Pour l'entrée de Grand Corps Malade à l'Académie Française

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Pour commencer, trois constats éprouvés : 

- Selon l'UNESCO, le Français ferait partie des 10 langues les plus difficiles à apprendre dans le monde, du fait notamment de "sa prononciation très stricte" et de "ses règles d'orthographe parfois obscures laissant souvent perplexes".

- La langue française serait en perdition. Pour certains, cela serait dû à "une anglicisation galopante comme au fait de parler et d’écrire en mode oral".

-  Un sentiment de désintérêt pour la langue française prédominerait au sein de la société, notamment chez les plus jeunes "dont le niveau d'expression écrite et orale serait de plus en plus inquiétant : mots mutilés, écriture phonétique, vocabulaire appauvri"… 

Erik Orsenna, écrivain de grand talent, est membre du Haut Conseil à la Francophonie et de l'Académie Française. Il a notamment écrit "La grammaire est une chanson douce" (Stock, 2001) ou encore "La Fontaine. Une école buissonnière" (Stock, 2017).

En février dernier, il a confié, au micro d'Aurélie Marcireau sur France Culture, avoir "aimé la langue française grâce aux chansons. […] Je voudrais des rappeurs, des slammeurs à l'Académie Française" a-t-il déclaré, en soulignant son envie de "voir Grand Corps Malade rentrer à l'Académie Française".

Nous prenons aux mots Erik Orsenna. Pourquoi pas ?

Fondée en 1634 et officialisée en 1635 par le cardinal de Richelieu, l'Académie Française est une institution française dont la fonction est de normaliser et de perfectionner la langue française. 

Dans ses statuts, celle-ci se compose de 40 membres élus par leurs pairs. Sur son site internet officiel, l'Académie Française indique être composée aujourd'hui de 36 membres. 4 sièges seraient donc à pourvoir.

"Roméo Kiffe Juliette", "Voyage en train", "Toucher l’instant", "Funambule", "L'Ombre et la Lumière", "Le bout du tunnel", et plus récemment, dans "Plan B" son sixième album studio, "Espoir adapté", "Le langage du corps" ou encore "Dimanche soir"... On ne compte plus les tubes de Grand Corps Malade ! 

En un peu plus de 15 ans de carrière, il a donné un nouveau souffle à un genre que d'aucuns pensaient moribond : la poésie. Il l'a inscrite, avec brio, dans l'air du temps. Grand Corps Malade, alias Fabien Marsaud, a toujours le mot juste. Avec son incroyable finesse d'esprit et sa voix enveloppante, il sait nous toucher en plein cœur ! 

Le poète est un artiste qui, oui, travaille avec les mots d'abord, mais aussi avec sa sensibilité, sa perception du monde, et la connaissance qu'il en a.
Au XIXème siècle, Théodore de Banville parlait du poète comme d'un "penseur et ouvrier".

"La poésie c’est la capacité de faire parler la langue comme personne pour tout le monde" a dit, de son côté, Alain Borer, spécialiste mondialement reconnu d'Arthur Rimbaud. En effet, la poésie sollicite la langue là où personne ne le fait !

Il y a, en France, une tradition multiséculaire d'expression poétique.

"Des poèmes de François Villon aux chansons de Jacques Brel, la poésie y a de tout temps reçu un accueil particulier et n'a eu aucun mal à s'implanter dans le paysage culturel immédiat des Français" dixit CIA-France.

On a plus que jamais besoin de poésie dans notre quotidien, pour comprendre la langue française -qui, elle aussi, a tant besoin de compréhension- et pour comprendre le monde !

Pour toutes ces raisons, nous soutenons l'idée de faire rentrer à l'Académie Française un formidable poète des temps modernes -jeune de surcroît- comme Grand Corps Malade ! Qu'en pensez-vous ?