Agenda en danger, Non au free-shift pour les coursiers !

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Camarades coursiers, l’heure est grave !

Il y a deux semaines,j’ai vu passer un article sur le site LCF concernant le projet de loi d’orientation sur les mobilités dont l’article 20 nous concerne.

La semaine dernière, Deliveroo nous a envoyé un sondage comportant la question « Soutiendriez-vous une législation ferait passer l'ensemble des plateformes à un système sans réservation de créneau ?  »

En effet, le projet de loi prévoit que « Les travailleurs indépendants de ces plateformes de la mobilité pourront librement se connecter et se déconnecter » (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1974/AN/2900)

Le projet est en train d’être retravaillé en commission paritaire, il peut donc encore être modifié.

A la seule condition de faire entendre à cette commission que nous ne voulons pas de free-shift !

 


Explication pour les non-coursiers :

Entre les deux plateformes de livraison de repas, Uber Eat et Deliveroo, la principale différence pour nous livreur, est l’absence ou la présence d’un système de réservation de créneau horaire de connexion (aussi appelé, par anglicisme, shift). Le système de réservation fonctionne en trois étapes.

1) Deliveroo établit une prévision du nombre de commande puis propose un nombre de créneau en fonction de cette prévision.

2) Les livreurs réservent des créneaux de livraison.

3) Les livreurs peuvent se connecter pendant les créneaux réservés. Cette fonctionnalité est regroupée dans l’onglet agenda de l’application.

Je suis fortement attaché à ce système de réservation car il permet de limiter le nombre de livreurs pendant les tranches horaires de moindre activité et donc de maintenir un nombre de commande par livreur intéressant. D’ailleurs, je ne connais aucun livreur régulier travaillant actuellement avec Deliveroo qui voudrait passer au freeshift en supprimant ce système de réservation.

Aujourd’hui, avec Uber Eat, la même situation revient tout les jours : trop de livreurs sont connectés en même temps et doivent attendre des heures avant de pouvoir recevoir une livraison. Raison pour laquelle, de nombreux livreurs Uber Eat, à ma connaissance, voudrait avoir ce système de réservation.

Or ce système nécessite que les livreurs se connectent et se rendent disponibles pour effectuer des livraisons pendant les créneaux réservés. Ainsi, aujourd’hui, Deliveroo calcule plusieurs indicateurs tel que le taux de présence (ratio durée de connexion/durée réservée) et le taux d’annulation tardive (ratio de plages horaires annulées moins de 24h avant le début). Suivant les scores obtenus, les livreurs peuvent obtenir un accès prioritaire à la réservation des plages horaires de la semaine suivante. Cela me permet de me connecter et de me déconnecter quand je veux, en m’incitant à me connecter et à me rendre disponible pendant les créneaux que j’avais réservés. Ce système me semble très pertinent bien que toujours perfectible.

L’ amendement N°2900 adopté à l’assemblée nationale, précise que :

ART. 20N° 2900 (2ème Rect)2/4« Art. L. 1326-4. – Les travailleurs choisissent leurs plages horaires d’activité et leurs périodes d’inactivité et peuvent se déconnecter durant leurs plages horaires d’activité. Les plateformes ne peuvent mettre fin au contrat lorsqu’un travailleur exerce ce droit.»

Art. L. 7342-8. – 1° […] « Ces règles garantissent […] la liberté pour les travailleurs d’avoir recours à la plateforme et de se connecter ou se déconnecter, sans que soient imposées des plages horaires d’activité. » 

Exposé sommaire : « Les travailleurs indépendants de ces plateformes de la mobilité pourront librement se connecter et se déconnecter. »

Si les livreurs ont la liberté se connecter ou se déconnecter, un système de réservation de créneau n’est pas viable. Je ne suis pas du tout d’accord avec cela. Je souhaite ainsi vivement que le droit à la déconnexion ne soit pas mis en œuvre au profit du droit à choisir librement les plages horaires d’activité.

Cette situation n’est pas spécifique à Deliveroo mais à l’ensemble des plateformes de mobilité avec un système de réservation.

Cette disposition dans l’amendement me semble être celle qui aura le plus d’impact sur notre quotidien. Concernant les autres dispositions, je soutiens le principe d’une charte car cela permet de mettre par écrit les pratiques actuelles même si toute la flotte de coursier n’est pas d’accord sur ce point précis. Le droit de refuser une course, l’obligation d’afficher la distance et le prix minimum, l’obligation de déclarer des indicateurs de revenu est une avancée significative pour améliorer nos conditions d’exercice.

Martin L.

Coursier à Bordeaux depuis 2017 principalement avec Deliveroo

mention légale : l’image utilisée en illustration provient du blog roocommunity.com et retravaillé par mes soins pour inclure le texte « non au free-shift »