Topic

patrimoine culturel

6 petitions

Update posted 6 months ago

Petition to Monsieur Emmanuel Macron Président de la République, Madame Françoise Nyssen Ministre de la Culture, Monsieur Renaud Muselier Président de la Région PACA, Madame Martine Vassal Présidente du Département des Bouches du Rhône, Monsieur Jean-Claude Gaudin Maire de Marseille

Urgent: Sauvetage et préservation de la carrière antique de la Corderie à Marseille

Le 13 juillet 2016, la Ville de Marseille signe la vente du terrain situé au boulevard de la Corderie chez Me Durand notaire la cession à Vinci en toute propriété des parcelles 217 & 218 pour 3.360.000€.Sauf que l'immeuble supprime la sortie de secours de l'école communale mitoyenne, Lors de la séance du 7 octobre 2013 du conseil municipal, l'acquisition d'un lot de l'immeuble auprès de Adim PACA (Vinci) est alors validée pour 920 920 € TTC. à laquelle il faut ajouter les frais de notaires, soit 1 013 000 € environ  360 000 € euros pour inclure la nouvelle sortie de secours et un ascenseur.La Mairie de Marseille et Vinci était au courant depuis 2002 suite à des sondages qu'il y avait une carrière enterrée, et l'ont caché jusqu'à ce que le journal la Provence révèle l'information le 31 août 2017.Le 16 juin 2017 ont pris fin les fouilles préventives de l'INRAP ayant duré seulement 2 mois sur le site archéologique de la Corderie à Marseille (France) Quartier St Victor dans le 7éme arrondissement.Ces fouilles ont mis à jour la plus vieille carrière de Gaule et parmi les plus vieilles carrière de toute la Méditerranée dixit Jean-Claude Bessac spécialiste des carrières antiques . Elle a au moins 2600 ans et a été créée par les phocéens (grecs) lors de la naissance de Massalia, Cette carrière a fait Massalia.Il y a eu 3 périodes d'exploitation: une première du début du VIe siècle avant J-C voire avant jusqu'au Ve siècle avant J-C, la période hellénistique puis au IIe siècle avant J-C et la dernière période romaine. C'est un calcaire inconnu et unique qui s'est formé dans le lit d'une rivière il y 26 millions d'année selon Michel Villeneuve géologue.De plus il y a à l’arrière du site le mur des remparts construits sous Louis XIV.Ce site dans son ensemble a une esthétique exceptionnelle et un côté grandiose qu'il faut absolument conserver en plus de ses qualités historiques et patrimoniales exceptionnellesDepuis sa mise à jour il est propriété de l’État qui peut le classer dans son intégralité et dédommager le propriétaire du terrain. Courant juillet Madame Françoise Nyssen Ministre la Culture a dit qu'elle avait l'intention de classer 635m² de la parcelle qui fait environ 4200 m² et sa position n'a pas évolué depuis . Vinci immobilier a un projet d'une barre d'immeuble de 102 m de long 8 étages avec 'un parking souterrain de 3 étages. Étrangement Monsieur Xavier Delestre ( Conservateur à l'archéologie DRAC PACA ) a décidé que le secteur devant être conservé ayant un intérêt s'arrêtait pile le long de la limite d'implantation du parking souterrain de l'immeuble et rien comme cela ne justifiait la modification du permis de construire l'immeuble délivré avant la mise à jour des vestiges.. Cet avis est très fortement contesté par de très nombreux archéologues et géologue indépendants c'est à dire qu'ils ne travaillent pas ou plus pour le ministère de la Culture ni organismes affiliés. Tous sont pour la conservation en intégralité de carrière antique. Et disent qu'il est nécessaire de tout conserver, car la numérisation et la conservation de seulement 635m² ne suffisent pas pour son étude et pour les générations futures . Détruire une partie de cette carrière c'est comme enlever irrémédiablement 80 % de ce livre ouvert sur le passé, Cela est irremplaçable, les traces des outils des ouvriers grecs et romains doivent être vus en réel et non sur un écran..Mais aussi des architectes et les marseillais mais aussi bien au delà. sont pour sa conservation dans son ensemble . Vinci ,ni les institutions ne consultent les habitants de Marseille au sujet de cet élément du Patrimoine et de l'Histoire qui est en particulier ceux de leur cité de 2600 ans. Ils sont révoltés par ce choix ministériel, ainsi que par le choix du Maire de Marseille de ne pas conserver la partie exclue du projet classement .De plus c'est un attrait supplémentaire pour les visiteurs de Marseille. Ce n'est plus une affaire marseillaise. Mondialement les scientifiques et la presse s'intéressent à ce site, mais aussi de simples citoyens. Ils s'étonnent comme les français de