Pétition fermée

Non à l'arrêté de battue administrative de Volpajola (Corse), Août 2017

Cette pétition avait 19 285 signataires


Pour résoudre le problème de sécurité routière lié à la présence de vaches sur les routes de la commune de Volpajola-Barchetta, le maire a pris un arrêté instituant une battue administrative.

Or les battues administratives ont été prévues comme une procédure de dernier recours, lorsque toutes les autres possibilités ont été explorées et ont échoué, ce qui ne semble pas être le cas ici.

Par ailleurs, c'est une battue de « destruction » qui a été choisie et non une battue d’effarouchement ou de cantonnement, alors que ces types de battue sont aussi prévus par la réglementation en vigueur. La Préfecture elle-même reconnaît que « l'abattage d'animaux ne constitue qu'une réponse ponctuelle à un danger immédiat. Toutes les voies du dialogue, si nécessaire de dissuasion, doivent être explorées avant d'en arriver à ces extrêmes. » (Corse Matin du 30 juin 2008, « Corse-du-Sud, Mort aux vaches sur les routes à grande circulation »)

Sachant qu’il y aurait entre 15 000 et 20 000 vaches en liberté en Corse, il semble difficile d’empêcher leur accès à toutes les petites routes, d’autant que d’autres animaux sauvages vivent aussi dans ces zones… il n’est pas question, espérons-le, d’éradiquer tous les animaux de la nature de façon à permettre une circulation plus rapide des véhicules des humains…  Ces routes sont de toute façon étroites et sinueuses, et une signalisation devrait suffire à éviter l’essentiel des problèmes.

Pour ce qui est des routes nationales, en revanche, il est clair que la présence d’animaux constitue un danger pour eux comme pour nous. Plusieurs solutions pourraient être envisagées, comme la clôture des abords des routes avec aménagement de corridors permettant l’accès des animaux à l’eau, ou la création de points d’eau en amont de façon à retenir les animaux dans une zone adaptée à leurs besoins, couplée si besoin à des mesures d’effarouchement.

Nous sommes de plus en plus nombreux à être scandalisés par ces battues et par l’absence d’empathie envers des êtres sentients, dont le seul crime est de tenter d’accéder à l’eau et à la nourriture. Aussi, nous demandons le retrait de l'arrêté en cause et la mise en place d'une solution alternative.



Florence compte sur vous aujourd'hui

Florence JURALINA a besoin de votre aide pour sa pétition “Non à la battue administrative de Volpajola (Corse), Août 2017”. Rejoignez Florence et 19 284 signataires.