Topic

pauvreté

11 petitions

Update posted 3 months ago

Petition to François Legault, Jean-François Roberge, Éric Girard

Appuyez un mode de taxation équitable, c'est favoriser la réussite de tous les élèves!

L'UNIFORMISATION DE LA TAXE SCOLAIRE - UNE CATASTROPHE ANNONCÉE POUR LA RÉUSSITE DES JEUNES MONTRÉALAIS! L’actuel projet de loi 3 sur la taxe scolaire à un taux unique du gouvernement Legault est à l’avantage des entreprises, des industries et des grands propriétaires, au détriment des Montréalais, dont une forte proportion est locataires. Il représente une perte de revenus évaluée à 83 millions de dollars pour uniquement la Commission scolaire de Montréal (CSDM), la plus grande commission scolaire du Québec. Le projet de loi 3 est inéquitable.  Les revenus de la taxe scolaire servent notamment à payer l’entretien des bâtiments, une partie du transport scolaire et du salaire des directeurs et secrétaires d’école. Des frais incontournables que la Commission scolaire devra assumer, quoi qu’il arrive, à même son budget de fonctionnement, qu’elle dédiait jusqu’ici à ses élèves. La taxe scolaire génère actuellement des millions de dollars rien qu’en revenus d’intérêts, qui sont ensuite redistribués dans les écoles des milieux les plus pauvres. Le programme « Opération solidarité »  sert à financer des services professionnels aux élèves (psychoéducateur, TES, orthophoniste, etc.), à soutenir des projets scolaires au niveau secondaire et à distribuer des collations.     Les jeunes d'aujourd'hui sont les adultes de demain. Les voir réussir est garant de notre succès collectif.  Nous, soussignés, demandons au gouvernement Legault un mode de taxation scolaire ÉQUITABLE qui favorisera la réussite éducative de tous.  

CITOYEN.NES ENGAGÉ.ES POUR LA RÉUSSITE
257 supporters
Update posted 2 months ago

Petition to Agnès Buzyn, Sophie Cluzel, Agnès Buzyn, Sophie CLUZEL

Les personnes handicapées en colère : nous exigeons l'AAH à 1200€ pour vivre dignement !

Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé, Madame la Secrétaire d'Etat chargée des Personnes Handicapées,   Au fil des années, les taxes se sont multipliées avec l'augmentation régulière de la TVA qui pénalise les plus fragiles d'entre nous. Notre budget alimentation a explosé... Ces taxes/impôts n'ont pas amélioré la pauvreté en France car le taux de pauvreté (14%) n'a pas changé depuis 30 ans. Alors à qui profite cet argent ? Qui sommes-nous ?  Nous sommes les personnes handicapées, nous sommes admises dans les hôpitaux, nous sommes en rééducation, nous sommes dans nos lits, nous sommes sous traitement intensif, nous sommes dans les maisons de repos, nous sommes dans les EHPAD, nous sommes atteintes de maladies chroniques/ orphelines/ rares/ cancéreuses/ invalidantes, nous sommes en fauteuil roulant, nous sommes deficient visuel, nous sommes dans la solitude, nous sommes les INVISIBLES et nous sommes condamnés à la PAUVRETÉ.  À vrai dire, nous survivons avec des revenus très modestes (AAH) en dessous du seuil de pauvreté (1000€), parfois en couple et parfois sans logement indépendant. Des inégalités flagrantes existent même entre les personnes handicapées : plus le handicap est sévère, plus le revenu est faible et le niveau de pauvreté élevé !  Plusieurs mesures prises par le gouvernement sont inquiétantes et illustrent le mépris à l'égard des personnes handicapées : 1) Gel du plafond des ressources ouvrant droit a la revalorisation de l'AAH pour 250 000 personnes en couple. Par conséquent, toutes les personnes handicapées ne bénéficieront pas de la revalorisation programmée de l'AAH à 900€ en novembre 2019.  2) Depuis plusieurs années, l'AAH etait indexée sur l'inflation au 1er avril de chaque année. En 2019 et en 2020, la hausse sera limitée à 0,3% alors que l'inflation s'élèvera à 1,7% en 2019  selon la Banque de France.  3) Suppression du complément de ressources (179€ par mois) au 1er novembre 2019. 4) Recul sur l'accessibilité des logements : l'abaissement du nombre d'étages avec un seuil d'appartements minimum pour un ascenseur obligatoire, passage de 100% à 20% de la part des logements accessibles aux personnes en fauteuil roulant dans les immeubles neufs.  À ce titre, nous formulons 10 revendications indispensables à l'amélioration de notre cadre de vie : 1. Nous réclamons pour l'ensemble des bénéficiaires : d'une part, une augmentation de l'Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) à 1200€ pour faire face à l'augmentation constante du coût de la vie et d'autre part, la réindexation de l'AAH sur l'inflation. Plus qu'une augmentation de l'AAH, notre reste à vivre doit augmenter ! De plus, nous convions l'exécutif à réformer la pension d'invalidité et son mode de calcul. En effet, nous notons pour un même handicap, des disparités sociales et financières insupportables ! Dans l'urgence, nous recommandons une revalorisation immédiate de la pension d'invalidité pour tous les foyers (personne seule ou couple) vivants sous le seuil de pauvreté. Pour les personnes handicapées de 60 ans et plus, nous demandons une PCH senior et une partie de l'AAH pour les foyers vivants sous le seuil de pauvreté. Les personnes âgées handicapées sont les plus fragiles d'entre nous : Ils vivent dans la misère et ne sont pas aidées. Nous réclamons des aides spécifiques à l'autonomie et à la compensation du handicap en faveur des retraités en situation d'handicap. 2. Nous ordonnons le maintien du droit au complément de ressources (179€ par mois) pour les personnes avec un taux d'handicap supérieur ou égal à 80%. Nous jugeons cette suppression injuste et maladroite au prétexte qu'elle compensera en partie la revalorisation de l'AAH à taux plein! Appauvrir ceux qui souffriront le plus à l'avenir pour redistribuer des miettes à l'ensemble des bénéficiaires est irresponsable, inhumain et source d'inégalités !  3. Notre handicap est devenu un marché où nous sommes très injustement appauvris !  La privatisation des soins, le non-remboursement de certains médicaments, les coûts faramineux du matériel technique  et des accessoires médicaux vous obligent à une réévaluation de la prestation de compensation du handicap (PCH) et à une revalorisation de la majoration pour une vie autonome (MVA). 