Topic

sensibilisation

2 petitions

Update posted 2 months ago

Petition to Ministre d'État de la Transition écologique et solidaire.

ENSEMBLE, PRÉSERVONS NOTRE AIR !

Engageons-nous pour un programme ambitieux de sensibilisation des enfants à la qualité de l’air en France ! Les 10 millions de jeunes que compte notre pays constituent, à l’évidence, les meilleurs ambassadeurs pour apprendre à mieux préserver l’air au quotidien. Nous savons que pour améliorer la qualité de l’air, nous devons agir sur nos modes de vie, de production, de planification territoriale. Mais la connaissance ne constitue-t-elle pas le premier levier d’action qui donne à chacun un sens durable à cette évolution indispensable ? La Fédération L’Air et Moi et, à travers elle, tous ses adhérents et sympathisants, sont convaincus qu’une sensibilisation des enfants et plus largement des jeunes, dont l’efficacité est encore souvent insuffisamment perçue, coordonnée et mise en place à grande échelle, constitue pourtant un levier d’action essentiel pour faire évoluer en profondeur la place de l’air  dans notre quotidien. Quels meilleurs ambassadeurs pour nous rappeler que, même si nous ne payons pas directement l’air que nous respirons, nous payons indirectement et lourdement les conséquences d’un air dont la qualité vient à être dégradée ? Prenons conscience que nous sommes tous responsables, mais que nous avons tous les moyens d’agir, chacun à notre niveau, en allant des décisions à l’échelle planétaire jusqu’aux actions individuelles au quotidien. Les enfants et les jeunes sont les décideurs et acteurs de demain et leur sensibilisation donnera une place différente à la qualité de notre air, encore trop souvent aujourd’hui reléguée par méconnaissance au rang de variable d’ajustement des politiques publiques ou des décisions de chacun. L’air : un élément essentiel à la vie encore trop peu considéré Chacun de nous respire 15 000 litres d’air par jour et jusqu’à 10 fois plus lorsqu’il pratique un sport. Or l’air est parfois un véritable cocktail de polluants, dont les conséquences pour l’être humain sont malheureusement très bien connues. L’heure n’est plus aux questions sur la relation santé-environnement, mais à l’action individuelle et collective pour préserver notre air. Peu le savent, mais l’épaisseur de la couche respirable autour de notre planète est infime. Nous la polluons sans vergogne, en méprisant les impacts aujourd’hui sur notre santé ou l’action des polluants sur le dérèglement climatique. À titre d’illustration, son épaisseur est inférieure à celle d’un morceau de ruban adhésif collé sur la surface d’un globe terrestre de 30 cm de diamètre ! Une croissance exponentielle des sources de pollution Le parc automobile mondial était de 25 000 automobiles en 1907. En 2010, soit un siècle plus tard, il dépasse le milliard. Parallèlement, la production mondiale de produits chimiques a augmenté considérablement, passant d’un million de tonnes en 1930 à plus de 400 millions aujourd’hui. En outre, on ne connaît l’impact toxicologique que de 3 000 substances sur les 100 000 commercialisées en Europe. Une aberration sanitaire et économique Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la pollution atmosphérique est le facteur environnemental le plus important affectant la santé. Chaque année, elle cause en moyenne la mort prématurée de 7 millions de personnes dans le monde, dont 48 000 en France. Un décès sur 8 dans le monde aujourd’hui lui est rattaché (OMS). Enfin, son impact financier est énorme : selon un rapport du Sénat, la pollution de l’air en France coûte chaque année 101,3 milliards d’euros. Deux fois plus que le tabac (47 milliards d’euros). L’urgence d’une politique nationale de sensibilisation, information, formation Par cette pétition, nous souhaitons vous interpeller sur la nécessité d’investir avec force dans la sensibilisation à la qualité de l’air des citoyens de demain : enfants et adolescents. La Fédération L’Air et Moi, comme d’autres acteurs, intervient déjà dans les écoles, collèges et lycées au niveau local, national et international, mais il est indispensable d’étendre et de renforcer cette action. Éduquer nos enfants permet d’avoir une garantie de résultats immédiats tant qualitatifs que quantitatifs : ils apprennent et transmettent. Vos signatures permettront de sensibiliser les responsables politiques afin : qu’ils consacrent de l’argent à cette action, qu’ils mettent en place une information complète et claire en amont de tout nouveau projet, qu’ils forment les élus et instaurent une véritable concertation. Plus nous aurons de signatures, plus nous aurons de poids auprès des décideurs à tous les niveaux, et plus d’argent sera susceptible d’être investi dans cette cause majeure afin qu’elle devienne une priorité. Les trois clés pour avancer : sensibilisation des enfants, meilleure information des citoyens, meilleure formation des élus.  Si comme nous, vous pensez que les projets de sensibilisation à la qualité de l’air sont cruciaux et urgents, aidez-nous à agir en signant cette pétition. Elle servira à faire pression sur tous les acteurs concernés (Président de la République, Ministre de la Transition Écologique et Solidaire, etc.) afin de débloquer de l’argent pour servir cette cause d’intérêt humanitaire et permettra aussi de solliciter les entreprises et tous les investisseurs potentiels. Vous êtes directement concernés. Nous comptons sur vous pour nous aider.   La Fédération L’Air et Moi

