Topic

Santé

30 petitions

Update posted 1 week ago

Petition to Edouard Philippe, Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Jean-Michel Blanquer, Christophe Kerrero

Introduire la méditation laïque à l'école

La méditation est une pratique mentale ou spirituelle, très ancienne et d’origine orientale, favorisant le calme intérieur et l'ouverture. Cela fait presque 3 ans maintenant que je l'ai découverte et que je la pratique. Elle m'a apporté beaucoup de bénéfices dans ma vie quotidienne : moins de stress ou d’anxiété et plus d’optimisme. Au fur et à mesure, elle est devenue un outil pour entretenir ma santé et mon bien-être, au même titre que de bien manger ou de faire du sport. Je suis heureux papa de 2 très jeunes garçons et, comme tout parent, je souhaite leur donner tout ce que je considère comme les meilleures bases pour vivre une vie heureuse et épanouie. Je fais donc de mon mieux pour leur inculquer des valeurs essentielles à mes yeux (respect, tolérance, bienveillance, etc.), leur apprendre à bien se nourrir et à faire du sport. Depuis peu, j’ai commencé à enseigner la pratique de la méditation à l'aîné. Dès les premières séances, j'ai pu voir les résultats d'apaisement chez lui, et maintenant c'est lui qui m'en réclame ! En dehors de la maison, c’est l’école qui prend le relais éducatif. L’éducation nationale prend d’ailleurs en compte la santé des élèves[1] et a même mis en place un parcours éducatif de santé[2] dont le rôle est « d’assurer l'éducation à la santé, la protection et la prévention ». Cela passe notamment par l’éducation à l’alimentation[3] et aussi par la pratique du sport. D’autant plus que l'éducation physique est une discipline scolaire d'enseignement obligatoire dans le secondaire depuis le décret du 3 février 1869 signé par Victor Duruy[4]. Aujourd’hui, personne ne remet en cause les bienfaits pour nos enfants d’apprendre à bien se nourrir et à pratiquer des activités physiques. D’ailleurs, de nombreuses études scientifiques en ont démontré leur bien-fondé. Il en est de même pour la méditation. En effet, les scientifiques étudient de plus en plus sérieusement l’impact de la méditation sur les enfants et l’Homme en général. Les résultats de 15 études sur 1800 étudiants menées au Canada, en Inde, au Royaume-Uni, à Taïwan, aux USA et en Australie ont démontré les effets de la pratique de la méditation à l’école[5] : plus de bien-être, plus de compétences sociales et de meilleurs résultats scolaires. En effet, les étudiants qui méditent dans le cadre scolaire ont révélé se sentir « mieux dans leur peau », plus optimistes, moins stressés et moins enclins à la dépression. Au niveau des compétences sociales, la méditation a favorisé l’émergence de comportements altruistes et a contribué à la diminution des conflits et des attitudes antisociales. Enfin, cette pratique a positivement agi sur leurs capacités d’apprentissage : informations traitées plus rapidement, concentration accrue, mémoire de travail améliorée, plus de créativité et de flexibilité cognitive. De nombreux experts et personnalités ont également fait part de leur avis sur l’introduction de la méditation à l’école : "L’introduction de la méditation à l'école devrait être inscrite au programme de l'éducation nationale. C'est de l'éducation préventive qui ne nécessite aucun moyen ni aucun poste supplémentaire et qui permettrait d'enrayer tellement de difficultés scolaires."  Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne et psychothérapeute.[6] "Il existe aujourd'hui un nombre croissant de travaux montrant l'intérêt de la méditation de pleine conscience auprès des enfants, pour l'équilibre émotionnel, les capacités de résilience, la qualité des échanges familiaux et les capacités attentionnelles, notamment dans le travail scolaire et les apprentissages." Christophe André, psychiatre et psychothérapeute.[7] Si comme moi vous êtes soucieux du bien-être de vos enfants, merci de signer cette pétition et d’en parler autour de vous. Ensemble nous pourrons faire évoluer les choses, car je suis totalement convaincu que la méditation a son rôle à jouer dans le bien-être global des enfants et je sais que l’éducation est le vecteur idéal pour transmettre ce changement ! Pour mieux comprendre concrètement ce que pourrait être la méditation à l’école, voici quelques reportages sur certaines expérimentations déjà mises en place : Education : favoriser la méditation au lieu de la punition - Mille et une vies, France 2 La méditation à l'école - Le Huffington Post La Méditation de Pleine Conscience enfants/ados - Jeanne Siaud-Facchin, Télématin, France 2 La méditation entre à l'école - Paris Match Il existe encore beaucoup d’autres études qui ont démontré les bienfaits de la méditation comme la réduction du stress, l'amélioration de la mémoire, de la concentration, du système immunitaire ou encore de la sensation de bien-être. Voici une liste non exhaustive d'articles scientifiques sur le sujet : Attention Regulation and Monitoring in meditation Meditative therapies for reducing anxiety: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials Effectiveness of a meditation-based stress reduction program in the treatment of anxiety disorders Mindfulness meditation improves cognition: evidence of brief mental training Short-term meditation training improves attention and self-regulation Alterations in brain and immune function produced by mindfulness meditation The Effects of Mind-Body Therapies on the Immune System: Meta-Analysis Références :[1] http://www.education.gouv.fr/cid50297/la-sante-des-eleves.html[2] http://www.education.gouv.fr/cid109047/le-parcours-educatif-de-sante.html[3] http://eduscol.education.fr/cid47662/decouvrir-alimentation.html[4] http://capeps.com/api/v1/officialtexts/0cd0d6a2-669c-11e5-ade2-005056010760[5] https://link.springer.com/article/10.1007/s10648-014-9258-2[6] http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2012/06/15/la-meditation-comme-remede-au-mal-de-lapprentissage/[7] http://www.lemonde.fr/vous/article/2012/04/02/la-meditation-calme-aussi-les-enfants_1678652_3238.html En partenariat avec l'association ENFANCE ET ATTENTION https://m.facebook.com/EnfanceEtAttention/http://enfance-et-attention.org/ 

