Régularisation pour la famille Hamza

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Déjà plus de 200 signatures sur papier parmi lesquelles celles des professeurs et personnel des écoles où les enfants sont scolarisés, le personnel du centre social Bordeaux Nord, les nombreux parents d'élèves et les diverses associations qui les soutiennent comme le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF)....

 

Madame la Préfète de la Gironde,

Luan 4 ans (PS), Suela 6 ans (CP) et Herolind 8 ans (CE2) sont scolarisés dans les écoles Joséphine et Dupaty à Bordeaux.

La famille Hamza, de nationalité kosovare, est arrivée en France en juillet 2016. Leur demande d’asile vient d’être refusée et ils vont devoir quitter le CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) le 4 mai 2019. A partir de cette date, ils n’auront plus de lieu d’hébergement.

Il n’est en aucun cas possible pour ces enfants et leurs parents de repartir dans leur pays d’origine, le Kosovo, où ils ne pouvaient plus vivre en sécurité. Avant d’arriver en France et durant leurs premiers mois dans notre pays, ils ont vécu (parents et enfants) des situations extrêmement difficiles…

Herolind et Suela sont scolarisés depuis septembre 2016. Ils ont appris le français, sont assidus et motivés dans leurs apprentissages, bien intégrés dans leur école. Ils sont inscrits dans des structures associatives et sportives : Centre Social pour l’aide à la scolarité et les loisirs et US Chartrons pour le sport et le périscolaire. Ils ont donc créé des liens importants avec les enfants du quartier.

Luan, élève de Petite Section de maternelle, rentre lui aussi dans les débuts d’apprentissage de la langue et la sociabilisation avec ses camarades.


Ces enfants ont retrouvé un équilibre grâce à leur scolarité et leur ancrage dans le quartier, équilibre qui va être anéanti aujourd’hui par l’absence de logement.


Nous demandons expressément que Luan, Suela et Herolind puissent continuer à être scolarisés en France et à y vivre en sécurité avec leurs parents.


Pour cela nous demandons, Madame la Préfète, une régularisation de leur situation afin de permettre aux parents de travailler, que la famille puisse accéder à un logement stable et avoir accès aux soins nécessaires pour leur santé.

Premiers signataires :

Le collectif de soutien à la famille Hamzap (de 200 signatures professeurs et personnel des écoles,l  personnel du centre social Bordeaux Nord, nombreux parents d'élèves et diverses associations qui les soutiennent comme le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF)...)