Sexisme, indignité nationale

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Sexisme, l’indignité nationale!


Francoise Laborde, Journaliste, Emmanuel Grégoire, Premier Adjoint au Maire de Paris, Audrey Pulvar, Journaliste, Pape Diouf, Ancien Président de l’Olympique de Marseille, Marcel Ruffo, Pédopsychiatre, Virginie Martin, Politologue, Mohamed Bouhafsi, Rédacteur en chef RmcSport, Gaëtan Poitevin, Avocat au Barreau de Marseille.

 

Lors du Conseil municipal de la ville de Marseille qui s’est tenu le 04 Février 2019, Stéphane Ravier a tenu des propos sexistes inqualifiables et abjectes à l’égard d’une conseillère municipale. Ces déclarations avaient déclenché une vague d’indignation à la hauteur du dégoût provoqué par les propos de l’élu du Rassemblement national.

Aux excuses, Stéphane Ravier a privilégié la honte et l'indécence. En effet, nous apprenons qu'il a décidé de porter plainte contre la sénatrice Samia Ghali qui avait alors pris la défense de sa collègue écologiste Lydia Frentzel. Pire, le jeudi 18 avril 2019 lors d’une conférence aux côtés d’Eric Zemmour, Stéphane Ravier a renouvelé des propos sexistes, insultants et particulièrement choquants à l’égard de Samia Ghali.

C’en est en trop!

Aujourd'hui, avec cette pétition, nous apportons notre entier soutien à Samia Ghali régulièrement ciblée en raison de son origine, de sa couleur de peau et en réponse de ses convictions pour l'égalité entre les femmes et les hommes.

Nous refusons que celles et ceux qui s’élèvent contre le sexisme soit accusé, sommé de s'expliquer et traîné devant des tribunaux.

Depuis trop longtemps, les femmes, élues ou non, sont les cibles de sous-entendus honteux, de propos dégradants et d'actes abjects. Ces derniers mois, dans le monde comme en France, la parole s'est enfin libérée. Qu'un élu de la République, membre du parlement, coutumiers de ce qu'on appelle trop pudiquement des dérapages, puisse en faire un élément de fierté et de combat politique et judiciaire nous révulse.

La lutte pour l'égalité entre les femmes et les hommes, contre les injures sexistes et les violences faites aux femmes est un combat de tous les instants.
Ne pas s'élever, ne pas s'indigner face à ce comportement serait donner raison à ceux qui tous les jours agressent verbalement ou physiquement des femmes dans nos rues et nos transports.

L'accusation, la culpabilité doit changer de camp.