du choix fait par les institutions choix du profit à court terme d'un promoteur passe avant l'intérêt universel. Et qui aura pour conséquence la destruction d'une partie la mémoire de bases de notre civilisation . Nous signataires de cette pétition exigeons que la carrière antique grecque mise à jour soit intégralement conservée intacte,qu'elle soit classée monument historique, car c'est un élément du Patrimoine et de l'Histoire de l'Humanité. Nous demandons aussi qu'un colloque soit organisé avec des scientifiques indépendants et que l’accès au terrain leur soit autorisée pour leur permettre des études plus approfondies du site , ainsi que plus de concertation avec les défenseurs de ce patrimoine et les habitants de Marseille. Nous demandons que ce site soit ouvert à la visite du public découvert de tous tissus, car il n'y a eu aucune ouverture aux visites du public depuis sa mise à jour; que des expositions soient faites sur le sujet ainsi que des journées d'informations par les archéologues ayant fouillé ce site.. Nous demandons qu'ils soient consultés sur le devenir de ce terrain s'ils veulent un musée , ou un mix immeuble musée. Que dans l'attente ce terrain soit immédiatement gelé actuellement paradoxalement ce n'est pas le cas des travaux ayant lieu sur le terrain, que Vinci en évacue tous les engins et ouvriers. Le temps d'étudier et de choisir la solution la plus adaptée à ce site archéologique et à sa bonne conservation dans le temps, il faut que ce site soit couvert et ait une ventilation adaptée car ce calcaire est fragile. S'il est laissé à l'air libre exposé aux intempéries combinées à la pollution, le site tombera au bout de 10 à 15 ans environ en poussière selon les scientifiques. Le temps de trouver aussi les divers partenaires et financeurs publics (État, région,département, Métropole mairie) et privés du projet. Il est impératif de prendre le temps et à associer notamment les habitants de Marseille ( pas seulement 3 personnes comme actuellement, mais aussi des scientifiques indépendants à trouver la meilleure solution. Des réunions publiques ouvertes à tous soient aussi organisées et non pas à huis clos comme cela a été le cas jusqu'à présent. Nous demandons une meilleure gestion de ce dossier et être entendus et consultés par les diverses institutions, car jusqu'à présent elle a été déplorable et met en danger ce Patrimoine inestimable de l'Humanité.Il faut que soit mis fin à ce déni de démocratie. Pour plus d'infos et suivre l'actualité concernant le site archéologique www.pourleclassementdusitearcheologiquedelacorderie.com https://www.facebook.com/PourleclassementdusitearcheologiquedelaCorderie/ https://vimeo.com/220775916 Urgent: Rescue and preservation of the antique quarry of La Corderie in Marseille On July 13, 2016, the City of Marseille signs the sale of the land located at the Boulevard de la Corderie at Me Durand notary the sale to Vinci in full ownership of parcels 217 & 218 for € 3,360,000. Except that the building removes the exit relief of the joint municipal school, At the meeting of October 7, 2013 of the city council, the acquisition of a lot of the building from Adim PACA (Vinci) is then validated for 920 920 € TTC. to which must be added the notary fees, ie € 1,013,000 € 360,000 euros to include the new emergency exit and a lift. The Marseille City Council and Vinci knew since 2002 following surveys that there had a buried career, and hid it until the newspaper Provence reveals the information on August 31, 2017.On June 16, 2017, INRAP's preventive excavations, which lasted only 2 months, ended the archaeological site of La Corderie in Marseille (France) Quartier St Victor in the 7th arrondissement.These excavations have uncovered the oldest quarry in Gaul and among the oldest quarries in the Mediterranean, according to Jean-Claude Bessac, a specialist in ancient quarries. She was at least 2600 years old and was created by the Phocaeans (Greek) at the birth of Massalia, This career made Massalia.There were 3 periods of exploitation: a first from the beginning of the 6th century BC to the 5th century BC, the Hellenistic period then to the 2nd century BC and the last Roman period. It is an unknown and unique limestone that formed in the bed of a river 26 million years ago according to Michel Villeneuve geologist.In addition there is at the back of the site the wall of the ramparts built under Louis XIV.This site as a whole has an exceptional aesthetic and a grandiose side that must absolutely be preserved in