtenir une place pour des soins réguliers est de plus en plus important. Les familles, qui ne peuvent se tourner vers le privé, doivent attendre le plus souvent un an (Or les soins pour être efficaces doivent être les plus précoces possibles).
- Le turn over des soignants créent des ruptures dans la continuité des soins voir des arrêts de soins.
- Nous ne pouvons plus garantir aux enfants L’intensivité des soins nécessaires à leur bonne évolution : prises en charge pluri-disciplinaires, visites à domicile, déplacements dans les établissements scolaires et lieux de vie des enfants, réunions et échanges avec les différents partenaires associés à la prise en charge de l’enfant (Ex ASE). Nous sommes empêchés dans nos possibilités de mettre en place dessoins satisfaisants en accord avec notre éthique professionnelle.

Cessons cette logique de destruction massive de notre service public hospitalier comme la casse de tous les secteurs touchant à l’Enfance : Education Nationale, Aide Social à l’Enfance…

 

LUTTONS TANT QUE L’HUMAIN ET L’ENFANCE NE SERONT PAS REVENUS

AU CŒUR DES PRIORITÉS POLITIQUES !!!

 

Familles, citoyens, partenaires et professionnels, signez la pétition, pour
faire valoir votre droit à un service public de soin de qualité :

� Du personnel en nombre afin d’assurer de manière satisfaisante et suffisante notre mission de service public .
� Des formations nécessaires pour garantir des soins pluridisciplinaires et d’approches diversifiées, la diversité étant la seule garantie d’une adaptabilité aux besoins singuliers de chaque enfant et de sa pathologie.
� Des moyens matériels et des locaux adaptés.
� Une souplesse dans l’organisation du temps de travail permettant d’organiser les
services selon les besoins des usagers.
� Le maintien du temps de réflexion clinique indispensable à un travail thérapeutique de qualité en lien avec les institutions du médico-social, les établissements scolaires, ASE, PMI…