Alexandre MAIS
28,466 supporters
Update posted 2 weeks ago

Petition to Emmanuel Macron

"Douze millions de citoyens #Handicapés, ça mérite un vrai Ministère"

"Douze millions de citoyens Handicapés, ça mérite un vrai ministère" ! C'est ce que déclare Philippe Croizon, aventurier amputé des 4 membres. Nous partageons son point de vue.  Ras l'bol d'être représentés par un médecin, valide, à la tête d'un secrétariat d'état sans budget ni pouvoir !  Nous voulons un vrai "Ministère du Handicap" avec un ministre concerné et qui sait de quoi il parle ! Un médecin est là pour soigner les gens pas pour décider de la vie et l'avenir des Personnes Handicapées.  Il faut nommer un Handi ministre des Handicapés avec un budget pour améliorer la vie et l'Accessibilité de nos citoyens !    Pétition inspirée de l'article de notre Ami Philippe CROIZON dans le JDD du 10-04-2017. Le nombre de Personnes Handicapées extrait de "Rétrospective 2015 les chiffres clés du Handicap" talenteo.fr du 04-01-2016  PÉTITION CRÉÉE ET GÉRÉE PAR : Patrick & Michelle TOUCHOT d'Accessible POUR TOUS  Pour suivre 7j/7 toute l'actualité du #Handicap et de son #Accessibilité : Abonnez-vous à votre réseau ci-dessous (plus de 65 000 Abonnés) : Facebook - Twitter - Instagram - YouTube  https://www.facebook.com/Accessible.POUR.TOUShttps://www.facebook.com/accessiblepourtousdansehttps://www.twitter.com/@tomipa06https://www.instagram.com/accessiblepourtous https://www.youtube.com/user/accessiblepourtous  ENSEMBLE PLUS FORT ! 

Patrick et Michelle TOUCHOT
170,864 supporters
Update posted 1 month ago

Petition to Edouard Philippe, Emmanuel MACRON, Edouard Philippe, Agnès Buzyn, Frédérique Vidal

POUR sauver GIPTIS, Institut de lutte contre les maladies génétiques rares, menacé

