Acoustics of N-D: Prise en compte de l'acoustique dans la reconstruction de N-D de Paris

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Que Notre-Dame soit un trésor inestimable de notre patrimoine est une évidence, mais ceci s’entend généralement du point de vue visuel. Or N-D fait partie aussi, comme la plupart de nos églises anciennes, du patrimoine sonore des édifices. La qualité sonore des églises a été particulièrement travaillée dans la tradition chrétienne occidentale ; l’architecture romane a porté cet art à ses sommets : la voûte a une fonction déterminante, et surtout l’abside incurvée qui, compliquée du point de vue architectural, n’a d’autre fonction que d’améliorer la résonance en focalisant le son. L’architecture est au service de la Parole, nécessairement chantée pour l’intelligibilité dans les grands espaces, mais, est là aussi, bien sûr, pour la beauté que la résonance révèle. L’art gothique introduit de nouvelles perspectives ; mais si N-D, comme d’autres cathédrales, est un univers en soi, la dimension sonore en fait, bien sûr, partie. Rappelons le rayonnement musical de la célèbre Ecole de Notre-Dame, fin XIIe - XIIIe s. La voûte traditionnelle ancienne y joue un rôle essentiel, aussi il faut, le plus possible, la restituer à l’identique ; la qualité de la pierre importe, le béton est exclu (à Reims où le béton a été utilisé, la résonance n’est pas bonne) ainsi que le verre ; le métal, pour la charpente, ne peut être utilisé qu’avec discernement car il a des résonances propres, parfois importantes, contrairement au bois.

Musiciens, acousticiens, architectes, passionnés d’art médiéval, spécialistes et amateurs du chant d’église, nous attirons l’attention des Autorités et Services concernés, sur ce point fondamental : la dimension sonore traditionnelle ancienne ne doit pas être oubliée lors de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

 

That the Cathedral Notre-Dame, in Paris, is an invaluable treasure of our heritage, is obvious to everybody; but this is understood usually from the visual point of view. However N-D belongs also, like most of our ancient churches, to the world heritage of archaeological acoustics. The sound quality of churches was mostly elaborated in the Western Christian tradition; Romanesque architecture has raised this art up to its highest achievements: the vault has a crucial function, and above all, the curved apse, albeit complicated from the architectural aspect, has no other function than to improve the resonance by focusing the sound. Architecture is at the service of the Word, necessarily sung for intelligibility in large spaces, and of course also, at service of the beauty that resonance reveals. Gothic Art introduces new perspectives; but if N-D, like other cathedrals, is a universe in itself, the sound dimension is, naturally, a part of this universe. Let us recall the influence of the famous Music School of Notre-Dame, late 12th – 13th century. The ancient traditional vault plays an essential role, therefore it has to be, as far as possible, restored identically; the quality of stone matters, concrete is excluded (in Reims, where the concrete was used, the resonance is not good), and glass should be excluded as well; metal, for the frame, must be used with discernment because it has its own resonances, unlike wood.

As musicians, acousticians, architects, lovers of Medieval Art, specialists or amateurs of church singing, we draw the attention of the concerned Authorities to this fundamental point:  the traditional acoustic sound dimension should not be forgotten during the restoration of Notre-Dame.