Agir collectivement pour changer de modèle politique

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Le désastre sanitaire que nous vivons révèle l’absurdité funeste des modèles de gestion et d’organisation de nos sociétés. Cette crise ouvre le champ des possibles, ne ratons pas l’occasion d’en tirer des leçons durables. Cinq orientations paraissent prioritaires :

1. La pandémie du Covid-19 fait la preuve que ce ne sont pas les « premiers de cordée » qui aujourd’hui assurent la survie sanitaire, sociale et économique du pays. Mais celles et ceux dont les dirigeants du pays semblaient penser qu’ils n’étaient rien : aides-soignants, infirmiers, agents d'entretien, ambulanciers, pompiers, agriculteurs, postiers, employés de l'industrie agroalimentaire, employés de la grande distribution, chauffeurs routiers, livreurs, marins pêcheurs, éboueurs... Toutes celles et ceux qui ne peuvent ni télétravailler ni s'absenter parce qu'ils soignent et nourrissent au risque de leur santé, et pour certains de leurs vies, pour préserver la nôtre.

Nous devons agir pour une renégociation exigeante des conventions collectives de ces professions, et plus largement pour une redéfinition de la rétribution du travail et une meilleure protection des emplois.

2. La pandémie du Covid-19 montre au pouvoir politique l’importance vitale de l’hôpital public qu’il a pourtant méthodiquement désorganisé : en quarante ans, le nombre de lits est passé de 11 à 6 pour mille habitants ; sur les seules six dernières années, 17 500 lits de nuit ont été supprimés. Les personnels hospitaliers sont en effectifs si réduits que des étudiants et des retraités sont aujourd’hui réquisitionnés comme forces supplétives. Ceux qui sont en première ligne, les médecins de l’hôpital public (qui pourraient gagner le double en secteur privé mais qui ont choisi volontairement de gagner moins pour être dans le public) ont tiré la sonnette d’alarme depuis longtemps. Sans être entendus. La sixième puissance économique mondiale manque de produits aussi simples et peu coûteux que des masques de protection respiratoire, du gel hydro-alcoolique, des gants de protection et même des cotons-tiges ! Emmanuel Macron a déclaré lors de son premier discours sur le coronavirus que la santé et l’alimentation ne devaient plus être soumis à la seule loi de l’économie de marché. Il va falloir le lui rappeler fermement.

Nous devons agir pour une renégociation exigeante de la politique publique de santé, pour la défense de l’hôpital public.

3. La pandémie du Covid-19 révèle l’indigence des politiques de réduction du budget de la recherche. En 2003 (époque où a émergé l’épidémie de SRAS) plusieurs équipes de chercheurs répondent à un appel de l’Union européenne cherchant à mieux connaitre ces virus. En 2006 (soit seulement 3 ans après la peur du SRAS !), on supprime les crédits de ces recherches pourtant productives au prétexte qu’elles sont insuffisamment rentables à court terme. Le recours aux financements privés via les crédits d’impôts ne doit être que complémentaire et ne peut en aucun cas se substituer au financement public qui lui seul respecte la liberté et le temps dont ont besoin les chercheurs dans les domaines de la recherche appliquée comme de la recherche fondamentale.

Nous devons agir pour une renégociation exigeante de la politique de financement public de la recherche.

4. La pandémie du Covid-19 permet que soient entendues les voix de celles et de ceux qui depuis des décennies constatent les conséquences écologiques, économiques et sociales aberrantes d'une mondialisation pilotée par une logique productiviste et financière. Surexploitation des ressources naturelles, accélération des échanges, diminution de la biodiversité font le lit des pandémies.  Tous les secteurs de l’activité humaine ne sont pas des marchandises. Certains doivent être protégés, comme ceux qui concernent la santé, l’éducation, la justice.

Nous devons agir pour élaborer un « new deal » qui prévoit la réorientation des budgets de l'État, de l'Europe et des investissements privés vers les enjeux désormais vitaux pour l'avenir de l'humanité : maintien de la biodiversité, agriculture relocalisée (circuits courts, etc...), énergie renouvelables, mobilité propre, ce qui ne pourra s’obtenir qu’avec une fiscalité plus redistributive.

5. La pandémie du Covid-19 permet enfin de montrer les insuffisances des institutions européennes, notamment leur impuissance à organiser les réponses sanitaires face à cette crise. Nous avons besoin d’une organisation qui permette une prévention à l'échelle européenne pour assurer une solidarité intangible entre les Etats-membres. Une Europe soutenant un idéal qui ne soit pas celui porté par les politiques de mondialisation.

En France, en Europe, comme partout dans le monde, il est urgent de saisir cette fenêtre ouverte par la crise que nous vivons afin de changer de valeurs à la fois individuellement et collectivement ; de remettre en question le rôle de la finance dans nos vies ; de remettre l’humain au centre des préoccupations politiques. Il nous faut dès à présent réfléchir à une nouvelle pensée, à de nouvelles organisations allant au-delà des associations que nous connaissons, à la refondation du contrat social et citoyen.

Dans un premier temps et compte tenu de l'urgence, nous appelons à une alliance politique inédite qui transcende les querelles partisanes au bénéfice d’un projet porté par toutes celles et ceux qui souhaitent arrêter l’entreprise de destruction massive du monde au profit de quelques-uns.