4. L'allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH) de base a augmenté de 0,9% depuis l'arrivée du nouveau gouvernement en 2017. L'AEEH est passée de 130,51€ (septembre 2017) à 131,81€ (avril 2018) soit un gain modique de 1,30€ par mois. Nous voulons un réel coup de pouce pour l'ensemble des enfants handicapés ! Par ailleurs, nous réclamons un égal accès à l'école de la République pour l'ensemble des enfants handicapés. Nous exigeons plus d' A.V.S. (Accompagnant des Elèves en Situation de Handicap) afin de garantir à la rentrée scolaire 2019 : une égalité des chances et une nette augmentation du nombre d'enfants handicapés inscrits dans nos écoles républicaines.  5. Nous voulons une diminution significative du reste à charge concernant l'optique, les soins dentaires et les aides auditives.  6. Nous exigeons l'abandon de la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l'AAH. 7. « Nous allons, par voie réglementaire, dans les mois qui viennent, rendre obligatoire la construction d’ascenseurs dans les immeubles de trois étages et plus », déclarait le Premier ministre, le 27 septembre 2018. A présent, nous notons que le projet de décret proposé par le ministère du logement pour l'accessibilité du logement stipule que les immeubles neufs avec plus de douze appartements (par cage d'escalier) répartis sur au moins trois étages seront équipés d'un ascenseur. Mais pourquoi ce seuil de plus de douze logements sur trois étages ? Par exemple,  l'immeuble neuf de 11 logements répartis sur 5 étages n'aura pas d'ascenseur. Nous pensons que cette formule n'est pas un hasard maïs bien un calcul qui arrange à la fois les acteurs publics et les structures privées du logement. Nous dénonçons avec véhémence le recul orchestré par le ministère du logement sous l'influence du puissant lobby des constructeurs et promoteurs immobiliers. Pour rappel, nous figurons avec la Hongrie et la République Tchèque, parmi les trois derniers pays européens en termes d’accessibilité des logements. Il est temps d'agir dans  l'urgence ! Nous demandons l'ascenseur obligatoire pour tous les immeubles neufs de 3 étages et l'accessibilité des logements à 100% pour les personnes en fauteuil roulant dans les nouvelles constructions d'immeubles. 8. Depuis 30 ans, les entreprises avec au moins vingt salariés ont une obligation d'emploi des travailleurs handicapés à hauteur de 6% de leurs effectifs. Aujourd'hui, ce quota atteint seulement 3,5%. Nous appelons le gouvernement à agir pour renforcer ce dispositif. Nous tirons la sonnette d'alarme face à l'impunité des entreprises qui ne sont pas suffisamment sanctionnées. Stop aux sanctions sans punir! D'ailleurs, nous appelons à un audit immédiat des sanctions financières (dont la taxe Agefiph) infligées aux entreprises mauvaises élèves. 9. Nous souhaitons que les banques nous remboursent tous les frais de tenue de compte prélevés. Nous demandons l'exonération à la lettre de cette taxe abusive. De plus, le gouvernement doit intervenir auprès des établissements financiers pour négocier des crédits bancaires à taux zéro en faveur des personnes handicapées.  10. Nos maladies ne sont pas que le fruit du destin, certaines activités en génèrent de nouvelles, d'autres en réveillent ou en propagent et quelques unes font obstacle à leurs éradications. Les entreprises ne sont pas exemptes de tout reproche : la pollution (eau, air, sol), le nucléaire et ses déchets toxiques, les réseaux des télécommunications avec notre exposition aux ondes, les perturbateurs endocriniens notamment dans nos assiettes et bien d'autres (liste non-exhaustive) impactent notre environnement et inévitablement notre santé. Ces entreprises doivent participer davantage à la solidarité nationale en contribuant en matière de pouvoir d'achat et de recherche médicale. Dans ce but précis, nous appelons à la création d'une nouvelle taxe Handicap sur le chiffre d'affaires des entreprises polluantes et toxiques pour la santé des français.  Nous attendons, Madame la Ministre, des mesures concrètes avec un audit régulier de vos actions. Notre pétition recense nos revendications majeures. Par contre, nous encourageons l'Etat par l'intermédiaire des départements (MDPH/CPAM) à organiser des séances d'information et d'écoute pour recueillir l'ensemble des doléances. Nous vous invitons TOUS à nous soutenir dans nos revendications légitimes ! M. Junaid LIAQUAT

