Topic

rennes

4 petitions

Update posted 1 day ago

Petition to Compagnie de Phalsbourg, Emmanuel Couet, André Crocq, Paul Kerdraon

NON à l'extension du centre commercial de Pacé

Emballement climatique, épuisement des ressources, rupture irréversible d'équilibres biologiques vitaux : les prévisions des scientifiques sont de plus en plus alarmantes.Ignorant ces avertissements, les décideurs économiques et politiques persistent à nous imposer des projets hérités d'une époque révolue, commercialement inutiles, socialement néfastes, et environnementalement irresponsables. Le projet "Open Sky" à Pacé (Ille et Vilaine) en est une parfaite illustration : sur près de 10 ha des meilleures terres agricoles du département devraient s’élever bientôt 40 000 m² de surfaces bâties, dont 27 000 m² d'espaces commerciaux (35 à 40 magasins, 5 restaurants) et 1 400 places de parking. Nous dénonçons : la mise en danger du commerce de proximité au profit de grandes enseignes et de promoteurs immobiliers ; la menace générée par ces grandes zones commerciales périphériques sur la vitalité des centres-villes, quartiers et bourgs environnants ; les risques pour l’emploi existant : la promesse de 300 emplois nouveaux est une imposture ; dans un contexte de revenu des ménages stagnant, les emplois seront juste déplacés (le bassin de chalandise du projet est estimé à 800 000 habitants, soit quasiment la population de l'Ille et Vilaine...) ; la destruction de terres agricoles, ce qui diminuera de nouveau la capacité de la métropole à produire une alimentation locale pour ses habitant·e·s ; une nouvelle atteinte à la ceinture verte de Rennes, corridor biologique indispensable à la circulation de la faune sauvage, précieux réservoir de biodiversité, et outil majeur de lutte contre le réchauffement climatique ; l’encouragement au « tout bagnole » et ses corollaires : toujours plus de parkings, de nouvelles voies d’accès, de nouveaux bouchons et pollutions en perspective avec leur impact sur la santé, sans oublier les conséquences de l’imperméabilisation grandissante des sols ; le gaspillage de matières premières en cours d’épuisement (sable, métaux, pétrole…), que devons économiser et réserver à des usages fondamentaux (logement) ; le mythe d’une métropole « plus attractive » qui, par définition, ne peut qu’aggraver le déséquilibre ville-campagne en attirant de plus en plus de résidents et de consommateurs, exacerbant le sentiment d'abandon des ruraux largement relayé par le mouvement des gilets jaunes.  A l'heure où la société prend enfin conscience des urgences écologique et climatique, nous réaffirmons notre opposition à ce projet anachronique qui entre en totale contradiction avec les impératifs d’un aménagement harmonieux du territoire, et avec le projet de société que nous devons porter. Nous invitons toutes les structures, associatives, syndicales ou politiques, qui partagent notre analyse et notre refus à se joindre à notre appel, et à le relayer auprès de leurs adhérents.  Pour EELV Sud et Ouest de Rennes, Régine Ferron et Loïc Le Hir - so-rennes@eelv.fr  

groupe local EELV SUD ET OUEST DE RENNES
2,199 supporters
Started 9 months ago

Petition to Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine, Ville de RENNES, DSDEN 35

POUR UNE CARTE SCOLAIRE JUSTE ET CONCERTÉE À RENNES

Une nouvelle carte scolaire rennaise a été votée le 15 décembre 2017 par le Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine, dans la précipitation et sans prendre en compte notre avis de parents des élèves impactés et d'enseignants. Nous nous sommes regroupés en une Coordination des Collèges Rennais, avec l'appui de syndicats et de la FCPE. Depuis plusieurs mois, nous alertons le CD du 35 sur les nombreux problèmes qu’engendre cette nouvelle sectorisation. Celle-ci va renforcer la ségrégation scolaire déjà forte à Rennes. Parce qu’aucun élève n’a à subir les conséquences d’effectifs surchargés dans son établissement Parce que nous refusons la fermeture du site scolaire Malifeu (Rosa Parks) alors que le quartier Villejean-Beauregard a besoin de deux collèges, indépendants Parce que les collèges Les Hautes Ourmes et Rosa Parks deviendront des établissements surdimensionnés, alors qu’ils sont en réseau d’éducation prioritaire Parce que le collège Les Hautes Ourmes perdra son classement en REP+ pour un gain marginal de mixité Parce qu'au collège Le Landry, la perte des élèves de Chantepie portera atteinte à sa mixité sociale et permettra une baisse incontrôlée de ses effectifs par la suite Parce que le collège Zola est, au contraire, menacé d’être peu à peu vidé Parce que la prise en compte des cohortes des écoles primaires, du temps de trajet des élèves et de la sécurité dans leurs déplacements ne peut être réfléchie à la dernière minute Parce que la logique des économies budgétaires ne doit pas être le moteur de cette nouvelle carte scolaire Parce que nous défendons un enseignement public de qualité, véritablement au service de la mixité sociale et de l'égalité des chances Nous demandons la suspension de la nouvelle sectorisation. Parce que vous êtes solidaires des élèves, des parents d’élèves et des enseignants victimes de ce projet…  SOUTENEZ-NOUS ET SIGNEZ NOTRE PÉTITION !

