Topic

women rights

10 petitions

Update posted 2 months ago

Petition to Tan Sri Dato' Haji Muhyiddin Bin Haji Mohd Yassin, Dato' Sri Haji Mustafar bin Haji Ali, Najibah Binti Ishak

Raise Your Voice to Stop Human Rights Violations at Kuala Lumpur International Airport

Simon Idi, the Program Manager at Fonds pour les Femmes Congolaises (Fund for Congolese Women - FFC), was confined for 30 hours at a detention center when he entered Malaysia. He was travelling from the Democratic Republic of Congo after a 17 hours flight (Democratic Republic of Congo - Addis Ababa - Singapore - Malaysia) to represent us at a meeting of non-governmental organizations (NGOs) organized by Prospera International Network of Women’s Funds. Upon arrival to Kuala Lumpur airport on July 23, 2018, Simon was taken to immigration control despite precisely following the guidelines to enter Malaysia. While being detained, Simon met other travelers, who were from India, Guinea, The Gambia, Nigeria, South Sudan, and Somalia. They were all held in freezing cold cells without bedding or access to medication. They had to pay for their food and water, as well as being charged for their time in detention in order to leave the country. It’s clear from reading Simon’s account that the Malaysian officials’ decision to confine these travelers was racially motivated and to prevent people from countries that are in conflict or considered less developed from entering the country, even when they came legally. Simon and the other detainees he encountered systematically had their human rights violated.   We have started a petition to speak out against Simon’s treatment, and that of the other travelers stuck in immigration control at the Kuala Lumpur airport. Please join us to show international outrage for the way that Malaysia is profiling travelers and denying them of their human rights. Raise your voice with FFC to demand that Malaysian authorities treat visitors with dignity and respect for their human rights. Simon Idi’s description of his detention in his own words is below. My name is Simon Idi. I am in charge of programs at a Congolese non-profit association, the Fund for Congolese Women, based in the Democratic Republic of Congo. We technically and financially support Congolese grassroots organizations. Our actions are focused on the fight against sexual and gender-based violence, environmental justice, female leadership, the fight against HIV / AIDS and women in peace negotiations. I was invited to attend a conference in Malaysia with international partners. Our Ethiopian Airlines flight ET638 landed on the tarmac at Kuala Lumpur International Airport at 5:00 pm on Monday, July 23, 2018. When I got off the tarmac, I headed straight for the train to go to the migratory formalities and presented myself to the officer and migration agent. The agent asked me to go to quarantine for a medical test. When I return from the hygiene department, I go back to the migration officer, who calls another officer and tells me that I have to go to the immigration officer's office. At the next office, I presented my passport to the officer of immigration, who examined my VISA card in due form. She asks me the reason for my visit to Malaysia. I answer to attend a meeting. Then she asks how much money I have in my pocket. I tell her I have $100 USD. She yells and scolds, "$100? ". She drives me out of her office and tells me to go get some money. I try to explain that I am invited and my stay is supported but this is in vain. I had noted that the visa application stated that $100USD is enough if the traveller has his VISA card. I leave this office and then ask the assistance of a woman present in the immigration office. She lends me her cell phone to call our host. I explain everything that happens. Then I come back to the immigration officer and present him my VISA card that I use to travel. She refuses and asks me to sit down. A long time later, another migrant agent in a military uniform arrives with photocopies of our passports. He calls one after the other and asks to be followed. We cross the Immigration Hall to the right and we enter another office. We were 3 men: an Indian, a South Sudanese (Mr Kiir) and me (Congolese). He calls the Indian, then the South Sudanese and me. I am asked to remove my computer, my two phones and my return ticket. We move on to another office I ask information to the woman in front of the computer that prints a document for me. She tells me she does not know anything but she thinks it may be my VISA that is not correct. I told her that I got my VISA in due form from the diplomatic services. She prints me a bill for 3 nights and a registration charge of $30 USD for a total of $180 USD. I was then taken to a room and asked to remove my shoes (sandals) and put them in my suitcase. I was given an identification card, #35 for my luggage. Then I was taken to a detention room and