LIBÉRATION ET JUSTICE POUR SITTI THOURAYA

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


LIBEREZ SITTI THOURAYAT DAOUD ET SOUTENEZ SON DROIT A LA PRESOMPTION D’INNOCENCE

Cette pétition appelle à la libération immédiate de Sitti THOURAYAT DAOUD et au respect de son droit à la présomption d’innocence.

Sitti-Thourayat est une jeune femme comorienne âgée de 29 ans, issue d’un milieu modeste. Diplômée d’un Master I en Banque et Finances  à l’Université des Comores, elle effectue un stage dans le service comptabilité de la banque « Meck-Moroni » avant d’être embauchée en qualité d’Aide-comptable en juin 2010 à la Caisse de Retraites des Comores.

En marge de ses activités professionnelles, Sitti Thourayat exerce une carrière d’artiste professionnelle. Comédienne et membre du Centre Culturel et Artistique des Comores (CCAC-Mavuna), elle a joué dans plusieurs pièces de théâtre dont les pièces « Mon patron et moi » de Mounir Hamada Hamza, « Excusez-moi Madame » d’Emilie Bonafous, « les Barbuffes » de SAST,  « Karthala » de Papa Kais en partenariat avec Ngo’Shawo et l’association « Autres Climats », ou en duo avec des artistes comoriens reconnus, tels que Soumette Ahmed, et bien d’autres...

Elle fait ses débuts dans le milieu cinématographique en 2012, lors de la première édition du CIFF (Festival International du Film Comorien) qui a rassemblé des professionnels de l’Océan Indien, de France, d’Inde, d’Egypte et du Canada. Elle participe également aux ateliers de formation organisés lors de la seconde édition du CIFF en collaboration avec la société NEXTEZ.

Grâce à son talent artistique, elle devient boursière du gouvernement français en 2013 dans le cadre du programme « CultureLab » au Festival de Théâtre d’Avignon, ce qui lui permet de consolider ses acquis.

En 2015, elle joue dans le film « Terre Négligée »  de Zainou El-Abidine, qui remporte le prix du meilleur film étranger lors de la 11ème édition du Mobile Film Festival, organisée en partenariat avec les Nations-Unies dans le cadre de la COP21.

Engagée dans le milieu associatif, elle participe en 2015 au projet « Sherehi Wu Tamadouni » avec l’ONG Ngo’Shawo en tant que Directrice Artistique, et à l’atelier de contes et merveilles au CNDRS en 2015, dans le cadre du projet « village des vacances » de l’association Mwana Tsi Wamdzima.

Enfin, en 2017, elle travaille sur un projet de feuilleton radio visant à promouvoir l’engagement des jeunes femmes dans la vie politique, en collaboration avec la Plateforme comorienne des Femmes en Politiques et le Commissariat National au Genre.

Sitti est également depuis plusieurs années l’égérie de la styliste comorienne, d’origine malgache, Mireille Rasoamiaramanana.

Ce mercredi 3 janvier 2018, la vie de Sitti a basculé… Après le vol de 18 millions de francs comoriens (36.000 euros) dans le coffre-fort de la Caisse de Retraites de Moroni dans la nuit du 2 au 3 janvier 2018, Sitti Thourayat a été arrêtée et placée en détention dans la prison de Moroni avec ses collègues du service comptabilité (Houratil Ain, Assistante-comptable chargée des dépenses et et Djanfar Mmadi, Chef Comptable). Alors que ses collègues et le gardien de la Caisse de retraite (présent la nuit du vol) ont été remis en liberté sous caution très rapidement (deux mois après leur détention) par la justice, Sitti Thourayat  est maintenue seule en détention provisoire, sans motif valable, en dépit des quatre demandes de mise en liberté provisoire sollicitées par ses avocats ces derniers mois, avocats engagés par des organisations de la société civile telle que Ngo’shawo.

Malgré les lacunes de ce dossier, les failles mises en lumière par un argumentaire solide de ses avocats, ainsi que les nombreux témoignages qui concordent pour montrer l’incompatibilité des faits qui lui sont reprochés, la justice s’acharne à maintenir Sitti Thourayat en détention à durée indéterminée, et dans des conditions inhumaines.

 Dès la mise en détention de Sitti, un comité de soutien s’est organisé spontanément autour de la jeune femme, composé du Collectif des artistes (dont les chanteurs Nawal, Maalesh et Cheikh MC), d’organisations de la société civile, de journalistes, mais également d’amis et collègues de Sitti ou de simples citoyens épris de justice, afin de réclamer une justice équitable pour Sitti. De cet élan de solidarité, est né le « Collectif Justice pour Sitti », soutenu massivement par l’opinion publique à travers les réseaux sociaux notamment.

Aujourd’hui, constatant la sévérité du traitement infligé à Sitti,  le  « Collectif Justice pour Sitti» a toutes les raisons de craindre une politisation et une entrave à la bonne marche de la justice comorienne, de par l’implication de certaines personnalités politiques de haut niveau.

 Le « Collectif Justice pour Sitti »  en appelle donc aux Hautes autorités du pays et à la communauté internationale pour se mobiliser afin que Sitti Thourayat ait droit à un traitement régulier dans cette affaire, et qu’elle soit remise en liberté immédiatement en attendant que l’enquête suive son cours et qu’une date de jugement soit fixée.

La présomption d’innocence est une garantie dans tout Etat de droit.



COLLECTIF JUSTICE POUR SITTI compte sur vous aujourd'hui

COLLECTIF JUSTICE POUR SITTI a besoin de votre aide pour sa pétition “LIBÉRATION ET JUSTICE POUR SITTI THOURAYA”. Rejoignez COLLECTIF JUSTICE POUR SITTI et 1 331 signataires.