Soutenons Envoyé spécial et Complément d'enquête. Déjà une 1ère victoire ! Continuons !

0 a signé. Allez jusqu'à 15 000 !


SOUTENONS « ENVOYE SPECIAL »  et « COMPLEMENT D’ENQUETE »

BRAVO ! Déjà une 1ERE VICTOIRE GRACE A VOUS  (Voir dernière actualité /mise à jour au bas de la pétition) CONTINUONS !

Deux des magazines d’investigation les plus populaires du service public, présentés par Elise Lucet et Thomas Sotto, sont directement menacés par des restrictions budgétaires et par les choix envisagés par la direction de France Télévisions.

Dans le projet qui vient d’être proposé par la direction de France Télévisions, et sur le point d’être arbitré par sa Présidente Delphine Ernotte, la volonté est clairement affichée :

- Réduire par trois le nombre de numéros d'Envoyé Spécial et de Complément d'enquête ;

- Diviser de manière draconienne le nombre des journalistes au sein des deux rédactions au point de fragiliser la poursuite et l’approfondissement des enquêtes ;

Pour le service public, une remise en question radicale de la qualité de l’information et de sa capacité à mener de véritables investigations …

 

REPLAY. FranceTV : Un budget 2018 en baisse de 50 millions

Pour 2018, le Gouvernement impose à la direction de France Télévisions                  50 millions d’euros d’économie. A la stupéfaction générale, la direction de France Télévisions envisage de faire porter ces restrictions prioritairement sur l’information et, de manière encore plus ciblée, sur les émissions d’investigation.

Concrètement, le projet consiste dès le mois de février à réduire le temps d’antenne de ces deux émissions et à supprimer des CDD qui représentent aujourd'hui la majorité des reporters et des journalistes indispensables à la réalisation des reportages.

Selon les journalistes, si la direction de France Télévisions allait jusqu’au bout de son projet, cela se traduirait par trois fois moins d’informations sur France 2. Pour le téléspectateur cela signifierait : 3 fois moins de numéros d’Envoyé spécial et de Complément d’enquête, 3 fois moins de temps d’antenne pour s’informer, soit toujours moins d’investigations pour, au final, encore moins de révélations…

 

Le cri d’alerte des rédactions de France Télévisions

Face à la gravité de la situation, les journalistes de France Télévisions viennent d'adopter en Assemblée Générale, le principe d’un vote sur une motion de défiance contre Delphine Ernotte, la Présidente du groupe public.

Les journalistes des deux émissions, stupéfaits et choqués, se sont mobilisés pour rédiger collectivement une lettre  envoyée à la Présidente de France Télévisions : «Nous venons d’apprendre qu’un projet de la direction de l’information prévoit la suppression pure et simple des 33 CDD de reporters des magazines, c’est-à-dire de la quasi-totalité des postes de fabricants des émissions Envoyé Spécial, Complément d’enquête et 13h15 (...) Concrètement, sans CDD, sachez qu’il ne restera que 2 reporters à Complément d’enquête, et 5 à Envoyé spécial (...) Autant le dire franchement : cela reviendrait à faire disparaître ces émissions»

Dans cette lettre ouverte, les journalistes mettent en évidence l’enjeu essentiel de leur travail pour notre démocratie : « Une rédaction des magazines de service public, c’est la possibilité de pouvoir enquêter sur Bygmalion sans être censuré, d’envoyer une équipe en Erythrée sans être accusé de sous-traiter le risque, de dévoiler les dessous de la communication d’Emmanuel Macron sans payer les mécontentements du Château (…), d’être la seule rédaction suffisamment indépendante pour pouvoir enquêter sur Vincent Bolloré et de remporter ainsi le prestigieux prix Albert Londres. »

La société des journalistes (SDJ) de France 2 alerte : « Tout en payant la même redevance, le téléspectateur verra moins d’émissions d’enquêtes et d’investigation. »

 

Des « jeudis de l’information » au Black Thursday

La direction de France Télévisions doit prendre une décision « dans les prochains jours ».

Nous, téléspectateurs et citoyens qui contribuons chaque année par notre redevance à financer une télévision publique, sommes en droit de nous interroger sur les choix envisagés :

Est-ce que ces émissions d’information et d’investigation ne relèvent pas, en priorité, de la mission du service public ?

Ce projet revient à sacrifier une part significative des moyens au service de l’information, la direction de France Télévisions considère-t-elle que ces émissions n’intéressent plus suffisamment les spectateurs ?

Le travail d’investigation mené depuis plus de 26 ans par l’équipe d’Envoyé Spécial a pourtant séduit des millions de spectateurs. La journaliste présentatrice Elise Lucet a reçu cette année, le prix de « l’animatrice préférée des français » (enquête BVA) et les deux émissions sont largement plébiscitées par les Françaises et les Français.

Alors, pourquoi choisir de répercuter l’essentiel des économies imposées par le Gouvernement, prioritairement sur l’information et encore plus spécifiquement sur l’enquête journalistique et sur les reportages d’investigation ?

Des émissions trop populaires ? Qui réussissent à rendre des sujets, difficiles et essentiels, accessibles au plus grand nombre ? Trop aimées par les Français et les Françaises ? Un journalisme d’enquête exigeant et pédagogique qui fait bouger les lignes ? En un mot, un journalisme indispensable… et, au final, « trop dérangeant »?

C’est justement à l’ère des fake-news, au moment où, dans les grands groupes privés, l’investigation journalistique disparaît, où la communication politique envahit l’ensemble de nos écrans, que le service public a toute sa place. France Télévisions se doit d’assurer aux journalistes les conditions d’investigation nécessaires pour garantir la liberté d’information et d’expression.  

Soutenons les journalistes d’Envoyé spécial et de Complément d’enquête en demandant à la Présidente Delphine Ernotte de ne pas donner suite à « cette piste de réflexion » en totale contradiction avec les valeurs et les missions fondamentales de France Télévisions.

La liberté d’informer et le droit d’être informé n’ont jamais été aussi cruciaux pour nos démocraties.

Collectif « MERCI POUR L’INFO »



Collectif " MERCI POUR L'INFO " compte sur vous aujourd'hui

Collectif " MERCI POUR L'INFO " a besoin de votre aide pour sa pétition “Soutenons Envoyé spécial et Complément d'enquête. Déjà une 1ère victoire ! Continuons !”. Rejoignez Collectif " MERCI POUR L'INFO " et 11 761 signataires.