taken into custody. I found many people there: Indians, Guineans, Gambians, Nigerians, Sudanese, Somalis, Chinese. A young black man approaches me to greet me. I ask him if he speaks French, he says yes and we start to talk. He tells me that he has just spent 15 days in this cell. He explained to me the difficulties here and advised me to find something quickly to cover me since it is freezing cold. Suddenly, I hear 2 young black men speaking Swahili, the national language of my home. I approach them and discover that they are Tanzanians from China, here for a few days of vacation before going to Tanzania, and then a Nigerian came from South Africa. Very quickly we become friends and we teamed up. Théry and Joseph (the 2 Tanzanians) had just spent 5 days in custody. Ekeme, the Nigerian, had just done 4 days. There was also a young Gambian who had just spent 1 day. Ekeme had just ordered food at 35 MYR for $14. He invites us to share the food. At 19:30, I saw a slender man arrive and everyone warmed up to him. His name is NIZAM the airport operations supervisor at Ethiopian Airlines. My Tanzanian and Nigerian friends explained to me that he is the contact if I wanted to return to my country. He scolded people as he talked to them. I approached him and explained  I wanted to contact people and get paid for the return ticket. Curiously he accepted. I had a piece of paper on which I had written the contact numbers of INRWA (our host in Malaysia), the number of my superior, the number of my wife and my big brother and my friend Romaric. I gave him the number of our host and I managed to reach her. My contact told me she was en route to the airport. I told her that I was already in custody and spoke at length with NIZAM to see how they could get me to Malaysia but it was in vain. I asked him to tell my contact to call my colleagues in Kinshasa. Once the call was over, I managed to enter the baggage room and was able to take my knitwear and medications. Back in the room, I found the migration agents beating up and shoot down a Ugandan girl who wanted to go home because of the suffering. I saw a hungry Kenyan girl trying to communicate with her family. I spoke to her in Swahili about her case. She did not have enough strength to speak and could not join her family. Kiir, the southern Sudanese man with whom I had travelled together, paid $300 to return to Kenya the same evening. A Sudanese couple from Khartoum paid $600 to get a seat to return to Sudan. I had a packet of biscuits, Coke and a bottle of water and went into the cell. If Mr NIZAM leaves without treating your case, you have to hope to see him again the next day at 19:30. In the cell, there were two rows of chairs for about fifty people to sit and sleep. Many sat and slept on the pavement. Water is only given once a day at mealtime for people who have paid. The fridge held Coke, Fanta, Sprite, water, and biscuits.  Each product costs almost $2 USD. A bottle of water could be shared by 3 or 4 people in the name of solidarity. Once NIZAM left, our life in the cell resumed. We talked all night because of the lack of space to sleep. If there is an inmate leaving, he must quickly recover his cover. A Pakistani lent me his blanket around 4:00 am. From 6:00 to 7:00, we were brought food for some 15 to 20 people, just spaghetti and half a boiled egg. The day was long! Me and my Tanzanian, Nigerian and Gambian friends got nothing as well as several other Pakistanis. Around 6:00 am, a Ukrainian youth from Indonesia, who is a webmaster, was released. Since I had a bottle of water, a young Somali approached me to ask me about it. I gave it without hesitation because he looked weakened. Sometime later, he came to me to tell me that his aunt was not well and that he had strong headaches. He had seen me taking my meds for back pain, so I told him I had Doliprane in my confiscated bag. Shortly after, his health became worse and worse. I went to knock on the door asking permission to go and take some Doliprane in my suitcase. On 3 occasions no guard wanted to open the door. I was very worried that someone was at the point of losing his life. In the cell, the practice is such that an inmate becomes ill, or injured when he is beaten, the care is in his responsibility. A woman committed to the care allows me to go to get the drugs. He had no more water so I had to pay for a bottle for the young Somali take these drugs. As usual, at 9:30, NIZAM came and called "CONGO." I went out and I finally managed to communicate with the organisers of the meeting, who paid NIZAM to change my return ticket to Congo. I told them what was going on and when I told them I had not eaten anything, the agent chased me away. I went back to the cell waiting for someone to call me for my departure. Ekeme told me his problem of changing his ticket to go home to Nigeria. I gave him $20 USD that I had in my pocket. A moment after a migration agent came