L'AIR ET MOI
1,252 supporters
Started 12 months ago

Petition to Au Préfet de La Réunion, Aux élus de La Réunion, A tous nos concitoyens

Pétition pour la protection animale à La Réunion (974)

Lors de notre rassemblement du 21 octobre 2017, nous avons fait circuler une pétition pour la protection des animaux à la Réunion. Ci-dessous vous trouverez la lettre adressée au Préfet et aux élus du département. Elle est également adressée à nous tous, citoyens français. Signez-la et diffusez-la au maximum ! Nou tout' ensamb, ti pa ti pa nou va arivé !   Objet : pétition pour la protection animale dans le département. Au vu de la situation alarmante et inacceptable de l’errance animale dans notre département, nous souhaitons attirer votre attention sur certains points qui nous paraissent essentiels : 1)    Une campagne de stérilisation massive En effet, tous nos concitoyens ne sont pas au courant des moyens de stérilisation mis en place par les collectivités ou par les services de la SPA. La solution serait de donner une meilleure visibilité à ces actions mais aussi de sensibiliser le public à cette démarche. Le nombre d’animaux errants diminuera grandement lorsque chacun aura acquis ce réflexe puisqu’il y aura moins de portées si un animal s’égare. De plus, la stérilisation devrait s’étendre aux animaux errants car beaucoup d’entre eux sont nourris par les gens du quartier où ils se trouvent. Ces animaux dits « communautaires » doivent être obligatoirement stérilisés. Nous proposons aux collectivités de créer plus de partenariats avec les cabinets vétérinaires pour élargir la possibilité de déplacements des citoyens s’ils souhaitent stériliser leur animal. Si cela n’était pas réalisable, l’idéal serait de mettre en place une navette conduisant les propriétaires chez les vétérinaires partenaires. 2)    L’application des lois Les lois concernant tout animal doivent être respectées, autant celles qui les protègent que celles impliquant les propriétaires telles que : -       Obligation de stérilisation des animaux -       Obligation des propriétaires d’identifier leur animal -       Interdiction de laisser divaguer son animal sur la voie publique -       Condamnation pour tout acte de maltraitance et d'abandon -       Respect de la longueur minimale de l'attache, abri adéquat, nourriture, soins, etc... -       Application de l’article 515-14 du Code civil : « Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens. »   3)    La création de refuges et de sanctuaires Le terme « abattage » est bien trop souvent utilisé face au problème de l’errance. La solution à envisager serait de mettre en place un partenariat entre la fourrière, les refuges et les différentes associations du département et de la métropole. Le but est de favoriser l’adoption de ces animaux errants. Dans de bonnes conditions d’accueil, la mise en conformité d’un animal prend 10 à 30 jours. Passé ce délai, il est adoptable à la Réunion ou partout ailleurs en France. 4)    La sensibilisation du public Les mentalités envers les animaux doivent changer. Pour que nos efforts portent leurs fruits, nous devons sensibiliser le public, qu’il soit jeune ou moins jeune. Les changements et les nouvelles valeurs s’installeront dans les générations futures. Ces générations sont l’avenir de notre société, de notre pays mais aussi de notre planète. Elles assureront une cohabitation harmonieuse avec chaque être vivant. Ces solutions que nous proposons permettraient de diminuer le taux d’errance animale sur notre île. Pour y arriver, l’État et les citoyens doivent travailler en collaboration. Par ailleurs, ne laissons pas ces problèmes ternir l’image de notre île : unissons-nous et agissons ensemble ! Afin d’appuyer notre cause, veuillez trouver ci-après une pétition déjà signée par plusieurs de nos concitoyens lors de notre rassemblement. Dans l’attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, Mesdames, Messieurs les élus, en l’expression de nos salutations distinguées.

Léa FUTHAZAR
6,139 supporters