Non à l’expulsion d’Abdullah WADIELNOUR vers le Soudan où il a été emprisonné et torturé

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Je m’oppose à l’expulsion par la France vers le Soudan d’Abdullah WADI EL NOUR, emprisonné et torturé par deux fois dans son pays

Abdullah aujourd’hui dans le Centre de rétention de Metz, est sous le coup d’une OQTF (obligation de quitter le territoire français). Ses amis craignent pour sa vie, si celui-ci est expulsé vers son pays d’origine. Le Soudan est dirigé par Omar el-Béchir, la Cour pénale internationale a émis contre lui un mandat d’arrêt pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Son régime est un des plus répressifs de la planète.
Abdullah est un jeune étudiant soudanais originaire du Darfour. Il a étudié les sciences à l’Université de Khartoum. Lors d’une manifestation sur le campus de l’Université, il est arrêté une première fois par le NISS (police secrète du régime) le 25 décembre 2011. Sa chemise est déchirée afin de lui bander les yeux. Emmené dans une prison inconnue, il est sévèrement battu avec des matraques, des tuyaux de plastique… Il est relâché au bout de 2 jours.
2ème arrestation le 10 juillet 2012, toujours dans le cadre de l’Université de Khartoum. Il prend la parole lors d’un meeting politique pour raconter son incarcération. Le NISS intervient pour faire cesser ce rassemblement. Un étudiant est tué par balles à ses côtés. Abdullah est emmené dans les mêmes conditions que la 1ère fois et subit les mêmes violences, cette fois-ci pendant 8 jours. Les blessures d’Abdullah seront attestées par un médecin assermenté à son arrivée en France. A l’hôpital Mercy de Metz, les médecins vont l’énucléer car son œil est trop abimé.
Abdullah part alors, via l’Egypte puis la Méditerranée, vers la France après un long périple. Il dort dans la rue quelques temps à Paris sous une tente. Sa demande d’asile enregistrée, il est envoyé en Lorraine.
Abdullah fait partie d’un groupe de jeunes soudanais arrivés ensemble à Metz, puis logés à Hayange. Ils sont plusieurs à avoir connu à peu près la même histoire. Les autres ont obtenu une carte de séjour, pas lui. Personne dans l’Association Migr’action qui s’occupe de lui ne comprend.
La France, ces dernières années, a expulsé des Soudanais, qui ont été pour certains torturés à leur arrivée à Khartoum : 65 en 2016, 115 en 2017, cette année nul ne sait. Ces expulsions sont permises par la collaboration entre la France et les autorités soudanaises. Les ONG internationales ne cessent de condamner ces pratiques qui concernent plusieurs pays européens. La France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme.
Ce 10 octobre, la police française a emmené Abdullah à l’ambassade du Soudan pour vérifier sa nationalité et demander s’il pouvait être renvoyé dans son pays.
Il est inconcevable que la France, patrie des Droits de l’Homme, expulse Abdullah WADI EL NOUR !
Nous en appelons directement au Président de la République.



Migr'action compte sur vous aujourd'hui

Migr'action a besoin de votre aide pour sa pétition “Non à l’expulsion d’Abdullah WADIELNOUR vers le Soudan où il a été emprisonné et torturé”. Rejoignez Migr'action et 1 808 signataires.