to call me and I went out. I presented my card #35 and removed my luggage. I went to the migration agency to remove my phones, computer and return ticket. I was handed my detention bill of $130 that I refused to pay. A girl from Ethiopian Airlines took me with another Nigerian detainee. She leads us to the gate. I was given my 2-boarding pass. NIZAM took me pictures and sent them to our host and at 23:00 I boarded Ethiopian Airlines ET 639 Kuala-Lumpur-Addis. The cell in custody had no other indications other than the word "KELUAR" in the room. Smoking is not allowed in the cell, but when immigration officers want to smoke, they do so in the detention room. As they do not give food to people in custody, we could throw through the wall that separates the cell of women and men some cookies to girls who were hungry. They said, "Is there someone from Kenya? From Tanzania or from Nigeria?" I can still see an old Pakistani man who had gone to ask the officer in charge of the guards to eat with his bill. The officer had scolded him by chasing him like a dog. For lack of a place to sleep, people spend the night standing or on the ground in freezing cold. A Sudanese refugee under UNHCR protection who used to drive Muslim mothers had already done more than a week with another Syrian refugee. I strongly condemn the inhumane, humiliating and degrading conditions inflicted on travellers for an unjustified reason, not to mention the money to pay in these cells. I was lucky enough to go out after 30 hours of hell. I never thought I would live this kind of ordeal with the immigration services of Malaysia. I hope that in the future the perpetrators of these actions are condemned and that this kind of humiliating system is abolished. PLEASE SIGN TO STOP SUCH HUMAN RIGHTS VIOLATIONS AND HAVE THE MALAYSIAN AUTHORITIES PUT A STOP TO SUCH PRACTICES.                                    Version Francaise (ci-bas) Simon Idi, directeur du programme Fonds pour les femmes congolaises (FFC), a été confiné pendant 30 heures dans un centre de détention lorsqu'il est entré en Malaisie. Il voyageait de la République démocratique du Congo après 17 heures de vol (République Démocratique du Congo - Addis-Abeba - Singapour - Malaisie) pour nous représenter lors d'une réunion des organisations non gouvernementales (ONG) organisée par le Réseau international des femmes de Prospera. À son arrivée à l’aéroport de Kuala Lumpur le 23 juillet 2018, Simon a été emmené au contrôle de l’immigration, bien qu’il ait suivi les directives pour entrer en Malaisie. Pendant sa détention, Simon a rencontré d'autres voyageurs originaires d'Inde, de Guinée, de Gambie, du Nigeria, du Soudan du Sud et de Somalie. Ils étaient tous détenus dans des cellules froides glacées sans literie ni accès à des médicaments. Ils devaient payer leur nourriture et leur eau, et se voir imposer leur temps de détention pour pouvoir quitter le pays. À la lecture du récit de Simon, il est clair que la décision des autorités malaisiennes de confiner ces voyageurs était raciste et d’empêcher des personnes originaires de pays en conflit ou considérés comme moins développés d’entrer au pays, même quand elles venaient légalement. Simon et les autres détenus qu'il a rencontrés ont systématiquement vu leurs droits de l'homme violés. Nous avons lancé une pétition pour dénoncer le traitement de Simon et celui des autres voyageurs bloqués dans le contrôle de l'immigration à l'aéroport de Kuala Lumpur. Veuillez vous joindre à nous pour montrer l’indignation internationale de la façon dont la Malaisie décrit les voyageurs et les prive de leurs droits fondamentaux. Faites entendre votre voix auprès du FFC pour exiger que les autorités malaisiennes traitent les visiteurs avec dignité et respect de leurs droits humains. La description de Simon Idi sur sa détention avec ces propres mots est ci-dessous. Je m'appelle Simon Idi. Je suis responsable de programmes dans une association congolaise à but non lucratif, le Fonds pour les femmes congolaises, basé en République démocratique du Congo. Nous soutenons techniquement et financièrement les organisations de base congolaises. Nos actions sont axées sur la lutte contre la violence sexuelle et sexiste, la justice environnementale, le leadership féminin, la lutte contre le VIH / sida et les négociations de paix entre femmes. J'ai été invité à assister à une conférence en Malaisie avec des partenaires internationaux. Notre vol Ethiopian Airlines ET638 a atterri sur le tarmac de l'aéroport international de Kuala Lumpur le lundi 23 juillet 2018 à 17h00. En descendant du tarmac, je me suis dirigé directement vers le train pour me rendre aux formalités migratoires et je me suis présenté à l'officier et à l'agent de migration. L'agent m'a demandé d'aller en quarantaine pour un test médical. Quand je reviens du service d'hygiène, je retourne chez l'agent d'immigration, qui appelle un autre agent et me dit que je