addition to its exceptional historical and heritage qualitiesSince its update it is property of the State which can classify it in its entirety and to compensate the owner of the ground. During July Mrs Françoise Nyssen Minister of the Culture said she was planning to classify 635m² of the plot which is about 4200 m² and its position has not changed since. Vinci real estate has a project of a building bar of 102 m long 8 floors with 'an underground parking of 3 floors. Strangely Mr. Xavier Delestre (Curator of archeology DRAC PACA) decided that the sector to be preserved having an interest stopped right along the limit of implantation of the underground parking of the building and nothing that justified the modification of the building permit issued prior to the update of the remains.This opinion is strongly contested by many archaeologists and independent geologists that is to say they do not work or more for the Ministry of Culture or affiliated organizations. All are for conservation in full antique quarry. And say it is necessary to keep everything, because the digitization and conservation of only 635m² are not enough for his study and for future generations. Destroying part of this career is like removing irremediably 80% of this book open on the past, This is irreplaceable, the traces of the tools of the Greek and Roman workers must be seen in real life and not on a screen ..But also architects and Marseille but also beyond. are for its conservation as a whole. Vinci, or the institutions do not consult the inhabitants of Marseille about this element of Heritage and History which is particularly those of their city of 2600 years. They are revolted by this ministerial choice, as well as by the choice of the Mayor of Marseille not to keep the excluded part of the project classification.In addition it is an additional attraction for visitors to Marseille. This is no longer a Marseilles affair. Globally scientists and the press are interested in this site, but also ordinary citizens. They are astonished as the French of the choice made by the institutions choosing the short-term profit of a promoter passes before the universal interest. And which will result in the destruction of some of the basic memory of our civilization. We signatories of this petition demand that the updated Greek antique quarry be fully preserved intact, be it a historical monument, as it is an element of the Heritage and History of Humanity. We also request that a symposium be organized with independent scientists and that access to the land be authorized to allow them to further study the site, as well as more consultation with the defenders of this heritage and the inhabitants of Marseille. We ask that this site be open to the public discovery of all tissues, because there has been no opening to public visits since its launch up to date; that exhibitions are made on the subject as well as information days by archaeologists who searched this site .. We ask that they be consulted on the future of this land if they want a museum, or a mix building museum. That while waiting this ground is immediately frozen nowadays paradoxically it is not the case of the works taking place on the ground, that Vinci evacuates all the machines and workers. The time to study and choose the most suitable solution for this archaeological site and its good conservation over time, it is necessary that this site is covered and has a suitable ventilation because this limestone is fragile. If left in the open air exposed to the weather combined with pollution, the site will fall after about 10 to 15 years in dust according to scientists. The time also to find the various partners and public financiers (State, region, department, Metropolis town hall) and private project. It is imperative to take the time and to involve especially the inhabitants of Marseille (not only 3 people as currently, but also independent scientists to find the best solution.) Public meetings open to all are also organized and not in camera as this has been the case so far.We are asking for a better management of this file and be heard and consulted by the various institutions, because until now it has been deplorable and endangers this inestimable heritage of humanity. must end this denial of democracy. For more information and follow the news about the archeological site www.pourleclassementdusitearcheologiquedelacorderie.com https://www.facebook.com/PourleclassementdusitearcheologiquedelaCorderie/ https://vimeo.com/220775916

