Non à la démolition de la Halle Lustucru d'Arles

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


La Halle Lustucru qui jadis fut un patrimoine remarquable de la ville d'Arles, bénéficiant du label "Patrimoine du XXème siècle" en 2012, est aujourd'hui en état d'urgence absolue.

La ville l'a vendu à un promoteur, qui souhaite la démolir afin de reconstruire un bâtiment sur ce terrain . Ce dernier n'était visiblement pas opposé au fait qu'elle soit démontée, mais personne jusqu'alors n'a eu la volonté d'exécuter ce démontage.

Cette "Cathédrale" d'acier peut tout à fait rayonner ailleurs et s'intégrer parfaitement dans un beau projet de réhabilitation. La ville d'Arles est une ville de culture qui ne manque ni d'idées, ni d'envies.

Les heures de cet édifice sont désormais comptés, il est donc impératif d'agir vite.

Nous demandons donc instamment à Madame le Ministre de la Culture d'ordonner une mise sous protection d'urgence de l'édifice, afin de retarder sa destruction et de laisser le temps nécessaire  à son démontage.

                                             Le collectif CDCA et Urgences Patrimoine 

 

En savoir plus:

département : Bouches-du-Rhône
commune : Arles
appellation : Halle du site Lustucru
adresse : 22 avenue de la libération
auteurs : Edouard ALLAR (ingénieur), Etienne BENTZ (architecte), Léonce MULLER (architecte en chef de l'Exposition), Edouard RAMBERT (architecte adjoint), André CHANAS (architecte (remontage, 1951))
date : 1906
protection : édifice non protégé
label patrimoine XXe : Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) du 3 juillet 2012
La grande halle du site Lustucru est une impressionnante structure métallique. C’est à l’origine le vaisseau principal du Grand Palais construit à Marseille, en 1906, au sein du Parc Chanot à l’occasion de l’Exposition coloniale nationale. Ce très beau spécimen de structure métallique, conçu par la Société de Construction de Levallois-Perret (anciennement Compagnie des Etablissements Eiffel), constitue un objet patrimonial d’autant plus précieux qu’il est rare. Il est un témoin majeur de l’histoire de la construction métallique et, au-delà, de l’histoire de l’architecture du XXe siècle. Cette structure métallique a été dessinée par Edouard Allar (1873-1936), jeune ingénieur diplômé de l’Ecole centrale des Arts et Manufactures (promotion 1897) qui commence sa carrière au sein de la Société de Construction de Levallois-Perret comme secrétaire de l’éminent ingénieur Gustave Eiffel (1832-1923).

Le destin de la grande halle est unique en son genre : de 1906 à 1939, la structure métallique sera " rhabillée" à plusieurs reprises pour diverses manifestations. Elle sera ensuite réquisitionnée et occupée par les armée française, allemande puis américaine jusqu’en 1945. Enfin, elle sera déplacée et remontée à Arles où elle sera utilisée dès 1951 comme hangar agricole, avant d’être redécouverte après plus d’un demi-siècle.

La grande halle Lustucru est en acier bas carbone. Elle mesure environ 99 m de longueur sur 44,50 de largeur. Elle couvre une surface de 4405,50 m². Sa hauteur intérieure avoisine les 20 mètres.

De plan rectangulaire, la halle se compose d’une nef centrale flanquée, sur ses quatre faces, par des bas-côtés. A l’origine, une galerie desservie par deux escaliers de forme circulaire à double volée se développait sur les bas-côtés. La halle offrait alors environ 5670 m² de surface utile (4350 en rez-de-chaussée ; 1320 au niveau de la galerie). Galerie et escaliers, qui étaient en bois sur ossature métallique, ont été endommagés pendant la seconde guerre mondiale. Il semble qu’ils n’aient jamais été remontés, même partiellement, sur le site arlésien.

La structure métallique, aujourd’hui visible sur le site Lustucru, est donc typique de la construction métallique du tournant du XXe siècle. D’un point de vue formel, elle reste conforme au « style Eiffel ». Par contre, du point de vue technique, elle témoigne du passage du fer Puddlé à l’acier au sein de la Société de construction de Levallois-Perret.

La structure de la grande halle est relativement bien conservée même si elle présente, à plusieurs endroits, des traces d’altérations vraisemblablement causées par des incendies et des adaptations à son usage agricole. Néanmoins, elle est parvenue jusqu’à nous, seulement amputée de sa galerie, témoignant de la souplesse d’utilisation de l’architecture métallique.

Source : Etude d’inventaire de la production architecturale et urbaine d’Arles et Tarascon (13) de 1900 à 1980, drac paca / Eléonore Marantz-Jaen, 2010
A lire aussi dans Patrimoine du XXe du siècle, l'étude   Arles, ville et architecture du XXe siècle.

Ministère de la Culture - DRAC PACA

 

 



Urgences Patrimoine compte sur vous aujourd'hui

Urgences Patrimoine a besoin de votre aide pour sa pétition “Madame Françoise Nyssen Ministre de la Culture : Non à la démolition de la Halle Lustucru d'Arles”. Rejoignez Urgences Patrimoine et 3 674 signataires.