Ordonner la fermeture des cabinet dentaires c'est les condamner!

0 a signé. Prochain objectif : 7 500 !


PRESIDER, DECIDER C’EST ASSUMER!

Monsieur Le Président Serge Fournier,

Le 18 mars dernier, vous nous écriviez «Les cabinets dentaires doivent cesser les soins mais maintenir une permanence téléphonique pour rassurer leurs patients.....», alors même que l’ETAT ne l’avait ni demandé ni exigé.

Nous, chirurgiens-dentistes, nous sommes exécutés dans la confiance. Nous avons pensé que vous étiez conscient des enjeux financiers pour les cabinets dentaires et que vous intercédiez auprès de l’ETAT pour obtenir des indemnisations afin de nous permettre de survivre à la crise.

Mais, très vite les doutes sont arrivés:

 - Les premières demandes de chômage technique pour nos assistantes ont été rejetées au prétexte que «nous n’étions pas sur la liste des professions concernées car l’ETAT n’avait pas demandé notre fermeture»; les syndicats se sont battus et nous sommes maintenant sur la liste par équité pour nos salariés sans doute,

 - Lorsque les pharmacies ont été approvisionnées en masque FFP2, nous en avons sollicités mais on nous a répondu que nous n’étions pas sur leurs listes car seuls les professionnels de santé y figurent! Il faut croire que nous délester de nos EPI par solidarité aux professionnels de santé actifs sur le terrain, avait pour conséquence de nous faire disparaître des professions médicales...

 - Lorsque nous avons sollicité nos assurances, elles nous ont répondu que «nous ne pouvons pas prétendre à une indemnisation car notre fermeture n’émane pas d’une demande de l’ETAT,

 - Lorsque nous écoutons le Président de la République qui cite les professionnels de santé, nous sommes devenus une profession taboue qu’on ne cite plus,

Vous avez décidé de la fermeture de nos cabinets et maintenant qu’attendez-vous pour être à nos côtés et défendre nos intérêts? Vous demandez aux conseils départementaux et régionaux d’assumer toujours plus, aux dentistes que nous sommes de payer toujours plus!

Monsieur Fournier, vous avez été élu par la profession  pour votre sens des responsabilités et de   l’engagement,   vous   ne   pouvez   pas   vous   dédouaner   de   vos   décisions   qui   ont   des conséquences financières catastrophiques pour la profession!

Dans votre communication du  16 avril, vous osez écrire  «je recommandais  à tous les chirurgiens-dentistes   de   suspendre   leur   activité»   alors   que   vous   nous   avez   ordonné   la suspension ! Maintenant, vous estimez que conscient des difficultés financières que nous subissons, suite à votre décision, ce n’est plus votre problème mais le nôtre et celui des syndicats.

Vous nous demandez de vous faire confiance pour la reprise progressive de nos activités??!!! 
 
Le 18 mars dernier, vous considériez que le COVID19 était suffisamment contagieux et dangereux pour fermer nos cabinets et interdire à nos assistantes de travailler..., le 18 avril vous considérez qu’avec des EPI et des protocoles nous pourrons reprendre nos activités!

Par conséquent, nous aurions pu travailler avec des EPI et des protocoles spécifiques pendant le confinement comme les professionnels de santé aguerris que nous sommes, habitués à travailler en bouche avec des virus et des bactéries.

Vous nous assurez une équité en approvisionnement des EPI à tous les cabinets dentaires de France, avec quel argent ?

Il est encore temps d’assumer vos décisions, vos missions, votre rôle.

Vous avez eu 31 jours et 30 nuits pour réfléchir à nos besoins, nos priorités et celle des patients, nous exigeons donc:

 - QUE  VOUS   DEFENDIEZ   LA   RECONNAISSANCE   DE   CATASTROPHE NATURELLE POUR PERMETTRE A NOS ASSURANCES DE DISCUTER DU MONTANT DE L’INDEMNISATION DE NOTRE PERTE D’ACTIVITE ET DEREVENUS!

 - QUE   VOUS   DEFENDIEZ   LA   GRATUITE   DES    EPI       ET L’APPROVISIONNEMENT EN QUANTITE SUFFISANTE  POUR ASSURER L’EQUITE ENTRE CHAQUE CABINET

 - QUE DES CONTROLES SOIENT ORGANISES POUR S’ASSURER DU RESPECT DES PROTOCOLES ET A DEFAUT, PRATIQUER DES SANCTIONS

 - QUE VOUS NOUS DONNIEZ AU 30 AVRIL LES ELEMENTS TANGIBLES QUI NOUS   PERMETTRONT   D’ASSURER   LA   SECURITE   SANITAIRE   DE   NOS EQUIPES ET DE NOS PATIENTS

Vous avez décidé de nos fermetures en nous privant de notre libre arbitre et de nos EPI, à vous   d’assumer  les   conséquences   de  vos   décisions   en   défendant   les   intérêts de la Profession !

Nous   refusons   LE   SACRIFICE   DE   NOTRE   PROFESSION   sur   l’autel   de   VOSMANQUEMENTS!

                                                                      Confraternellement,

                                                                         Dr David KRAUS