Pétition fermée

Halte au saignement de l'Algérie par la corruption d’État

Cette pétition avait 272 signataires


Pour une législation européenne plus élargie de l'intérêt à agir en justice

La corruption des hauts fonctionnaires d’État algériens, civils et militaires et des cadres et dirigeants des sociétés nationales n'est pas un fait nouveau mais l'explosion du crime atteint ces dernières années un volume considérable.

Des millions d'algériens se retrouvent aujourd’hui dans une situation dramatique alors qu'une poignée d'individus, comptables du bien public, s'est gavée frauduleusement de milliards. Quant au secteur privé, il a outrageusement bénéficié d'une corruption massive et un grand nombre de chefs d'entreprises ont été eux-mêmes des agents de la fonction publique d’État ou locale.

Abdelaziz Bouteflika, empereur installé à vie, vient de nous annoncer la situation catastrophique de l'économie algérienne avec une survenance prochaine du pire et compte sur les forces vives de la nation pour supporter l'impact et redresser le pays. C'est une insulte à un peuple qui a été mis à genoux par un pouvoir despotique et par sa corruption massive.

La baisse mondiale des cours des matières premières place le peuple algérien au bord d'un précipice dont il ne sortirait pas de sitôt. Plus l'échéance de l'écroulement définitif de la rente nationale approche, plus la frénésie de corruption s’emballe. Des fortunes colossales et indues sont placées illégalement dans le monde entier et le rythme s'accélère pour pouvoir amasser le plus possible avant l’apocalypse qu'ils ont provoquée.

Cet argent mal acquis appartient aux algériens et il faudra, d'une manière ou d'une autre, qu'il soit récupéré. Les hôpitaux en ont besoin, les mamans isolées avec enfant souffrent, l'éducation nationale et bien d'autres services publics sont délabrés. Cet argent doit revenir à ses propriétaires légitimes et les corrompus, punis de la plus sévère des sanctions.

Il ne faut se faire aucune illusion, la réappropriation des biens mal acquis ne réglera jamais le problème financier de l'Algérie. Mais c'est sans aucun doute une étape d'indemnisation civile absolument indispensable pour les esprits et pour le redémarrage du pays sur une meilleure voie. Il est impossible de concevoir un avenir serein sans solder le passé. C'est une question de justice, pas de vengeance.

Le crime perpétré contre le peuple algérien devient encore plus insupportable lorsque ce sont des militaires, fonctionnaires d’État chargés de sa sécurité, qui se sont enrichis jusqu'à l’écœurement. Le général Nezzar, ainsi que sa famille, est l'exemple même de l'odieux outrage. Il a été le bras armé et assassin d'un régime politique qui a mis à mort une jeunesse algérienne qui ne demandait qu'à vivre.

Ils se sont servis du sentiment nationaliste et religieux pour anesthésier des millions d'êtres humains, par la propagande tout autant que par la terreur. Ils se sont enrichis de leur acte impardonnable, ils doivent maintenant faire face à la demande de justice des algériens.

Nous demandons au Parlement européen d'initier un contrat fort avec les populations démunies par la corruption d’État. C'est de leur survie qu'il s'agit mais également de la sérénité et de la croissance européenne. Elle n'a aucun intérêt de continuer à alimenter des flux provenant, soit de personnes corrompues, soit de ceux qui fuient une situation qui ne leur permet plus de vivre.

Il en est encore plus fortement des résidents en Europe car l'argent des corrompus provient de leur propre contribution au budget de l’État. C'est leur argent, lourdement consenti en impôts, qui alimente certains contrats publics ou subventions. Ils ne peuvent plus supporter que cet argent soit détourné et placé avec ostentation dans le pays où ils travaillent si durement. C'est une situation intolérable qui ne peut plus durer, l'Europe doit y mettre fin avec l'élargissement de l'intérêt à agir en justice.

Il va de l'intérêt de l'Europe d'arrêter cette flambée monstrueuse qui dépèce l'Algérie jusqu'au dernier bout de chair qu'il lui reste. L'Europe ne peut plus continuer à fermer les yeux sur ce crime d’État qui lui causera encore plus de troubles car l'effondrement de l'Algérie n'est pas de son intérêt.

Chaque citoyen algérien, ou groupe de citoyens, doit bénéficier d'une législation claire et renforcée afin de pouvoir justifier d'un intérêt à agir en justice. Cette possibilité doit être ouverte dès que les avoirs de certains hommes politiques et d'affaires dépassent et contredisent ostensiblement, le niveau de traitement des uns, la déclaration fiscale et les justification des avoirs bancaires pour les autres.

L'Europe et la communauté internationale ont fait un grand pas avec la Cour internationale de justice devant laquelle ont comparu des criminels de sang. Il faut qu'elle continue en s'attaquant au crime voisin, celui du dépouillement des peuples par la corruption massive d’État.

Les législations actuelles ainsi que les jurisprudences ne permettent pas un tel déclenchement des plaintes des citoyens algériens. Il faut leur en donner la possibilité d'une manière plus forte sur la base d'indices concordants de possession de biens mal acquis, tellement visibles et vérifiables, en France comme en Europe.

Le Parlement européen doit se saisir de cette opportunité pour remettre de la dignité dans la relation des peuples, il y va de son honneur, de sa sécurité comme de son intérêt économique à venir. Les députés européens savent que la justice algérienne est totalement liée, si ce n'est inféodée et complice. Il doivent se substituer à elle car c'est de l'intérêt de l'Europe qu'il s'agit.

Nous savons que notre appel ne peut induire une législation restreinte au cas algérien mais ce cas particulier doit entraîner une prise en compte générale et un sursaut à la dimension du problème.

Les signataires demandent au Parlement européen d'étudier une proposition d'extension de l'intérêt à agir en justice en faveur des citoyens algériens, résidents en Europe ou sur le sol algérien, de double nationalité ou non, à titre individuel ou en association constituée.

 

SID LAKHDAR Boumédiene
Enseignant
Paris

 



Boumédiene compte sur vous aujourd'hui

Boumédiene SID LAKHDAR a besoin de votre aide pour sa pétition “Halte au saignement de l'Algérie par la corruption d’État”. Rejoignez Boumédiene et 271 signataires.