Junaid LIAQUAT
4,242 supporters
Started 7 months ago

Petition to Djordje KUZMANOVIC

M. KUZMANOVIC : fondez une union politique populaire transcendant le clivage Droite/Gauche

Le Bloc bourgeois, union décomplexée de la France d'en-haut, de JUPPE à MOSCOVICI, ne va pas céder : les députés LREM ne vont pas s'atteler à faire des propositions de loi basées sur les revendications ô combien légitimes et économiquement pertinentes des Gilets Jaunes. Il va nous falloir déloger l'Extrême-Centre par les urnes. Avec la presse aux ordres pour réécrire l'Histoire en temps réel et diviser l'opinion, l'arme principale du pouvoir en place qui détruit l'appareil industriel (dépeçage d'Alstom au bénéfice de Siemens et General Electric), qui détruit le Pacte social (dépeçage des reliquats de Service publique hors des métropoles avec la fermeture des petites lignes ferroviaires et des Bureaux de Poste), c'est la division des Français et leur incapacité à se structurer politiquement pour reconquérir la souveraineté nationale lors des scrutins démocratiques : il faut en finir avec le vote prétendument "utile" entre peste et choléra, en construisant une alternative crédible, organisée, auto-financée. Eu égard à ses compétences et son intégrité, à la légitimité inhérente à la véracité de ses analyses, Djordje KUZMANOVIC peut et doit organiser un mouvement politique populaire transcendant le clivage Droite/Gauche, pour défendre énergiquement les perdants de la mondialisation, incarnés par les Gilets Jaunes. Djordje KUZMANOVIC est un rassembleur qui saura fédérer patriotes sociaux de Droite et républicains de Gauche, héritiers de Jean JAURES, autour du paradigme de Christophe GUILLUY. Djordje KUZMANOVIC saura structurer et construire une entité politique permettant à des personnes démocratiquement désignées de porter lors des prochaines échéances électorales les revendications socio-économiques clairement exprimées par les Gilets Jaunes. Justice sociale et économique, laïcité et autorité républicaines : Djordje KUZMANOVIC n'a jamais été ambigu s'agissant de son positionnement politique. Il a expliqué dans Marianne le 28/11/2018 les raisons de son départ de LA FRANCE INSOUMISE. Au-delà d'un manque de transparence et des relents arbitraires de la gouvernance, au-delà de l'impasse électorale d'une union des Gauches NuitDeboutistes qui étouffe la nécessité d'une union populaire dépassant le clivage Droite/Gauche, Djordje KUZMANOVIC a pris acte de l’impossibilité de faire évoluer positivement le mouvement de Jean-Luc MELENCHON, divisé depuis longtemps sur des sujets pourtant décisifs : refus de faire primer le social sur le sociétal, naïveté sur l'immigration et manque de fermeté face aux dérives anti-Police, compromis anti-républicains avec les mouvements indigénistes et l'entrisme islamiste. LE PEN et DUPONT-AIGNAN s'enferment dans l'union des Droitiers, de même MELENCHON, AUTAIN ou OBONO s'enferment dans l'union des Gauchistes. Malgré leur pertinence sur de nombreux sujets stratégiques, François ASSELINEAU et Jean LASSALLE n'ont pas réussi à mobiliser l'opinion. Il est devenu urgent de s'adresser sans langue de bois aux abstentionnistes et aux Gilets Jaunes qui ont constaté l'échec du modèle traditionnel de lutte syndicale, qui refusent (pour combien de temps ?) le recours à des actions violentes. Ils doivent pouvoir s'appuyer sur une nouvelle structure militante et populaire, organisée politiquement autour de 7 fondamentaux en vue des élections à venir : 1. L'augmentation des rentrées fiscales pour l'Etat ne doit plus passer par la taxation outrancière des classes moyennes et des travailleurs pauvres (désormais 1 million à survivre avec 850 Euros par mois selon l'Observatoire des Inégalités) mais par les rentrées de cotisations consécutives aux créations d'emplois. Retour au plein emploi permis par les relocalisations et le protectionnisme (national et non pas européen) face au dumping salarial et écologique des puissances étrangères, à commencer par les PECO qui aspirent nos entreprises tout en nous renvoyant, vraie double peine, des armées de travailleurs détachés (+23,8% sur la dernière année soit un total de 354 151 travailleurs détachés, selon des chiffres de la Direction générale du Travail). Le choix du protectionnisme ne doit plus être un tabou car pour vendre en Chine, il est obligatoire de produire en Chine sous peine d'être lourdement taxé 2. Pour permettre aux employeurs d'augmenter les salaires et soutenir ainsi le