Technicien de Laboratoire Médical : Un professionnel de santé oublié des réformes

0 a signé. Prochain objectif : 15 000 !


Le Conseil National Professionnel des Techniciens de Laboratoire Médical  (CNPTLM) et l'Association Française des Techniciens de Laboratoire Médical ( AFTLM) souhaitent attirer l'attention de nos Politiques quant à la méconnaissance de notre Profession qui nous exclut des réformes actuelles et à venir ( Ma Santé 2022) et aboutit à une non reconnaissance des Techniciens de Laboratoire Médical..

Nous demeurons invisibles parce que non positionnés au plus proche des patients seul critère actuellement reconnu. Pour autant nous sommes au cœur des urgences et des évolutions technologiques qui permettent une amélioration de leur prise en charge.

Nous sommes plus de 45 000 professionnels de Santé dont les compétences sont reconnues de façon régulière par l'accréditation obligatoire des laboratoires de biologie Médicale.

Nous avons besoin de votre soutien pour affirmer notre positionnement.

Le 7 février dernier, Le CNPTLM a envoyé le courrier ci joint: (Certes notre ministre vient de changer mais nos revendications restent identiques)

 

Madame la Ministre,

Présidente du Conseil National Professionnel des Techniciens de Laboratoire Médical, je me permets de rapporter le mécontentement grandissant des Techniciens de Laboratoire Médical suite au décret n° 2020-65 du 30 janvier 2020 portant création d'une prime d'attractivité territoriale des établissements mentionnés à l'article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986.

Déjà exclus de la prime forfaitaire de risque attribué aux Urgences et aux manipulateurs d’électroradiologie médicale alors que la majorité des usagers admis dans ces services se voient prescrire, en première intention,  un bilan biologique dans un contexte d’urgence, cette nouvelle discrimination vient déstabiliser la Profession.

Le Technicien de Laboratoire Médical est un personnel de santé inscrit dans le code de la Santé Publique. Il travaille en H24 sur la permanence des soins et contribue, comme les Manipulateurs d’électroradiologie aux désengorgements des urgences.

Cette profession est actuellement en tension sur l’ensemble du territoire et les hôpitaux n’arrivent plus à recruter des professionnels de moins en moins motivés par une profession en manque de reconnaissance et sans réelle perspective d’avenir. Nous sommes en sous effectifs chronique et en difficulté à embaucher de jeunes diplômés.

Ce clivage entre paramédicaux n’est pas compréhensible.

Dans ce contexte, réclamant la même considération qu’envers nos collègues, Le Conseil National Professionnel demande une harmonisation dans  l’attribution des primes réservées aux paramédicaux.

J’espère que ce courrier retiendra votre attention, et dans l’attente d’une réponse, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes respectueuses salutations.

Myriam Delvigne, présidente du CNPTLM