Coordination des Collèges Rennais
445 supporters
Started 2 years ago

Petition to Université de Rennes 1, Université Rennes 2, Agrocampus Ouest, Ecole Normale Supérieure (ENS Rennes), École Nationale Supérieure de Chimie (ENSC) de Rennes, Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Rennes, École des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), CentraleSupélec , ENSAI , INSA Rennes, Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rennes

UniRennes : pour une grande université interdisciplinaire à Rennes

« Nous avons cru au projet d’une grande université rennaise, multidisciplinaire. Un projet qui dépasse les vieux clivages administratifs et scientifiques obsolètes, capable avec la force du collectif et des individualités de développer une recherche qui ait un impact dans la communauté internationale. Nous avons cru en une université capable d’attirer d’excellents chercheurs et enseignants-chercheurs séduits par le dynamisme et l’environnement académique, capable de proposer une palette de formations riches par la force et la diversité des compétences et des initiatives, impliquée dans les grands défis de la société et de l’environnement ; bref une université qui rendrait fiers les jeunes qui choisissent de la rejoindre et les chercheurs et enseignants-chercheurs confirmés d’y rester et de continuer à s’impliquer. » « Un projet nécessaire »« Une réponse à ce grand projet a été proposée dans le cadre du programme d’investissement d’avenir et ce fût un échec retentissant. De tous les candidats à cet appel d’offres, seul le projet des établissements de recherche et d’enseignement supérieur du site de Rennes a été recalé avec des appréciations très dures du jury : « malgré les forces évidentes en recherche et en enseignement, la gouvernance du projet était si faible que les conditions pour la réalisation du projet scientifique et pédagogique qui nécessite la constitution d’un établissement unique n’étaient pas crédibles. »Pourtant ce projet est nécessaire parce qu’aucune université ni aucune école du site rennais n’est en mesure d’émerger seule au niveau international, parce que les liens qui existent entre les établissements montrent que nous fonctionnons déjà en interdépendance, parce que seul un établissement commun aura la souplesse et les moyens de faire émerger des pôles de recherche de niveau international. Il est aussi nécessaire, parce que les étudiants ne comprennent pas que les disciplines soient cloisonnées derrière des barrières administratives qui n’ont plus de sens, et surtout parce que les fronts de la science se trouvent dans les approches interdisciplinaires. » « Sortir du déni »« Nous sommes tous, chercheurs et enseignants-chercheurs des établissements concernés, collectivement responsables de cette situation qui pénalise durablement tous les partenaires de ce projet. Il y a urgence à sortir du déni de la situation critique à laquelle nous faisons face et des petits intérêts partisans qui empêchent la réalisation d’un projet collectif ambitieux. Le développement de la recherche en dépend.Comment convaincre les organismes de recherche associés de longue date aux universités – CNRS, Inra, Inria et Inserm – à consolider leurs moyens sur Rennes s’il n’y a pas électrochoc et réaction de tous les établissements pour s’unir ? Ce quatrième échec, certes le premier sur un périmètre purement rennais, révèle que les gouvernances qui ont été proposées dans les précédents dossiers ne sont plus adaptées aux nécessités actuelles pour porter un projet de recherches et d’enseignement ambitieux.Nous souhaitons que tous les chefs d’établissement – présidents d’universités et directeurs d’écoles supérieures – prennent la pleine mesure des enjeux auxquels nous faisons face aujourd’hui, et que, sans attendre un nouvel appel d’offres, dans un sursaut collectif, ils surmontent les derniers obstacles et éventuels intérêts propres à leur établissement, pour mettre en place très rapidement la grande université interdisciplinaire qui correspond au potentiel de Rennes et de sa région, à être l’un des dix grands pôles académiques français. » Philippe Davy, Gilles Pinay, Jacques Baudry, Jean-Pierre Brun, Françoise Burel, Samuel Corgne, Thomas Corpetti, Mélanie Davranche, Vincent Dubreuil, Astrid Hirschelmann, Laurence Hubert-Moy, Thomas Houet, Jean Marc Jézéquel, Alexandra Langlais, Tanguy le Borgne, Tanguy Rouxel, Nathalie Hervé-Fournereau.

Unité RENNES
212 supporters