Topic

patrimoine historique

25 petitions

Update posted 4 weeks ago

Petition to Madame la ministre de la Culture, Monsieur le Président du Conseil Départemental de Moselle, Messieurs les conseillers départementaux, Messieurs les conseillers départementaux du canton du Saulnois

Sauvons les casernes Vauban de Marsal (Moselle)

Lors d'un conseil municipal en date du 10 juillet 2017 à Dieuze (Moselle), M. Fernand Lormant, conseiller départemental a annoncé le souhait du département de la Moselle, et de son président M. Patrick Weiten, de démolir deux casernes de type Vauban situées à Marsal, datant de la fin du XVIIe siècle. Ces casernes accueillaient toutes deux jusqu'à présent les collections du Musée départemental du Sel de Marsal, labellisé Musée de France.Nous en appelons à la ministre de la Culture afin que ses services s'opposent à une telle démolition.Nous en appelons au conseil départemental afin qu'il envisage une solution autre que la destruction de ces prestigieux bâtiments.Nous en appelons au soutien populaire pour manifester l'importance de ce patrimoine, et pour qu'une meilleure solution puisse être trouvée par le biais d'une concertation ouverte et objective.Le village de Marsal en Lorraine est une cité fortifiée marquée par sa longue et riche histoire, liée à la production de sel, mais également à sa dimension de place-forte. Devenue lorraine, Marsal reçoit ses premières fortifications modernes durant les années 1610. Disputée par le royaume de France et le Duché de Lorraine, elle est prise en 1663 par le Roi-Soleil. L’épisode, qui constitue la première conquête militaire de Louis XIV, et qui s’est effectué sans faire couler le sang, est célébré dignement par de nombreux artistes français comme Jean de la Fontaine, Charles Perrault, ou le peintre Charles Le Brun dans ses tentures de "l’Histoire du Roi". A partir de 1663, le roi de France installe le régiment de Carignan-Salières dans la place. Les soldats ne la quitteront que deux ans plus tard, pour aller pacifier la colonie française au Canada, et devenir les ancêtres de millions de nord-américains. A la même époque, Vauban élabore un premier projet pour Marsal, reprenant le tracé des anciennes fortifications. Quatre casernes, prévues pour loger 1400 soldats et près de 300 chevaux, sont mises en chantier dès les années 1660. Elles constituent les seuls vestiges de cette période majeure (la porte de France, datant du XVIe siècle, n'a été rénovée que plus tardivement). Seules deux de ces casernes subsistent dans leur totalité, dont l'une est classée au titre des Monuments Historiques depuis le 10 avril 1990 au titre de ses façades et toitures, de ses écuries au rez-de-chaussée, de sa cage d'escalier et d'une de ses travées. Ces deux bâtiments, jugés dangereux par le conseil départemental de Moselle, leur propriétaire, nécessiteraient 1,4 millions d'euros pour un confortement ou 9 millions d'euros pour une restauration complète. Jugeant la dépense inopportune, le conseil départemental de Moselle envisage leur démolition. Une telle disparition constituerait une perte irrémédiable pour ce patrimoine de dimension internationale.

