Signez le Manifeste pour l'Habitat de qualité en Afrique sahélienne

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Manifeste pour une réponse adaptée et durable à la problématique de l'Habitat de qualité en Afrique sahélienne

Ce manifeste rappelle la place essentielle de l'Habitat dans les activités humaines avant d'aborder spécifiquement la problématique du logement pour le plus grand nombre en Afrique sahélienne et ses amplifications dues aux changements climatiques.

Il démontre l’obligation d’une véritable prise de conscience internationale des enjeux de l'Habitat adapté en invitant les parties prenantes et les acteurs d'un développement global et pérenne à introduire cette priorité dans les débats nationaux et internationaux.

Ainsi, cet engagement vise à permettre une transformation positive et mesurable de cette situation en prenant en compte les questions de développement durable, d’environnement et de climat.

Proposé à signature en janvier 2015 par :

  • Thomas Granier – Artisan maçon, Co-fondateur et Directeur de l’Association la Voûte Nubienne (AVN)
  • Seri Youlou – Cultivateur, Co-fondateur et Directeur d'AVN
  • Benoit Lambert – Président d'AVN
  • Mathieu Hardy – Architecte
  • Bruno Jarno – Ingénieur qualité environnementale des bâtiments
  • Antoine Horellou – Consultant en économie du développement

Texte intégral disponible via ce lien

« Essentialité » des questions de l’Habitat

Qu'il soit rural ou urbain, individuel ou collectif, modeste ou cossu, l'Habitat est un socle fondamental des activités et des valeurs humaines. Les dimensions transversales de ce secteur l'impliquent profondément dans toutes les évolutions sociétales :

  • Véritable pilier des économies mondiales - « quand le Bâtiment va, tout va ! » - ce secteur, qui permet un dynamisme important en matière d'emploi, porte également les acquis du patrimoine et les valeurs de sa transmission ;
  • L’Habitat signe les cultures et les identités régionales et privées. Il est le corollaire naturel de la vie familiale et des capacités d'éducation et d'émancipation ;
  • Les questions de bien-être, de confort, de salubrité et d’espérance de vie sont implicitement liées aux conditions de logement ;
  • Les institutions publiques, les domaines de la santé, de l'éducation, de l'agriculture ainsi que ceux de l'artisanat et de l'industrie sont largement tributaires des réalités architecturales. Les questions d’urbanisme et d’aménagement du territoire intègrent les problématiques du logement ;
  • Parmi les premiers contributeurs au réchauffement climatique, le secteur de l’Habitat est au cœur des questions environnementales actuelles tant par le cycle des matériaux utilisés (production / acheminement / fin de vie) que dans les processus de construction, de déconstruction et d'usage (performances énergétiques / confort).

200 millions d’Africains en attente d’un Habitat décent, une situation mal prise en compte

  • En Afrique sahélienne, les réalités démographiques (évaluées à + 150 % au Sahel d'ici 2050 !) et économiques, la disparition (déforestation / désertification) des ressources ligneuses naturelles utilisées dans les architectures traditionnelles et la croissance de l'urbanisation induisent une situation dans laquelle des millions de familles n'ont plus accès à un Habitat décent ;
  • Malgré l'attrait culturel qu'elles peuvent présenter, les alternatives techniques «modernes», les matériaux qu'elles nécessitent (ciment, acier, tôles, chevrons, etc.) et les économies dans lesquelles elles s'inscrivent (importation, utilisation de numéraire) n'ont pas permis de proposer, au plus grand nombre, un Habitat approprié et durable ;
  • Pourtant, alors même que le logement constitue une attente première et répétée des populations et que la croissance démographique vient renforcer considérablement ces attentes, cette problématique majeure est largement sous-évaluée, et donc peu - ou pas – traitée, par les acteurs publics et citoyens. A ce jour, aucun programme institutionnel transnational ambitieux, visant l’accès à un Habitat décent pour tous en Afrique sahélienne, n'est déployé sur le terrain. Cette situation amplifie aussi l'abandon des pratiques agricoles vivrières en milieu rural et les migrations vers les pôles urbains.

Il paraît alors évident que, tout en impliquant sur le long terme des évolutions culturelles et économiques complexes et des investissements conséquents,  la transformation concrète de la situation de l’Habitat renforcera positivement l'ensemble des activités humaines en Afrique.

Les évolutions climatiques, amplification d'une problématique majeure :

  • Les évolutions climatiques déjà constatées et les tendances à venir (hausse des températures moyennes et extrêmes, modification des régimes de précipitations et des vitesses des vents, sécheresses et désertification) liées à la grande vulnérabilité des populations africaines qui les subissent, mettent, plus encore, en évidence le besoin urgent de maisons durables, confortables, accessibles ;
  • La fragilité des écosystèmes et des économies des populations sahéliennes ne leur donne que peu de capacité d'adaptation et de résilience alors même qu'elles ne portent qu'une part marginale des responsabilités de ces évolutions climatiques.

Ainsi, au regard de l'importance transversale de l'Habitat dans le développement des peuples, et de la vulnérabilité des populations africaines face aux contraintes économiques, démographiques, environnementales et climatiques grandissantes, nous, signataires de ce manifeste, invitons chacun, citoyens, responsables politiques et institutionnels de développement et de coopération, acteurs du monde de l'Entreprise et des organisations citoyennes :

  • à une véritable prise de conscience internationale des enjeux essentiels liés aux questions de l'Habitat pour le plus grand nombre ;
  • à élever la transformation effective de la filière de l'Habitat adapté pour tous au rang de cause majeure, de priorité, garante de l'identité et de la pérennité des communautés ;
  • à introduire cette priorité dans les débats, engagements, votations nationales et internationales liées aux questions de développement durable*, d’économie positive, d’environnement et de climat (atténuation et adaptation) ;
  • à reconnaître une responsabilité partagée face aux questions du changement climatique et donc à prendre en compte les impacts locaux spécifiques considérables que vont subir en particulier les populations d'Afrique sahélienne et à accepter les implications et investissements qui en découlent ;
  • à rechercher les propositions techniques et méthodologiques, utilisant au mieux les mains-d’œuvre, matériaux et savoir-faire locaux et à impulser les politiques permettant leur diffusion pour le plus grand nombre ;
  • à impliquer et à doter en conséquence les opérateurs et les entreprises capables de la mise en œuvre de ces propositions et de ces politiques ;
  • à mobiliser les moyens financiers nécessaires à une réponse efficace aux questions de développement et climatiques permettant un véritable engagement proactif de toutes les parties prenantes – en utilisant les dispositifs existants (finance carbone, finance axée sur le résultat, fonds verts, fonds d'adaptation...), ou en en créant de nouveaux.

Dans une vision globalisée, il est essentiel et légitime de placer maintenant l'Habitat en Afrique au cœur des nouveaux enjeux économiques, environnementaux, climatiques et, bien sûr, de bien-être !



Association la Voûte Nubienne compte sur vous aujourd'hui

Association la Voûte Nubienne a besoin de votre aide pour sa pétition “Acteurs politiques: Signez le Manifeste pour l'Habitat de qualité en Afrique sahélienne”. Rejoignez Association la Voûte Nubienne et 27 signataires.