dois me rendre au bureau de l'agent d'immigration. Au bureau suivant, j'ai présenté mon passeport à l'officier d'immigration, qui a examiné ma carte VISA en bonne et due forme. Elle me demande la raison de ma visite en Malaisie. Je réponds pour assister à une réunion. Puis elle demande combien d'argent j'ai dans ma poche. Je lui dis que j'ai 100 dollars américains. Elle crie et gronde "100 $". Elle me fait sortir de son bureau et me dit d'aller chercher de l'argent. J'essaie d'expliquer que je suis invité et que mon séjour est pris en charge mais c'est en vain. J'avais noté que la demande de visa indiquait que 100 USD étaient suffisants si le voyageur avait sa carte VISA. Je quitte ce bureau et demande l'aide d'une femme présente au bureau de l'immigration. Elle me prête son téléphone portable pour appeler notre hôte. J'explique tout ce qui se passe. Puis je reviens à l'agent d'immigration et lui présente ma carte VISA que j'ai utilisée pour voyager. Elle refuse et me demande de m'assoir. Longtemps après, un autre agent migrant portant un uniforme militaire arrive avec des photocopies de nos passeports. Il appelle l'un après l'autre et demande à être suivi. Nous traversons le hall d'immigration à droite et nous entrons dans un autre bureau. Nous étions trois hommes: un Indien, un Sud-Soudanais (M. Kiir) et moi-même (Congolais). Il appelle l'indien, puis le sud soudanais et moi. On me demande de retirer mon ordinateur, mes deux téléphones et mon billet de retour. Nous passons à un autre bureau je demande des informations à la femme devant l'ordinateur qui imprime un document pour moi. Elle me dit qu'elle ne sait rien mais elle pense que c'est peut-être mon VISA qui n'est pas correct. Je lui ai dit que j'avais reçu mon visa en bonne et due forme auprès des services diplomatiques. Elle m'imprime une facture pour 3 nuits et des frais d'inscription de 30 USD pour un total de 180 USD. On m'a ensuite emmené dans une pièce et on m'a demandé d'enlever mes chaussures (sandales) et de les mettre dans ma valise. On m'a donné une carte d'identité, # 35 pour mes bagages. Ensuite, j'ai été emmené dans une salle de détention et emmené en détention. J'ai trouvé beaucoup de gens là-bas: Indiens, Guinéens, Gambiens, Nigérians, Soudanais, Somaliens, Chinois. Un jeune homme noir s'approche de moi pour me saluer. Je lui demande s'il parle français, il dit oui et on commence à parler. Il me dit qu'il vient de passer 15 jours dans cette cellule. Il m'a expliqué les difficultés ici et m'a conseillé de trouver rapidement quelque chose pour me couvrir car il fait un froid glacial. Tout à coup, j'entends 2 jeunes hommes noirs parler le swahili, la langue nationale de ma maison. Je m'approche d'eux et découvre qu'ils sont des Tanzaniens de Chine, ici pour quelques jours de vacances avant d'aller en Tanzanie, puis un Nigérian venu d'Afrique du Sud. Très vite, nous devenons amicaux et nous faisons équipe. Théry et Joseph (les 2 Tanzaniens) venaient de passer 5 jours en détention. Ekeme, le Nigérian, venait de faire 4 jours. Il y avait aussi un jeune Gambien qui venait de passer 1 jour. Ekeme venait de commander de la nourriture à 35 MYR pour 14 dollars. Il nous invite à partager la nourriture. À 19h30, j'ai vu un homme mince arriver et tout le monde s'est précipité vers lui. Il s'appelle NIZAM, superviseur des opérations aéroportuaires d'Ethiopian Airlines. Mes amis tanzaniens et nigérians m'ont expliqué qu'il était le contact si je voulais retourner dans mon pays. Il grondé aux gens quand il leur a parlé. Je me suis approché de lui et lui ai expliqué que je voulais contacter les gens et être payé pour le billet de retour. Curieusement, il a accepté. J'avais un bout de papier sur lequel j'avais écrit les numéros de contact de l'INRWA (notre hôte en Malaisie), le numéro de mon supérieur, le numéro de ma femme et mon grand frère et mon ami Romaric. Je lui ai donné le Numéro de mon contact dont j'ai réussi à contacter. Mon contact m'a informée qu'elle était en route pour l'aéroport. Je lui ai dit que j'étais déjà en détention et j'ai parlé longuement avec NIZAM pour voir comment ils pourraient faire en sorte que je rentre en Malaisie mais c'était en vain. Je lui ai demandé de dire à mon contact de contacter mes collègues à Kinshasa. Une fois l'appel terminé, j'ai réussi à entrer dans la salle des bagages et à prendre mes tricots et mes médicaments. De retour dans la chambre, j'ai trouvé les agents de la migration qui battaient et abattaient une fille ougandaise qui voulait rentrer chez elle à cause de la souffrance. J'ai vu une fille kenyane affamée qui essayait de communiquer avec sa famille. Je lui ai parlé en swahili. Elle n'avait pas assez de force pour parler et ne pouvait pas rejoindre sa famille. Kiir, l'homme du Soudan du Sud avec qui j'ai voyagé ensemble, a payé 300 dollars pour retourner au Kenya le soir même. Un couple soudanais de Khartoum a payé 600 dollars pour obtenir un