Marsal PLACE-FORTE
1,109 supporters
Update posted 1 month ago

Petition to Monsieur le Directeur de Cabinet du Maire de Rouen

Sauvons le presbytère, son jardin et l’église Saint-Nicaise de Rouen

Amoureux, amoureuses du patrimoine ancien et moderne, citoyennes, citoyens, mobilisez-vous à nos côtés pour que ce trésor du cœur historique de notre belle ville de Rouen, situé dans un quartier unique – nommé par ses habitants « le Village Saint-Nicaise » –, reçoive la considération qu’il mérite et ne soit pas condamné à l’oubli et au mépris. La destruction programmée par la municipalité de Rouen du presbytère de l’église Saint-Nicaise, bâtiment du XIXe siècle ne présentant aucun risque avéré d’effondrement, est un préalable à la mutilation de l’église elle-même, chef-d’œuvre inscrit de Pierre Chirol : il a en effet été décidé, à l’issue d’une réunion technique à la mairie en janvier, qu’une grue serait implantée à l’emplacement du presbytère afin d’extraire par l’extérieur les cloches du clocher, dont l’intégrité serait menacée. Une étude de faisabilité a été lancée en ce sens. Sans attendre les résultats de l’étude, la mairie a déposé le 31 mars dernier un permis de démolition, lequel a été délivré le 15 juin. Le presbytère peut être rasé à tout instant et avec lui, sept siècles d’histoire. Une telle opération, outre un bâtiment restaurable de belle facture, détruirait en effet les vestiges du dernier cimetière médiéval non fouillé de la ville, ainsi que les restes de la nef du XIIIe siècle. Quant à l’éventration du clocher, elle porterait atteinte à l’église Saint-Nicaise et à son riche patrimoine (orgues et cloches), dont l’État, à travers la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles), a demandé le classement. La dislocation de l’ensemble unique formé par l’église et ses annexes interdirait, enfin, toute reconversion ambitieuse dans l’intérêt de la collectivité. L’église Saint-Nicaise, jusqu’à sa fermeture au début des années 2000, était un espace de vie polyvalent ouvert sur la ville. Depuis un an, l’association la Boise de Saint-Nicaise essaie d’en ranimer la flamme en le faisant (re)connaître (pancarte de signalisation, site Internet, réseaux sociaux, réunions publiques), en embellissant les abords (jardinières) et en se battant pour que, restauré, il soit le noyau du renouveau d’un quartier où le lien social se meurt. La mairie est certes propriétaire des lieux, mais elle ne l’est qu’en notre nom et ne peut en jouir à sa guise, ni privilégier des promoteurs au détriment de la préservation du patrimoine. La Boise de Saint-Nicaise n’est pas hostile à une dépose des cloches, à condition que ce soit pour les restaurer et les reposer ensuite. Nous sommes de l’avis des experts campanistes : tout le chantier doit s’organiser à partir du parvis et se faire de l’intérieur, comme lors de l’installation des cloches en 1938. Nous demandons à la mairie propriétaire, avec le soutien de l’OPR (Observatoire du patrimoine religieux), de la SFC (Société française de campanologie), des associations Patrimoine(s) et Fil Vert, que l’argent prévu pour l’éventration du clocher soit alloué à une expertise complète et sérieuse de l’église et de ses annexes, à la réhabilitation du presbytère et du clocher, et à la dépose par l’intérieur des cloches pour restauration. Nous avons besoin de votre soutien. Signez la pétition, relayez-la, rejoignez-nous ! Saint-Nicaisement vôtre, La Boise de Saint-Nicaise La Boise de Saint-Nicaise est une association loi 1901 œuvrant pour la sauvegarde, la valorisation et la reconversion concertée de l’église Saint-Nicaise et de ses annexes. Page FacebookSite Internet

Association loi 1901, "La Boise de Saint Nicaise"
878 supporters
Decision maker responded 2 months ago

Petition to Saint-Bris Bailly Patrimoine

Saint-Bris-le-Vineux : Sauvegarde du Parc Champêtre et le maintien des écoles au Château

Commune de SAINT BRIS LE VINEUX 89530 PÉTITION POUR LA SAUVEGARDE DU PARC CHAMPÊTRE ET LE MAINTIEN DES ECOLES AU CHÂTEAU L’ASSOCIATION SAINT BRIS BAILLY PATRIMOINE DEMANDE :  LE CLASSEMENT DU PARC CHAMPÊTRE EN ZONE BOISÉE PROTÉGÉE Le parc champêtre est le seul parc public arboré communal. A cet emplacement était édifié le FORT THOMAS. Des vestiges de remparts et un puits sont présents. Ce lieu est un pâtis avec de très beaux  arbres centenaires. C’est un lieu de rencontre où se tiennent des fêtes communales. C’est un lieu d’accueil pour les familles, il est équipé de jeux pour les enfants. La place des Marronniers adjacente au Parc Champêtre permet le  stationnement de bus, des  rassemblements automobiles, de motos. Son aménagement doterait facilement Saint Bris d’une entrée de ville commode et visible. C’est un espace naturel indispensable à l’accueil touristique et associatif. LE MAINTIEN DES ECOLES AU CHÂTEAU ET LEUR MISE AUX NORMES Nous avons une école pas comme les autres avec un charme et une histoire qui mérite respect. Les écoles au centre du village, c’est la vie, l’assurance d’une surveillance, une sécurité facile à assurer, la rencontre des enfants avec les habitants. Le château mérite des aménagements sans grande complexité pour sa mise aux normes. Éloigner les écoles de la Mairie et de l’Église correspond à couper les enfants de l’activité du village.  C’est un grand risque pour les touristes de voir un Château vide et abandonné pendant plusieurs années.      

Association Saint-Bris Bailly Patrimoine
44 supporters