pouvoir d'achat des Français, la justice sociale passe par davantage de justice fiscale et passe donc par une lutte contre l'évasion fiscale (selon un rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques, dévoilé le 13/11/2018 par Marianne, la fraude fiscale s'élève à 100 milliards d'Euros par an, une hausse de 20 milliards par rapport à 2013). Ces montants colossaux doivent être récupérés pour permettre d'alléger les cotisations supportées par les TPE et les PME, les ETI et les entrepreneurs de l'ESS, pour permettre à l'Etat d’arrêter les destructions de la politique d'austérité 3. Avec les marges de manœuvre budgétaires restaurées par les deux mesures précédentes, l'Etat pourra rebâtir un véritable Service public de qualité sur tout le territoire (des zones rurales aux cités désertées par la puissance publique), l'Etat pourra notamment financer la santé, l'éducation, les transports, la sécurité, la remise en état des prisons. Les investissements visant à soutenir la transition écologique se focaliseront sur l'isolation thermique desdites "passoires énergétiques" qui plombent le budget des plus modestes et constituent 1/4 du total des émissions de CO2 annuelles de la France (l'Observatoire National de la Précarité Énergétique souligne que les ménages défavorisés consacrent 15% de leur budget à l'énergie contre 6% pour les ménages aisés) 4. L'Etat pourra aussi investir dans la création de maisons de retraites publiques avec des tarifs abordables, pourra garantir des budgets conséquents pour le handicap, pourra accueillir dignement davantage de réfugiés politiques (et non pas réfugiés "économiques") tout en reconduisant à la frontière les déboutés du Droit d'asile, sachant que le gouvernement actuel a abaissé de 8% le budget consacré aux reconduites à la frontière en 2018 avec pour résultat seulement 26 000 reconduites exécutées sur les quelques 90 000 O-Q-T-F prononcées, 64 000 clandestins qui viennent nourrir l'insécurité et l'économie informelle (comportements isolés qui portent préjudice à la très grand majorité de nos concitoyens issus de pays étrangers, désireux de s'intégrer et vivre paisiblement) 5. L'Etat pourra aussi investir dans la modernisation de son armée qui s'engagera prioritairement contre les filières de trafic d'êtres humains (le trafic de migrants rapportant désormais plus que le trafic de drogue, soit 7 milliards USD en 2016 selon l'ONUDC) 6. La République est une et indivisible. L'Etat doit lutter fermement contre les dérives religieuses en réaffirmant la non-négociabilité de la laïcité. Si aucun culte ne saurait être stigmatisé, aucune primauté du spirituel sur le temporel ne saurait être admise (toute structure religieuse devra signer en Préfecture un engagement pour garantir la liberté de conscience des enfants et l’égalité homme/femme ; le port de signes religieux sera interdit pour les accompagnateurs lors des sorties scolaires et sera également interdit dans tous établissements publics administratifs ou de santé, y compris à l'université) 7. Tout ceci serait impossible sans une pleine souveraineté nationale qui passe par une sortie des carcans de Bruxelles https://www.marianne.net/debattons/tribunes/pourquoi-je-quitte-la-france-insoumise-djordje-kuzmanovic?fbclid=IwAR0H120bwMN2_M_H2u_GaeGP0Cl_8g9lAx4UOrivuuOtUaRdsix1UCvg5yg   NOTA : âgé de 38 ans, natif de Madagascar, je suis arrivé en France en 1988 et fus naturalisé en 1992. Mon père, professeur d'histoire, est décédé en 1994 à l'âge de 46 ans : il a souhaité être enterré à Montargis dans le Loiret, il votait pour Charles PASQUA. Pour ma part, après avoir été encarté PS puis Parti de Gauche, j'ai voté jadis pour MELENCHON... Il y a beaucoup de monde qui souhaite un dépassement des clivages droite/Gauche pour représenter le peuple qui souffre en silence ; j'ai estimé être légitime pour rédiger cette pétition car j'ai vécu et continue de vivre les fins de mois difficiles évoquées par les Gilets Jaunes ; j'enchaîne les CDD, mon cœur palpite à chaque fois que je passe en caisse de peur que ma carte soit refusée ; j'aime la France et la façon dont le gouvernement brade ses fleurons industriels me révulse ; la façon dont on détricote le Service public et les acquis sociaux me fait honte. Je n'ai aucune idée de l'impact que peut avoir une telle pétition mais Djordje KUZMANOVIC a le courage de faire un boulot que je n'ai pas le courage de faire, cette pétition est une contribution pour le soutenir.

Haja RASOLONJATOVO
15 supporters