(To access an english version, please scroll down) En France, plus de 3 millions de personnes - dont plus de la moitié sont des enfants - vivent avec une maladie génétique rare. GIPTIS, le plus grand institut euro-méditerranéen de lutte contre ces maladies, est prêt à être lancé. Mais une menace majeure pèse sur sa création : si sous 3 mois l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille, acteur public essentiel au projet, ne respecte pas ses engagements, GIPTIS risque de perdre les 22 millions d’euros de financement européen auxquels il est éligible dans le cadre du Plan Juncker. Nous ne pouvons pas manquer une telle opportunité, pour les malades et leurs familles, il y a urgence. Le cancer a ouvert la voie, nous pouvons faire de même pour les maladies génétiques. Sollicitons ensemble le plus haut niveau de l’Etat et toute la société civile pour que GIPTIS puisse apporter une solution concrète aux malades, développer plus vite des médicaments et gagner du temps dans la course contre la maladie. --------------------------------------------- Aidez-nous à obtenir 50 000 soutiens pour que GIPTIS voie le jour ! --------------------------------------------- In France, more than 3 million people, of whom 60% are children, live with a genetic rare disease. GIPTIS, the greatest Euro-Mediterranean institute against rare disease, is ready to be launched. However, its creation is threatened: if the public hospital, Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille, a major partner, does not fulfill its commitments within 3 months, GIPTIS will lose 22 million euros of European funds from the Juncker Plan to which the project is eligible. We cannot miss this opportunity, for patients and their family. It is an emergency. The cancer field has paved the way, we can do the same in the genetic disease field. Let’s request the government’s help and the entire civil society's to create GIPTIS and propose a concrete solution to patients, develop medicines faster and win the race against genetic rare diseases. Access to english version: https://www.youtube.com/watch?v=qQ_hLVIN1Wg -------------------------------------------- Help us collect 50 000 signatures to create GIPTIS!  --------------------------------------------

Institut GIPTIS
20,156 supporters
Update posted 2 months ago

Petition to Parlement européen, Commission européenne, Conseil de l'union europeenne