siège pour rentrer au Soudan. J'ai pris un paquet de biscuits, du coca et une bouteille d'eau et suis entré dans la cellule. Si M. NIZAM part sans traiter votre cas, vous devez espérer le revoir le lendemain à 19h30. Dans la cellule, il y avait deux rangées de chaises pour une cinquantaine de personnes assises et dormant. Beaucoup étaient assis et dormaient sur le trottoir. L'eau n'est donnée qu'une fois par jour au moment du repas pour les personnes qui ont payé. Le réfrigérateur contenait du Coke, du Fanta, du Sprite, de l'eau et des biscuits. Chaque produit coûte près de 2 USD. Une bouteille d'eau pourrait être partagée par 3 ou 4 personnes au nom de la solidarité. Une fois NIZAM parti, notre vie dans la cellule a repris. Nous avons parlé toute la nuit à cause du manque d'espace pour dormir. Si un détenu part, il doit rapidement recouvrir sa couverture. Un Pakistanais m'a prêté sa couverture vers 4 heures du matin. De 6h00 à 7h00, nous avons reçu de la nourriture pour 15 à 20 personnes, juste des spaghettis et un demi-œuf à la coque. La journée fut longue! Moi et mes amis tanzaniens, nigérians et gambiens, nous n’avons rien obtenu de même que plusieurs autres Pakistanais. Vers 6 heures du matin, un jeune Ukrainien d’Indonésie, qui est un webmaster, a été libéré. Comme j'avais une bouteille d'eau, un jeune Somalien s'est approché de moi pour me le demander. Je l'ai donné sans hésitation car il avait l'air affaibli. Quelque temps après, il est venu me dire que sa tante allait mal et qu'il avait de gros maux de tête. Il m'avait vu prendre mes médicaments pour les maux de dos, alors je lui ai dit que j'avais Doliprane dans mon sac confisqué. Peu de temps après, sa santé a empiré. Je suis allé frapper à la porte en demandant la permission d'aller prendre du Doliprane dans ma valise. À 3 reprises, aucun garde ne voulait ouvrir la porte. J'avais très peur que quelqu'un soit sur le point de perdre la vie. Dans la cellule, la pratique est telle qu'un détenu devient malade ou blessé quand il est battu, les soins sont sous sa responsabilité. Une femme engagée dans les soins me permet d'aller chercher les médicaments. Il n'avait plus d'eau, alors j'ai dû payer une bouteille pour que les jeunes somaliens prennent ces médicaments. Comme d'habitude, à 9h30, NIZAM est venu et a appelé "CONGO". Je suis sorti et j'ai finalement réussi à communiquer avec les organisateurs de la réunion, qui ont payé NIZAM pour changer mon billet de retour au Congo. Je leur ai dit ce qui se passait et quand je leur ai dit que je n'avais rien mangé, l'agent m'a chassé. Je suis retourné dans la cellule en attendant que quelqu'un m'appelle pour mon départ. Ekeme m'a raconté son problème de changer de billet pour rentrer chez lui au Nigeria. Je lui ai donné 20 dollars USD que j'avais dans ma poche. Un moment après qu'un agent de migration est venu m'appeler et je suis sorti. J'ai présenté ma carte # 35 et enlevé mes bagages. Je suis allé à l'agence de migration pour retirer mes téléphones, mon ordinateur et mon billet de retour. J'ai reçu ma facture de détention de 130 $ que j'ai refusé de payer. Une fille d'Ethiopian Airlines m'a emmené avec un autre détenu nigérian. Elle nous conduit à la porte. On m'a donné ma carte d'embarquement. NIZAM m'a pris des photos et les a envoyées à notre contact en Malaisie et à 23h00 je suis monté à bord d'Ethiopian Airlines ET 639 Kuala-Lumpur-Addis. La cellule en garde à vue n'avait pas d'autre indication que le mot "KELUAR" dans la pièce. Il est interdit de fumer dans la cellule, mais lorsque les agents d'immigration veulent fumer, ils le font dans la salle de détention. Comme ils ne donnent pas de nourriture aux personnes détenues, nous pouvons jeter à travers le mur qui sépare la cellule des femmes et des hommes des biscuits aux filles qui ont faim. Ils ont dit: "Y a-t-il quelqu'un du Kenya? De Tanzanie ou du Nigeria?" Je peux encore voir un vieil homme pakistanais qui était allé demander à l'officier responsable des gardes de manger avec sa facture. L'officier l'avait grondé en le poursuivant comme un chien. Par manque de place pour dormir, les gens passent la nuit debout ou au sol dans un froid glacial. Un réfugié soudanais sous la protection du HCR qui conduisait des mères musulmanes avait déjà fait plus d'une semaine avec un autre réfugié syrien. Je condamne fermement les conditions inhumaines, humiliantes et dégradantes infligées aux voyageurs pour des raisons injustifiées, sans parler de l’argent à payer dans ces cellules. J'ai eu la chance de sortir après 30 heures d'enfer. Je n’aurais jamais pensé vivre ce genre d’épreuve avec les services d’immigration de la Malaisie. J'espère qu'à l'avenir les auteurs de ces actes seront condamnés et que ce type de système humiliant sera aboli. VEUILLEZ SIGNER POUR METTRE FIN À CES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME ET QUE LES AUTORITÉS MALAISIENNES ABOLISSENT SES PRATIQUES INJUSTE.          

