Une maison pour nos garçons

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Moi (Anaïs), Lui (Clément) et eux (Liam 7 ans et Maël 5 ans) vivons dans un petit village de l'Oise.

En Juin 2015, nous avons acheté notre première maison, après 10 ans de vie commune, de bataille, de petits boulots. Enfin la vie de grands ! :)

Cette maison avait tout pour plaire : de l'espace, un jardin clos à l’abri des regards, des arbres, de la nature, des voisins sympas....

Nous l'avons acheté pour nos enfants, pour avoir un petit capital à leur offrir après nous.

Elle présentait de nombreux atouts : des travaux récents, 2 chambres à rafraichir. Rien de bien méchant !

Les clés en mains, papa décide de démonter le mur d'une des 2 chambres pour refaire le sol en chêne. Le début des galères... Inquiété par un mur de briques creuses posé à même le sol, il décide de le démonter pour voir ce qu'il se cache derrière.

Il se cache une façade en très mauvais état montée en parpaing de type SIPOREX de 5 cm d'épaisseur. L'ancien propriétaire a enlevé la quasi-totalité des poutres dont les poutres maîtresses sans installer de renforts ce qui provoque l’affaissement de la structure. Des ventres se forment sur les murs, les fissures se créent, les poutres autour des fenêtres sont pourries. On stoppe tout, on pleure, on se rend compte que le rêve ne deviendra jamais réalité. Nos meubles s'entassent au rez de chaussée. On essaie de caler les lits de tout le monde dans le salon. On créé un dortoir pour la famille. On donne la plupart de nos autres meubles par manque de place. Certains cartons resteront clos. On demande aux enfants de trier leurs jouets. Ce qui sera certainement l'épreuve la plus difficile pour eux à cette époque.

On appelle l'assurance pour demander conseil. Une procédure à l'amiable avec l'ancien propriétaire est engagée. Il refuse et nie en bloc nos griefs.

Nous voilà parti dans une procédure judiciaire.

Dans les jours, les semaines qui suivent, nous découvrons d’innombrables vices cachés : électricité en très mauvais état (dominos enfuis dans les murs), des fuites sous le bac de douche et sous la baignoire qui ont engendrés le pourrissement des sols, des fuites sur la quasi-totalité des radiateurs...

Le constat est rapide : cette maison est une dangereuse arnaque.

L'assurance nous accorde le droit de faire passer un expert. Celui-ci ne pourra que constater les dégâts et nous dit clairement que notre maison risque de s’effondrer.

Le choc.

L'angoisse vit désormais avec nous. On essaie de la cacher aux enfants et à notre entourage.

Au fil des mois, les premiers signes fragilité se font ressentir : les fenêtres ne s'ouvrent plus, la porte d'entrée finit par casser, les murs se fissurent au point de voir les rideaux bouger quand il y a du vent. Une nuit de tempête, la porte fenêtre ne fermant plus totalement s'est brutalement ouverte, faisant tomber un banc posé juste devant. Nous avons cru que c'était la fin et que tout était en train de s'écrouler. Forte heureusement ce n'était qu'un banc... La panique nous envahi à chaque coup de vent.

Question chauffage : on s'habitue à vivre dans 13 degrés de moyenne. 9 le 1er janvier (retour de réveillon glacial pour tout le monde). Ce jour-là, Liam, le plus grand, m'a dit "maman, j'ai froid" pour la première fois. Il était à moitié endormi. J'ai dû le coucher dans son lit glacé.

J'ai déjà alerté un certain nombre d'associations, la mairie de notre village, les services sociaux, les médias, la justice. Rien ne bouge. Les professionnels du bâtiment que nous avons appelé pour obtenir des devis sont atterrés de voir dans quelles conditions nous vivons et les risques que nous prenons.

Notre plus grand rêve à tous, c'est de pouvoir de nouveau respirer. Vivre normalement. Inviter des amis sans avoir honte de les voir trembler de froid. Ne plus voir la peur dans le regard de nos amis, de notre famille, de nos enfants.

Nous vous demandons de l'aide à vous, hommes de pouvoir, pour agir en notre faveur et ainsi faire bouger les autorités. Nous devons quitter les lieux au plus vite mais également faire avancer notre dossier auprès des tribunaux. Une famille vit dans la peur que leur maison s'écroule et cette situation n'est pas normale.

Sans vous, nous passerons notre 3ème hiver dans le froid, la peur, le désespoir.

Nous vous invitons à visiter notre page afin de vous rendre compte de l'étendu des dégâts https://www.facebook.com/groups/823873731099624/?multi_permalinks=825428730944124&notif_t=like&notif_id=1494439696422772

Une cagnotte est également en ligne afin de récolter des dons pour envisager des travaux de consolidation mais également l'amélioration de nos conditions de vie: https://www.okpal.com/projects/im27J4YKGcQJsLYQ

Nous vous remercions d'avance de tout ce que vous ferez pour nous.

Anaïs, Clément, Liam et Maël.



Anaïs compte sur vous aujourd'hui

Anaïs ROBERT a besoin de votre aide pour sa pétition “Edouard Courtial: Une maison pour nos garçons”. Rejoignez Anaïs et 2 368 signataires.