louis ALESANDRINI
2,230 supporters
Started 7 months ago

Petition to l'opinion publique

#ConcreteParisSupport

[ENGLISH VERSION BELOW] Cela fait plusieurs semaines que nous travaillons avec ce lourd poids sur les épaules, mais nous avons finalement décidé de le rendre public car vous êtes finalement aussi impliqué.e.s que nous dans cette grande aventure qu'est Concrete. Après 7 ans d'exploitation de la barge dans laquelle réside notre club, nous nous retrouvons menacé.e.s par les propriétaires d'être expulsé.e.s pour des raisons qui restent obscures. Mais tout risque de s'arrêter brutalement et voici pourquoi. Concrete est installée sur une barge ‘’Le Ponton la Rapée’’ sur la Seine, amarrée au Port de la Rapée dans le 12èmeà Paris. Depuis 2012, l’agence Surpr!ze, au travers de la ‘’SAS Le Ponton’’, loue cette barge à la société ‘’Bateau de Paris-Ile-de-France’’ (BPIF), pour exploiter les évènements Concrete. Par une première convention datée du 20 décembre 2012 et conclue pour une période expirant le 31 mars 2018, la société BPIF avait accordé à la ‘’SAS Le Ponton’’ l’aménagement et l’exploitation de la barge pour lancer l’histoire de Concrete.En 2015, la dirigeante de la société BPIF a fait part de sa volonté de céder sa société et nous avons fait part de notre intérêt pour ce rachat. Pour garantir, à Concrete, de pouvoir poursuivre son développement sur le long terme, un projet de développement porté conjointement par la société BPIF et la société exploitante de Concrete, a permis que soit accordée par ‘’Ports de Paris Haropa’’ une nouvelle autorisation d’occupation du domaine public (valable jusqu’au 31 décembre 2035). Dans ce cadre, la société exploitante de Concrete (sous-occupant agréé), s’est d’ailleurs portée garante solidaire du paiement des redevances au titre de l'occupation du domaine public. Mais une fois la nouvelle autorisation d’occupation du domaine public délivrée par ‘’Ports de Paris Haropa’’ grâce, en grande partie, au projet de Concrete, la société BPIF s'est mise à imposer des conditions financières démesurées à la société exploitante de Concrete. Afin de préserver l’activité de Concrete et tous les emplois liés, une nouvelle convention d’exploitation de la barge et beaucoup plus contraignante que la précédente, a néanmoins été conclue jusqu’au 31 janvier 2019 avec la société BPIF.  Le 26 décembre 2018, la société exploitante de Concrete adressait à la société BPIF une promesse d’achat conforme aux exigences préalablement posées par la société BPIF. Mais contre toute attente, cette offre d’achat a été rejetée sans explication par la dirigeante de la société BPIF, qui parallèlement a refusé le renouvellement de l’exploitation des évènements Concrete après le 31 janvier 2019, sans aucune information préalable, sans aucune explication, sans aucun dédommagement. C’est dans ces conditions que la société BPIF a fait délivrer, le 11 février 2019, une sommation de quitter les lieux sous 15 jours. Malgré tous les efforts pour tenter une négociation avec l’aide d’un conciliateur, la société BPIF a invariablement refusé toute discussion.Toujours avec la même volonté de précipiter le départ et le démontage des installations de Concrete, la société BPIF prétexte aujourd'hui de devoir effectuer en urgence une révision technique de la barge, alors que celle-ci possède toutes les autorisations lui permettant d’accueillir du public jusqu’au 31 juillet 2019. Quelle est la motivation cachée de ce revirement de la société BPIF, qui a pour unique objectif de faire disparaître Concrete en espérant sans doute récupérer une partie de sa clientèle ? Nous sommes déterminé.e.s à lutter contre la décision incompréhensible de la société BPIF et à contester la manière dont elle procède pour expulser Concrete. Nous recevons face à cette situation de nombreux messages de soutien, ceux de la Maire de Paris, Anne Hidalgo et de Frédéric Hocquard, Adjoint à la Maire de Paris chargé de la vie nocturne et de la diversité de l'économie culturelle nous touchent particulièrement. « Le succès de votre établissement, c’est aussi le succès de la reconversion des berges de Seine : en attirant les nombreux amateurs de musique électronique sur le pont de votre péniche, vous participez au dynamisme du quai de la Rapée, devenu nouveau lieu de rencontre et de sociabilité des parisiennes et des parisiens. Votre participation à la Charte des usages du Port Austerlitz / La Râpée  marque votre engagement pour une vie nocturne partagée entre établissements festifs et riverains. Pour toutes ces raisons, sachez que la poursuite de CONCRETE sur le quai de la Râpée m’est chère autant qu’elle l’est pour de nombreux parisiens. » Anne Hidalgo« Concrete est un des principaux clubs qui animent et font rayonner la nuit parisienne. Que ce soit à travers sa programmation de live et de DJs où son dynamisme créatif, cet établissement nocturne participe énormément au renouvellement de la scène et de la vivacité et la diversité de la nuit parisienne : il accueille un public jeune et varié ainsi que les plus grands noms des musiques électroniques parisiens français et mondiaux. En quelques années, ce lieu est devenu un des cœurs de la musique techno et du renouveau de la nuit parisienne. Il ne doit pas cesser de battre. » Frédéric Hocquard La bataille commence pour préserver Concrete sur la carte des nuits Parisiennes et pour que la culture musicale que nous partageons avec vous toutes et tous puisse continuer à s’exprimer en toute liberté.   