Fund for Congolese Women
252 supporters
Update posted 4 months ago

Petition to Donald J. Trump, Donald J. Trump, U.S. Senate, Ro Khanna, U.S. House of Representatives, Edmund G. Brown Jr., Kamala D. Harris, Darcy Paul, Dianne Feinstein, Donald Trump, United Nations, President of the United States, Nikki Haley, Barbara Boxer, Paul D. Ryan, Chuck, american association of american women, Democratic National Committee, National Women's Law Center, American Association of University Women, AMERICAN CIVIL LIBERTIES UNION, Republican National Committee, Barack Obama

Fight for Equal Pay. The 20% Wage Gap Still Exists.

 A 20% Gender Wage Gap. The time is now. Please take a few minutes to sign this petition for the Paycheck Fairness Act.  Thank you for making the difference. The world needs more people like you. What is the Paycheck Fairness Act? The Paycheck Fairness Act ensures that “wage discrimination is being enforced” (National Partnership Organization). It makes sure women can compare their salaries with men, and negotiate a better salary. Most of all, the Paycheck Fairness act gives attention to almost every aspect necessary to equal pay for women, including companies to share what they pay to their employees, to make sure their are no gender-based “disparities” on salaries, and employers recognizing that women and men deserve the same (National Partnership Organization).The Equal Pay Act was brought out in 1963, but made no substantial impact to the gender pay gap for 50 years. The Paycheck Fairness Act amends the Equal Pay Act and makes sure that “wage discrimination” policies are carried out adequately. http://www.nationalpartnership.org/research-library/workplace-fairness/fair-pay/the-paycheck-fairness-act.pdf  

Avishi Agastwar
2,584 supporters