Oui aux fonctionnaires, aux services publics et droit à l'éducation pour tous !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Dans ce contexte électoral, nous appelons les 5,4 millions de fonctionnaires, dont les 900 000 fonctionnaires de l’Éducation nationale, ainsi que tous les citoyens à relayer cette pétition et à prendre les initiatives qu’ils jugent opportunes, afin de défendre les services publics et l’intérêt général, face aux attaques politiques dont ils font l’objet.

Nous, fonctionnaires, personnels et professeurs de l’éducation nationale, constatons que les attaques dont le statut de fonctionnaire et les services publics font régulièrement l’objet prennent une ampleur inédite. Nous assistons en particulier à un procédé classique, qui consiste à nous désigner comme bouc-émissaires, afin de détourner la société de ce que sont ses problèmes centraux. Nous appelons à rejeter ces attaques et les projets politiques qui les développent.

Oui, la Fonction publique et les fonctionnaires sont essentiels à la société. Leur existence garantit l'accès à des services de qualité pour tous dans les secteurs de la santé, l’éducation, la justice, le social, la culture, le transport… ce que la concurrence et le marché ne garantissent aucunement.

Non, il n’y a pas trop de fonctionnaires en France, le nombre de fonctionnaires par habitant est supérieur dans de nombreux pays développés tels que la Finlande, le Danemark voire même le Canada ou les Etats-Unis en termes d'emploi public*. Bien au contraire, il faut veiller à ce que le recrutement des fonctionnaires soit assuré à hauteur des besoins de la population.

Oui, le statut de fonctionnaire est légitime. La garantie de l'emploi, mais aussi le maintien d'un recrutement échappant au contexte local, sont tout particulièrement importants. C'est ce qui garantit la neutralité du service public, et contribue ainsi à préserver les citoyens de l'arbitraire.

Non, les fonctionnaires ne sont pas des privilégiés. Constatons d'abord que leurs retraites sont inférieures à celles du privé *, et que le salaire moyen des cadres fonctionnaires est également inférieur aux salaires des cadres du privé. Mais surtout, nous n'acceptons pas de monter les salariés les uns contre les autres, ceux du privé contre ceux du public. Les fonctionnaires sont aussi des travailleurs, ils dépendent de leur salaire pour vivre, et leurs droits doivent être, comme ce doit être le cas pour tous les salariés, défendus, maintenus, améliorés.

En conséquence :

Nous nous opposons à l’allongement du temps de travail des fonctionnaires (37-39h !), synonyme d'une baisse du salaire horaire, du bien-être social, et de destruction d'emplois.

Nous rejetons toutes les mesures visant à rendre plus tardif le départ en retraite, et à diminuer les pensions. Et nous exigeons que le droit à la retraite à 60 ans soit rétabli pour tous, salariés du privé et du public, avec un mode de calcul donnant accès à des pensions décentes.

Nous revendiquons le maintien et l'amélioration du statut des fonctionnaires. Et pour protéger tous les travailleurs de la Fonction publique, nous revendiquons un plan de recrutement et un plan de titularisation permettant de résorber la précarité dans la Fonction publique.

Pour ce qui concerne plus particulièrement l'École :

Nous tenons à alerter et prévenir nos concitoyens, comme nos collègues, contre une volonté politique de privatiser l’école. Volonté agissant au profit d’intérêts privés, et au détriment du droit à l’éducation pour tous, elle doit être rejetée lors de cette élection présidentielle.

En conséquence :

Nous sommes contre la destruction du Bac. Le développement du contrôle continu et la réduction à 4 matières en contrôle terminal, qui ne peuvent que porter atteinte à la valeur nationale de l'examen, mais aussi à l'égalité d'accès aux savoirs et à la culture.

Il faut arrêter la marche à l’autonomie des établissements, qui met en cause le caractère national de la politique éducative, et rend le fonctionnement des établissements similaire au fonctionnement des entreprises.

Il faut préserver l'Enseignement professionnel, en réouvrant toutes les filières dont a besoin la jeunesse, et en arrêtant le processus de transfert vers les Régions, qui met en danger le caractère national des diplômes.

Nous nous opposons au développement du financement des entreprises et établissements privés par nos impôts, au détriment de l’école publique. Les fonds publics doivent aller au développement de l'École publique.

Dernier point, nous abominons la préférence nationale et le refus d'assurer la gratuité de l'enseignement aux enfants en conditions irrégulières, mesure raciste et injuste, parce que tous les enfants ont droit à une éducation, et parce que la fonction publique comme l'Éducation nationale doivent être au premier rang pour défendre la Déclaration des droits de l'Homme.

* Source OFCE (Institut de recherche) https://www.ofce.sciences-po.fr

*Source Conseil d'orientation des retraites (COR) http://www.cor-retraites.fr/

 

 

 

 

 



PROFESSEURS ET PERSONNELS compte sur vous aujourd'hui

PROFESSEURS ET PERSONNELS LYCEE ET COLLEGE CHATEAUBRIAND DE COMBOURG a besoin de votre aide pour sa pétition “Oui aux fonctionnaires, aux services publics et droit à l'éducation pour tous !”. Rejoignez PROFESSEURS ET PERSONNELS et 77 signataires.