Nous avons besoin de votre soutien afin de prouver que Concrete compte, que la musique électronique compte, que la nuit parisienne compte, et que nous savons le prouver ensemble à ceux qui pourraient croire le contraire. Rejoignez-nous et partagez la pétition en utilisant le hashtag #ConcreteParisSupport dans vos posts.  Merci.  ENGLISH VERSION Paris is at risk of being deprived of the rich and dynamic Electro events that Concrete has been organising since 2012.  Considered as one of the best clubs in the world, many articles have been written about this venue since 2012 - in both specialised and generalist press, celebrating the success and initiatives of Concrete. Much has been written about the revitalisation of Parisian nightlife, in which Concrete has become emblematic, with no boundaries to its success. Indeed, Paris is now in the same ring as other European capitals. However, there is a chance that everything will be stopped in its tracks. Indeed, Concrete is established on a barge called "Le Ponton la Rapée" on the River Seine, docked at Port de la Rapée in the 12th district of Paris. Since 2012, through the "SAS Le Ponton" the Agency Supr!ze, has rented this barge from the company ''Bateau de Paris-Ile-de-France" (BPIF), to hold events run by Concrete.  Through an initial agreement dated 20 December 2012, which was concluded for a period ending on 31 March 2018, the company BPIF granted "SAS Le Ponton" the contract to decorate and operate the barge, which launched the story of Concrete.  In 2015, the company BPIF's director expressed her intentions to sell her company. With a view to developing an extensive offer on Port de la Rapée, the Chairman of the agency Surpr!ze expressed his interest in buying the company.  To ensure that Concrete is able to continue its long-term development, a development project jointly run by the company BPIF and the Concrete’s operating company enabled "Ports de Paris Haropa" to grant a new authorisation for the use of public land (valid until 31 December 2035). Under this agreement, the Concrete’s operating company (accredited sub-tenant), also undertook to be a first-call guarantor for the payment of fees for the use of public land.  However, once the new authorisation to use public land was issued by "Ports de Paris Haropa," which, is largely thanks to Concrete’s project, the company BPIF began to impose unreasonable financial conditions on the Concrete’s operating company. In order to preserve Concrete's business and all related jobs, a new operating agreement of the barge, which is much more binding than the first, was nevertheless reached with the company BPF until 31 January 2019. On 26 December 2018, the Concrete’s operating company sent the company BPIF a purchase promise that met the requirements that had been previously set by the company BPIF. However, contrary to all expectations, this purchase offer was rejected by BPIF's director, without any explanation, who similarly refused to renew the operation of events by Concrete after 31 January 2019, without any prior information, explanation or compensation.  It is in these conditions that the company BPIF issued a summons by bailiff, on 11 February 2019, ordering Concrete to leave the premises within 15 days. Despite all efforts to try to negotiate, the company BPIF invariably refused all discussions.  Still, with the same intention to accelerate Concrete’s departure and dismantle its fittings, the company BPIF currently claims that it has to urgently conduct a technical renewal of the barge, while it actually has full authorisation to welcome members of the public until 31 July 2019.  What is the hidden motivation behind this change of opinion by the company BPIF, whose sole aim is to destroy Concrete, obviously hoping to win over some of its clientele? We are determined to fight against BPIF's incomprehensible decision and to challenge the way in which it is proceeding to expel Concrete.  Faced with this situation, we have received a number of messages of support. In particular, the message from Frédéric Hocquard, Deputy Mayor of Paris, who is responsible for nightlife and the diversity of the cultural economy, touched us: "Concrete is one of the main clubs that animates and really lights up Parisian nightlife. Whether through its schedule of concerts and DJs, or its creative dynamism, this nightspot participates enormously in the innovation of events, along with the vivacity and diversity of Parisian nightlife: it welcomes a young, diverse public, as well as some of the biggest names of French and world electronic music in Paris. Moreover, Concrete actively supports the regulatory work that the City has been implementing. For example, it has been one of the main establishments behind the signature of the Charter of noise reduction that was signed on 24 April 2019, between the clubs and inhabitants of quai de la Rapée. In just a few years, this place has become one of the hearts of techno music and the revival of Paris nightlife. This heart must not stop beating." FH  The battle is now beginning to keep Concrete on the scene of Parisian nightlife and to ensure that the musical culture that we share with all of you can continue to be expressed in full. We need your support. We need your support to prove that Concrete matters, that electronic music counts, that Parisian nightlife counts, and that we know how to prove it together to those who might believe otherwise. Join us and share the petition while using the hashtag #ConcreteParisSupport in your posts.  Thank you. 

