Topic

Restrictions budgetaires

1 petition

Started 2 weeks ago

Petition to Christophe Bouchard, directeur de l'AEFE

Maintenir la qualité de l'enseignement à l'EFE Montaigne

C’est avec de vives inquiétudes que la communauté éducative de l’EFE Montaigne a pris connaissance du Projet de Loi de Finances pour 2018 pour ce qui concerne l'Agence pour l'Enseignement Français à l’Etranger. Les suppressions de postes de détachés programmées pour la rentrée 2018 de 80 postes d'expatriés et 100 postes de résidents, suivies d’autres suppressions pour les rentrées 2019 et 2020 auront des conséquences graves sur l’encadrement pédagogique des établissements. Nous dénonçons les choix budgétaires qui nous sont imposés. Ceux-ci vont faire peser une lourde charge sur l’EFE Montaigne et ce sont les personnels et les usagers -élèves et familles- qui en subiront de plein fouet les conséquences. Les suppressions annoncées toucheront par voie de conséquence l’ensemble des personnels, par les blocages budgétaires sur toute revalorisation nécessaire des personnels de droit local. C’est l’Afrique qui est la plus touchée : pour les zones Maghreb/Océan indien et Afrique : 45 fermetures de postes d’EEMCP2 sur les 76 confirmées par le CT de l’AEFE du 21 novembre 2017. En ce qui concerne la situation à l’EFE Montaigne de Cotonou, plusieurs points nourrissent nos inquiétudes. ·         Pour la rentrée 2017, le poste EEMCP2 de lettres qui soutenait l’Option théâtre – vivante et très dynamique, contribuant à l’attractivité de l’établissement – a glissé vers un poste d’EEMCP2 anglais. Malgré toutes nos demandes et démarches, ce poste d’EEMCP2 n’a pas été remplacé par un résident, mais par un contrat local. Le directeur de l’AEFE, en visite à Cotonou, a été interpellé sur ce fait : on a délibérément fragilisé un enseignement, mis en péril une option en ne permettant pas qu’un enseignant certifié théâtre puisse être recruté, et il n’a nullement été tenu compte du fait que des élèves s’étaient engagés dans cette option pour la présenter au baccalauréat en 2018 et 2019. ·         En juin 2017, nous avons appris que le poste EEMCP2 de mathématiques glissait en EPS, sans que cela corresponde à une demande de l’établissement, ni à un besoin local. Nous venons d’apprendre que le poste EEMCP2 SVT sera supprimé à la rentrée 2018 sans qu’on nous garantisse que ces postes de mathématiques et SVT seront remplacés par des professeurs titulaires résidents. Au regard de l’expérience de la précédente année scolaire et de ce qui se passe actuellement dans le réseau, nous sommes très pessimistes. Il ne restera dans l’établissement qu’un seul EEMCP2 en sciences-physiques, contre trois en sciences cette année. Cette double décision est curieuse, quand on sait que l’enseignement des sciences est un des axes prioritaires de l’AEFE. ·         Par ailleurs, se multiplient depuis quelques années des décisions de non détachement d’enseignants résidents en fin de contrat ou qui souhaitent changer d’établissement. Cette situation fait peser une menace supplémentaire sur le nombre de postes de résidents à l’EFE Montaigne. ·         Enfin, diminuer le nombre d’EEMCP2 dans les établissements et augmenter le nombre d’enseignants en contrat local nous paraît également incohérent. Cela traduit d’abord un désengagement de l’État qui pourtant s’appuie sur les EFE dans son processus diplomatique. Par ailleurs, les enseignants nouvellement recrutés ont besoin de formation, d’accompagnement. Qui va prendre en charge cette formation initiale si les EEMCP2 disparaissent des établissements ? La réforme du collège de 2017 est lourde à porter et complexe dans sa mise en œuvre, elle exige des personnels qui ont une formation initiale solide, une certaine expérience dans le métier et une bonne connaissance du système éducatif français. Comment l’État va-t-il garantir aux familles l’excellence de son réseau à l’étranger ? Par conséquent, nous,  signataires de cette pétition, demandons que ► l’AEFE s’engage à remplacer les postes EEMCP2 supprimés par des postes de résidents, ► l’AEFE cesse de prendre des décisions brutales, qui ne tiennent aucunement compte des besoins locaux et des difficultés de recrutement de l’EFE Montaigne. ► l’AEFE cherche d’autres solutions pour réaliser les économies attendues que celles qui vont entraîner la perte de la qualité de l’enseignement, qui fait pourtant la réputation d’excellence des établissements du réseau.

SNES COTONOU
26 supporters