Respecter, promouvoir et protéger la liberté vaccinale dans toute l’Europe

English   Italiano  Español  Deutsch   Polskie   Hrvatski   Português   Norsk  Slovene  Svenska  Magyar  Česky  Slovensky La Charte des Droits fondamentaux de l’Union Européenne affirme clairement: « Le consentement libre et éclairé de la personne concernée doit être respecté dans le cadre de la médecine et de la biologie. »[1]  Pas loin de 40% des citoyens européens[2] ne jouissent pourtant pas de ce droit élémentaire en ce qui concerne l’acte médical qu’est la vaccination.  Il y a là une violation de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.  En 2011, la Cour Suprême des États-Unis a déclaré que les vaccins étaient « inévitablement dangereux »[3]; la vaccination obligatoire telle qu’elle est imposée à ces citoyens est de ce fait inacceptable tant d’un point de vue médical qu’éthique, tout particulièrement lorsqu’aucune exemption médicale, religieuse ou philosophique n’est autorisée. Le EFVV (http://www.efvv.eu), un groupe représentant une vingtaine de pays européens (aussi bien des États membres de l’UE que des non membres) réclame par conséquent: 1. Que la vaccination obligatoire soit abolie partout en Europe dès lors qu’elle constitue une violation de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. 2.  Que la vaccination obligatoire ne soit jamais introduite dans un pays où les vaccins ne sont que recommandés actuellement. 3. Que le Principe de Précaution soit appliqué en ce qui concerne la vaccination en Europe. 4. Que les citoyens européens bénéficient d’un consentement libre et pleinement éclairé en matière de vaccination. 5. Qu’un système européen efficace et indépendant d’enregistrement des effets secondaires vaccinaux (un système de « vaccinovigilance » comme il en existe un aux États-Unis) soit établi afin de surveiller la sécurité des vaccins. Un million de signatures provenant d’au moins sept pays de l’Union Européenne peut garantir un débat à Bruxelles.  Quelle que soit la politique en vigueur dans votre pays, nous vous invitons à vous unir en signant et en diffusant largement cette pétition. En 2016, on estime qu'environ 400 millions d’Européens dans les différents pays membres de l’Union Européenne jouissent de la liberté vaccinale et du droit à un consentement libre et éclairé, mais environ 258 autres millions de citoyens européens n’ont pas cette liberté de choix.[4]  Des vaccinations sont obligatoires en Belgique, en Bulgarie, en Croatie, en France, en Grèce, en Hongrie, en Italie, en Lettonie, à Malte, en Pologne, au Portugal, en République Tchèque, en Slovaquie, en Slovénie [5] et potentiellement dans d’autres pays susceptibles d’intégrer dans le futur l’Union Européenne, tels que l’Albanie, la Macédoine, le Monténégro et la Serbie.  C’est pourquoi nous appelons tous les Européens à s’unir pour exiger une politique de liberté vaccinale commune basée sur le consentement éclairé.  Nous réclamons aussi que soit créée une unité de pharmacovigilance vaccinale indépendante et efficace, dont les résultats soient transparents et accessibles au public.  Nous pensons que la vaccination obligatoire doit être abolie et qu’un système indépendant de pharmacovigilance vaccinale doit être mis sur pied car tout traitement non volontaire et forcé est une violation: - De la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies (1948) - De la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne (2000) - De la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant (CIDE) des Nations Unies (1989) - De la Convention du Conseil de l’Europe pour la protection des Droits de l'Homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine: La Convention sur les Droits de l'Homme et la biomédecine (= La Convention d’Oviedo) (1997) - De la Charte Européenne des Droits des Patients (2002) -  Du Pacte International des Nations Unies relatif aux Droits Civils et Politiques (1966) - Et même du Code de Nuremberg (un ensemble de principes éthiques sur la recherche dans le domaine de l’expérimentation humaine en médecine, établi en 1947 après le Procès de Nuremberg à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale) . La Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne affirme clairement: « Toute personne a droit à son intégrité physique et mentale. »[6]  Ce texte affirme aussi: « Le consentement libre et éclairé de la personne concernée doit être respecté dans le cadre de la médecine et de la biologie »[7] et enfin: « L’interdiction des pratiques eugéniques et celle consistant à faire du corps humains et de ses parties, en tant que tels, une source de profit doivent être respectées. »[8] La Convention d’Oviedo stipule clairement: « L'intérêt et le bien de l'être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science. »[9]  L’article 5 de cette convention précise également: « Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu'après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé.  Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l'intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques.  La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement. »[10] La Charte Européenne des Droits des Patients stipule clairement en son article 4: « Chaque personne a le droit d'accéder à toute information qui pourrait lui permettre de participer activement aux décisions concernant sa santé ; cette information est un préalable à toute procédure ou traitement, y compris la participation à la recherche scientifique. »[11]  L’article 5 établit que: « Chaque personne a le droit de choisir librement parmi les différentes procédures de traitement et les différents soignants, sur la base d'informations proportionnées. »[12]  L’article 9 de cette Charte précise en outre: « Chaque personne a le droit de ne pas être victime du mauvais fonctionnement des services de santé ou d’erreurs médicales ; elle a droit à des services de santé et des traitements qui répondent à des normes de sécurité élevées. »[13] La Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant (CIDE) stipule quant à elle clairement: « La responsabilité d’élever l’enfant et d’assurer son développement incombe au premier chef aux parents ou, le cas échéant, à ses représentants légaux.  