Concrete
21,955 supporters
This petition won 2 years ago

Petition to M. Eric Lejoindre

Sauvons La Place du Tertre

  Sauvons la place du tertre! Les artistes de la Place du Tertre à Montmartre protestent depuis le 16 décembre 2017, contre un nouveau projet d'aménagement de la place présenté par la Mairie du 18ème arrondissement. Ils contestent un projet mené sans concertation qui selon eux, sacrifie la nature historique du site (nivellement de la place, alignement des rues, modification du pavage), et qui continue de céder 80 pour cent de la place aux seules terrasses des restaurateurs. Les artistes réclament un moratoire immédiat sur le début des travaux prévus le 8 janvier, et la tenue d'une nouvelle concertation publique incluant riverains, commerçants, Mairie du 18eme et artistes. Ils demandent à Madame le Maire de Paris d'organiser une médiation concertée entre chacune des parties. Je soutiens les artistes dans leur action. Facebook: Place du Tertre en Danger Save Place du Tertre in Montmartre Since the 16th of december, artists place du tertre in paris montmartre, are protesting about the new project of construction inside the square presented by the cityhall of paris. They were not aware about this project before. There is no option for them. They consider this project will destroy the historical, cultural heritage of France...80 percent of the square is invade by a gigantic commercial display of the restaurants. The artists wants an immediat moratorium because the constructions starts on the 8th of january 2018, in a few days!They ask to the mayor of paris à new mediation between each sides... I support the artists. Facebook: place du tertre en danger    