Écologistes, partis de gauche, syndicats, ainsi que toutes celles et ceux qui ont pris conscience de cette urgence sont désormais face à une responsabilité vitale : soit ils réussissent à s’unir, comme ils l’ont déjà fait par le passé, pour élaborer et prendre en charge un nouveau modèle de production et de consommation résolument orienté vers le progrès social, le développement durable et le respect de nos libertés, soit ils persistent dans leurs divisions mortifères, et ce sont les représentants du capitalisme financier le plus cupide qui effectueront cette réorientation à leur seul profit, c’est-à-dire en accentuant les inégalités, en mettant nos vies en péril, et en nous imposant de plus en plus de privations de liberté.

 

Premiers signataires (dans Le Monde du 16 avril 2020)

1.     Brigitte Albero, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Rennes

2.     Mélanie Alaitru, co-directrice du Chabada (scène de musique actuelle)

3.     Marguerite Altet, enseignante-chercheure émérite en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

4.     Maïténa Armagnague-Roucher, enseignante-chercheure en sociologie, Université de Paris Lumières

5.     Ariane Ascaride, comédienne

6.     Agnès et Philippe Barré-Lambot, architectes

7.     Anne Barrère, sociologue, Université de Paris

8.     Elisabeth Bautier, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Paris 8

9.     Marie-Julie Bernard, enseignante-chercheure en droit, Sciences Po Grenoble

10.  Pierre-Yves Bernard, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes.

11.  Paul Bouffartigue, sociologue, CNRS

12.  François Burban, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

13.  Bernard Charlot, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Paris 8 et université de Sergipe (Brésil)

14.  François Charru, enseignant-chercheur en Mécanique, Université de Toulouse

15.  Edwige Chirouter, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

16.  Fabienne Cossin, responsable administrative et financière de l’ONG artistique Clowns Sans Frontières

17.  Philippe Cottier, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

18.  Boris Cyrulnik, neuropsychiatre

19.  Martine Derivry, enseignante-chercheure en Etudes anglophones et Sciences du langage, Université de Bordeaux

20.  François De Singly, sociologue, Université de Paris

21.  Yvan Detraz, architecte, directeur du collectif de création urbaine Bruit du Frigo

22.  François Dubet, sociologue, Université de Bordeaux

23.  Marie Duru-Bellat, sociologue, Science Po, CNRS

24.  Pierre Escudé, enseignant-chercheur en Sciences du langage, Université de Bordeaux

25.  Bruno Garnier, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Corte

26.  Pascal Guibert, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

27.  Nadège Haberbusch, directrice de ludothèque

28.  Emmanuelle Huver, enseignante-chercheure en Sciences du langage, Université de Tours

29.  François Jarraud, rédacteur en chef du café pédagogique

30.  Agnès Jaoui, comédienne, scénariste et réalisatrice

31.  Cyril Jaubert, directeur artistique de l’opéra Pagaï

32.  François Jonquet, co-directeur du Chabada (scène de musique actuelle)

33.  Anne Jorro, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, CNAM

34.  Laurent Josquin, Directeur de pôle social, éducatif et culturel, directeur de CCAS

35.  Magdalena Kohout-Diaz, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, psychanalyste, Université de Bordeaux

36.  Martine Lani-Bayle, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

37.  Nicole Lapierre, anthropologue, CNRS

38.  Régis Malet, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Institut Universitaire de France et Université de Bordeaux.

39.  Philippe Meirieu, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation et en pédagogie, Université de Lyon 2

40.  Christophe Michaut, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

41.  Jacques Mikulovic, directeur de l'INSHEA

42.  Frédérique Millasseau, psychologue, CHU de Nantes

43.  Monica Mincu, enseignante-chercheure en sciences de l’éducation, Université de Turin

44.  Benjamin Moignard, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Cergy-Paris

45.  Edgar Morin, sociologue

46.  Gregory Munoz, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

47.  Marie-Aude Murail, écrivain de jeunesse

48.  Catalin Nache, directeur général de Sésame Autisme

49.  Alain-Patrick Olivier, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

50.  Gérard Ostermann, professeur de thérapeutique, médecine interniste, Bordeaux

51.  Jean-Marc Pau, Illustrateur.

52.  Michel Peneau, chirurgien, CHR Orléans

53.  Pierre Périer, enseignant-chercheur en en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Rennes

54.  Denis Podalydès, comédien, metteur en scène, scénariste et écrivain, sociétaire de la Comédie française

55.  Tristan Poullaouec, sociologue, Université de Nantes

56.  Patrick Rayou, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Paris 8

57.  Julia Resnik, sociologue de l’éducation, University of Jerusalem

58.  Yves Reuter, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Lille

59.  Eric Roditi, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Paris

60.  Jean-Yves Roux, enseignant en sciences de l’éducation, Université de Nantes

61.  Stéphanie Rubi, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Paris

62.  Julien Samani, réalisateur, scénariste

63.  Ahmed Serraj, directeur d’association d’éducation populaire (Boulevard des potes)

64.  Pascal Simonet, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

65.  Dominique Sopo, président de SOS racisme

66.  FrédéricTabary, architecte d’intérieur et designer

67.  Abdou Tahari Chaoui, président du Boulevard des Potes, Directeur du CALK

68.  Philippe Teillet, enseignant-chercheur en Science politique, Président de l'ADRAMA

69.  Vincent Troger, enseignant-chercheur honoraire en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

70.  Sébastien Urbanski, enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

71.  Isabelle Vinatier, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes

72.  Agnès Van Zanten, sociologue, CNRS

73.  Christine Vidal-Gomel, enseignante-chercheure en Sciences de l’éducation et de la formation, Université de Nantes