Ceux-ci doivent être guidés avant tout par l’intérêt supérieur de l’enfant. »[14] Le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques stipule clairement en son article 18: « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté d’avoir ou d’adopter une religion ou une conviction de son choix, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou en commun, tant en public qu’en privé, par le culte et l’accomplissement des rites, les pratiques et l’enseignement. »[15] Le Code de Nuremberg affirme clairement pour sa part: « Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. »[16] Les effets indésirables (EI) des médicaments, dont les effets secondaires des vaccins, sont estimés être la cinquième cause majeure de décès hospitaliers au sein de l’Union Européenne[17] mais ces chiffres pourraient même s’avérer supérieurs compte tenu de l’importante sous-notification de ces évènements, tel que l’a reconnu le Dr David Kessler, ancien directeur de la Food and Drug Administration (FDA: l’agence américaine des Médicaments) durant les années 90’.[18]    Dans le cas des vaccins, le défaut de reconnaissance de tout lien de causalité constitue un problème supplémentaire. La Cour Suprême des États-Unis a déclaré que les vaccins étaient « inévitablement dangereux. »[19] La vaccination constitue un acte médical invasif qui est une offense pour le corps et en tant que tel, selon le Code criminel allemand[20], il exige un consentement éclairé.  Il a cependant été officiellement reconnu qu’il existe encore toujours d’énormes lacunes dans la compréhension scientifique actuelle en ce qui concerne la vaccination et par conséquent, l’exigence de fournir une information complète et compréhensible au préalable n’est tout simplement pas possible.  Les notices de vaccins[21] énumèrent une liste d’effets secondaires possibles, incluant parfois le décès.  Tant qu’une procédure médicale entraîne un risque, si l’innocuité ne peut être garantie et si une information compréhensible ne peut pas être fournie au préalable, le Principe de Précaution doit être appliqué. Il a été constaté que dans des régions où existe une liberté de choix en matière de vaccination, des taux élevés de couverture vaccinale tels que recommandés par l’OMS sont atteints sans recourir à l’obligation vaccinale.[22] Les pays européens voient différemment la responsabilité légale en ce qui concerne les dommages vaccinaux, mais d’une façon générale, les autorités politiques et médicales de même que les fabricants de vaccins ne sont pas tenus responsables, laissant les victimes privées d’aide et d’indemnisation. Aucune étude significative ou officielle comparant la santé des enfants vaccinés à celle des enfants non vaccinés n’a été menée jusqu’à présent, bien qu’il existe un nombre croissant d’études montrant que les enfants non vaccinés jouissent d’une bien meilleure santé que les enfants vaccinés.[23]  Ceci constitue donc un secteur où de plus amples recherches sont absolument nécessaires. Compte tenu de ce qui a été exposé ci-dessus, nous réclamons: 1. Que toute obligation vaccinale soit abolie dans tous les pays européens. 2. Que l'obligation vaccinale ne soit jamais introduite dans un pays où les vaccins ne sont que recommandés actuellement. 3. Que le Principe de Précaution soit appliquée dans le domaine de la vaccination en Europe. 4. Que tous les citoyens européens bénéficient de la liberté vaccinale et du droit à un consentement pleinement éclairé en matière vaccinale, ce qui est un droit humain universel. 5. Et qu’une unité indépendante de vaccinovigilance soit établie, où pourront être rapportés les effets secondaires de vaccins ainsi que leur nombre et leur gravité, et que ces données soient facilement accessibles à tous en Europe. Références: [1] http://www.europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf, Article 3, page 9[2] Calculé utilsant http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_European_countries_by_population et http://www.eurosurveillance.org/images/dynamic/EE/V17N22/DAncona_tab1.jpg[3] Bruesewitz v. Wyeth LLC, 131 S. Ct. 1068, 179 L.Ed.2d 1 (2011), http://www.supremecourt.gov/opinions/10pdf/09-152.pdf [4] Calculé utilisant http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_European_countries_by_population et http://www.eurosurveillance.org/images/dynamic/EE/V17N22/DAncona_tab1.jpg[5] http://www.eurosurveillance.org/images/dynamic/EE/V17N22/DAncona_tab1.jpg[6] http://www.europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf, Article 3, page 9[7] http://www.europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf, Article 3, page 9[8] http://www.europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf, Article 3, page 9[9] http://conventions.coe.int/Treaty/FR/Treaties/Html/164.htm, Article 2 – Primauté de l’être humain[10] http://conventions.coe.int/Treaty/FR/Treaties/Html/164.htm, Article 5 – Règle Générale[11] http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/poster.pdf, Article 4 – Droit au Consentement Eclairé[12] http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/poster.pdf, Article 5 – Droit à la Liberté de Choix[13] http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/poster.pdf, Article 9 – Droit à la Sécurité[14] http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CRC.aspx, Article 18[15] http://ec.europa.eu/justice/policies/privacy/docs/un-art17_fr.pdf, Article 18.1.[16] http://descobayesetdeshommes.fr/Docs/NurembergTrad, Principe 1[17] Arlett, Dr. Peter, Setting the Scene: New European Union Pharmacovigilance Legislation, November 2012, slide 6 - (http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Presentation/2013/01/WC500137839.pdf) et également https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4412588/[18] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16689555[19] Bruesewitz v. Wyeth LLC, 131 S. Ct. 1068, 179 L.Ed.2d 1 (2011), http://www.supremecourt.gov/opinions/10pdf/09-152.pdf[20] http://dejure.org/gesetze/StGB, §§20 et 223 - 231 [21] http://www.vaccinesafety.edu/package_inserts.htm[22] Par exemple, en Ecosse la couverture atteint 97% : http://www.isdscotland.org/Health-Topics/Child-Health/publications/index.asp[23] http://www.vaxchoicevt.com/science/studies-comparing-vaccinated-to-unvaccinated-populations/, http://www.efi-online.de/wp-content/uploads/2014/10/VaccineFreeChildrenHealthier.pdf , http://www.rescuepost.com/files/mawson-et-al-2017-vax-unvax-jnl-translational-science.pdf et http://vaccineinjury.info/survey/comparison-of-the-state-of-health-of-unvaccinated-and-vaccinated-children.html

Secretary European Forum for Vaccine Vigilance (EFVV)
177,800 supporters