Place du Tertre en Danger
5,251 supporters
This petition won 2 years ago

Petition to Luc Fortin

Save the Sainte-Anne-de-Beaupré Cyclorama. Prevent Its Dismantling

Sauvons le Cyclorama de Sainte-Anne-de-Beaupré! *Pour le français, voir plus bas.* The Cyclorama of Jerusalem, standing in Sainte-Anne-de-Beaupré, near Québec city, is in great danger. This exceptional nineteenth century circular panorama – a vast immersive painting, of which fewer than fifteen others survive worldwide – has been put up for sale by the family that has been operating it as a tourist attraction for many years. Moving this massive work of art, which covers over 17,000 square feet and depicts Jerusalem at the moment of the Passion of Christ, would greatly compromise its integrity, as it would force any buyer to break the century-old symbiotic relationship with the rotunda that houses it. It would also bring about the tragic loss of a key moment in the history of visual culture in Québec. Inspired by the work of celebrated German panorama makers, conceived in New York City, and first exhibited in Montreal between 1889 and 1894, the Cyclorama of Jerusalem arrived in Sainte-Anne-de-Beaupré in the late nineteenth century. Since then, it has awed millions of visitors with the quintessentially modern perceptual experience it offers. Brought to Quebec before the advent of illustrated newspapers or cinema, the Cyclorama introduced generations of visitors to experiences that we know today as hyperrealism, immersion, and virtual reality, which would be developed much later in the displays of Expo 67 (Labyrinthe), in Imax, and the Société des arts technologiques (Montréal). We appeal to the Ministère de la Culture du Québec to ensure its preservation as a key monument for Québec and Canadian culture and for the world's experience of early modern media. Le Cyclorama est à vendre. S'il était vendu et démantelé, ce serait une catastrophe, une véritable honte. Ce panorama circulaire, qui serait le plus grand du 19e siècle, est le seul encore existant au Canada. Il s’agit d’une toile géante installée dans une rotonde, représentant Jérusalem et la Passion du Christ. Alors que les panoramas vivent un nouvel âge d’or (Rouen vient d’en ouvrir un) et qu’ils intéressent de plus en plus les chercheurs et les amateurs, il faut sauver ce trésor national et international.             Dans le monde, il ne reste qu’une douzaine de panoramas géants du 19e siècle. Le Québec a la chance d’en avoir un, et l’un des plus beaux. Il ne reste aucun des nombreux panoramas que comptait la France. Alors qu’il y en avait des dizaines à l’époque, on n’en trouve plus que trois complets en Amérique du Nord (Gettysburg, Atlanta et Québec, à Sainte-Anne-de-Beaupré). Aux États-Unis, les deux derniers panoramas sont considérés à juste titre comme des « American treasures ». Au Québec, va-t-on laisser perdre ce précieux témoin du passé? Il faut que ce patrimoine collectif soit racheté par l’État à un prix juste et raisonnable. Eu égard au devoir de mémoire, les Québécois doivent prendre conscience de la perte irrémédiable que constituerait le démantèlement du Cyclorama. J’en appelle donc au Ministère de la Culture pour qu’il soit classé monument historique, maintenu sur son site et mis en valeur.

Jean-Pierre SIROIS-TRAHAN
452 supporters