Non aux compteurs LINKY à Annemasse !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Les citoyens sont nombreux, partout dans le monde, à faire barrage à l'installation de ces nouveaux compteurs électriques dits "intelligents": LINKY.

Des pays entiers, comme l'Allemagne, ont refusé leur installation, tandis que le Canada et la Californie les désinstallent aujourd'hui au vu du scandale sanitaire qui se profile.

Aussi, ce sont les méthodes scandaleuses d'ENEDIS et les sociétés de sous-traitance de cette dernière, pour l'installation de ces compteurs, qui poussent tout le monde à la méfiance et la quête d'informations pour comprendre pourquoi ils en arrivent à de telles violences envers les habitants.

Les intérêts financiers sont colossaux, les pressions politiques et industrielles aussi, nous l'avons toutes et tous compris mais nous défendons plus fortement encore l'intérêt général.

Celui de la démocratie, de la santé publique et des libertés individuelles que la question LINKY bafoue totalement, avec la connivence de beaucoup d'élus et de médias dominants.

Alors nous nous organisons ici aussi à Annemasse, à l'image des villes, régions et pays partout dans le monde qui le font déjà.

Jeudi 18 janvier 2018, nous avons invité le collectif STOP LINKY 74 à venir s'exprimer à la salle Martin Luther King (MLK) et ce sont près de 400 personnes qui se sont déplacées. Résultat: 200 sont restées à l'extérieur, faute de places à l'intérieur, prouvant par la même occasion que la question attire les foules et qu'aucune réponse suffisante n'est apportée par les pouvoirs publics.

Lundi 29 janvier 2018, nous étions environ 140 citoyens à s'être déplacés au conseil municipal d'Annemasse, pour faire entendre notre voix, nos inquiétudes et nos attentes, dans un espace de parole de 10 minutes qui nous a été accordé.

En réponse, Monsieur Dupessey (mairie d'Annemasse et Président de l'agglomération) s'est montré flou et fermé au dialogue.

Mardi 13 février, ce sera cette fois ATTAC qui invitera le collectif StopLinky74 à s'exprimer de la même manière que le jeudi 18/01, à l'auditorium du Perrier.

L'occasion renouvelée pour celles et ceux souhaitant entendre les arguments de ce collectif, de pouvoir y assister. Et pourquoi pas monsieur le maire?

Mais la volonté d'agir reste intacte, tout comme notre requête :

LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION DOIT S'IMPOSER - EN ATTENDANT QUE DES PREUVES FORMELLES, AVÉRÉES ET INCONTESTABLES SOIENT PRÉSENTÉES POUR NOUS GARANTIR LA NON-DANGEROSITÉ DES LINKY.

Et c'est dans ce sens que s'ouvre cette pétition : exiger l'application du principe de précaution par le maire d'Annemasse.

"Ne vous inquiétez pas, faites nous confiance" ne peut pas être une réponse suffisante de la part d'Enedis et des pouvoirs publics quand autant d'inquiétude, de faits, de chiffres, nous mettent en alerte.

Des résistances se tiennent et se maintiennent partout, comme au pays basque par exemple.
Près de 500 communes Françaises ont déjà dit NON A LINKY.
Prouvant par la même occasion que les élus de ces communes œuvrent au bien commun des citoyens qui les peuplent.

Où Monsieur Dupessey se place-t-il aujourd'hui sur cette question?



Cemil SANLI - Genevois Insoumis compte sur vous aujourd'hui

Cemil SANLI - Genevois Insoumis a besoin de votre aide pour sa pétition “Non aux compteurs LINKY à Annemasse !”. Rejoignez Cemil SANLI - Genevois Insoumis et 855 signataires.