Accès aux hormones et aux chirurgies dès 13 ans pour les transgenres en France.

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Nous réclamons la légalisation de prendre des Hormones (Testo,bloqueurs et autres) et de pratiquer de la chirurgie (Mammetomie..autre..) dès l'âge de 13 ans.

En France, où l’accompagnement de la transidentité est encore balbutiant, deux tiers des adolescents transgenres ont pensé à la tentative de suicide. Un tiers est passé à l’acte.Comment peut-on fermer les yeux devant cela?

Ces enfants, très souvent, ne sont pas écoutés et leurs souffrances sont déniées, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques. «Il existe un risque de suicide lorsqu’un enfant trans’ a l’impression qu’il ne peut pas vivre son moi authentique, qu’il doit étouffer ou ‘tuer’ la partie trans’ de lui-même», indique le Dr Schneider dans son rapport.

La famille peut par ailleurs devenir l’une des causes principales de souffrance psychologique des enfants. «En particulier, lorsqu’un enfant annonce à ses parents qu’il souhaite faire une transition, il est courant que ceux-ci réagissent par le rejet, le refus de la transition, ainsi que par la violence émotionnelle et/ou physique», relève le rapport, qui a recensé des cas de violence sexuelle de la part de la famille elle-même.

C’est à l'adolescence, lorsque le corps change, que les souffrances sont les plus aiguës. C’est aussi à l’adolescence que les moqueries des camarades sont les plus blessantes. «Les enfants qui ne se conforment pas aux normes de genre courent un risque particulier d’être harcelés à l’école et d’y subir de la violence psychologique, physique et sexuelle», met en garde le document commandé par le Conseil de l’Europe.

Face à cela, le personnel de l’Education nationale, en France, mais aussi dans la plupart des pays d’Europe, se montre souvent au mieux démuni, au pire fait preuve d’intolérance. «Lorsque des écoles essaient de forcer les jeunes filles trans' à aller dans les toilettes des garçons, elles les exposent à des violences sexuelles», prévient ainsi le docteur Erik Schneider. «Les enseignants considèrent que la question trans' est une question d’adultes, ils considèrent que les enfants trans' n’existent pas», commente Arnaud Alessandrin

Comprenant que leur enfant vit un calvaire, certaines familles finissent par se tourner vers le corps médical. Mais les médecins sont rarement tous assez bien formés ni assez conscients des enjeux. Le rapport fait ainsi état de pratiques pour le moins troublantes, appelées «corrections» par l’auteur, telles que l’ordre intimé de s’habiller autrement, ou même de marcher différemment. Une institution proposait par ailleurs à des parents de couper tout contact avec leur enfant pendant plusieurs mois, «pour que l’enfant soit brisé et reconstruit par des professionnels». Deux de ces «thérapies» ont abouti au suicide du «patient», considéré comme malade de sa transidentité.



Trans compte sur vous aujourd'hui

Trans SPEECH a besoin de votre aide pour sa pétition “Accès aux hormones et aux chirurgies dès 13 ans pour les transgenres en France.”. Rejoignez Trans et 51 signataires.