Topic

médias

7 petitions

Update posted 5 months ago

Petition to Franck Riester, Fabrice Fries

Pour une information de qualité, préservons l’emploi à l’AFP !

Créée à la Libération sur les fondations de la plus ancienne agence de presse au monde, l’Agence France-Presse (AFP) est aujourd’hui l’une des trois grandes agences mondiales d’information, la seule francophone, avec son siège à Paris. Elle porte un regard singulier sur le monde, différent de celui de ses deux concurrentes anglo-saxonnes, AP et Reuters. Grâce à son réseau international, elle est présente là où ses clients — journaux, radios, télévisions, sites internet — ne peuvent souvent pas, ou plus, l’être. L'AFP, c'est une présence dans 150 pays, six langues de diffusion, tous les métiers du journalisme (texte, photo, vidéo, infographie, web...) et une « mission d’intérêt général » pour laquelle l’Etat français lui apporte son soutien. Une aide financière qui reste minoritaire dans le chiffre d’affaires de l'Agence et qui est accordée dans le respect de son indépendance éditoriale, garantie par son statut. Malgré un grand effort de maîtrise des coûts au cours des dernières années, l'AFP se retrouve dans une situation financière alarmante, alors que son environnement commercial est de plus en plus difficile. Pour faire des économies, le PDG de l’Agence, Fabrice Fries, vient d’annoncer un plan de départs qui devrait entraîner la suppression nette d’une centaine de postes (journalistes, personnels techniques et administratifs). Ce projet risque d’affaiblir durablement la couverture de l'actualité en France, où l’AFP est réputée pour son expertise, mais aussi dans le monde puisque le réseau d’expatriés — une richesse pour l’Agence — et les effectifs locaux dans les bureaux à l'étranger ne seront pas épargnés. Le personnel technique et administratif est particulièrement touché, avec un risque d’externalisation de certains services. Cette réduction de voilure est un non-sens à l’heure où le citoyen attend beaucoup des médias, de leur fonction démocratique, de leur contribution au débat public dans de nombreux pays. L’AFP, à cet égard, a de grands atouts à faire valoir en défendant le journalisme de terrain, en développant ses moyens de lutte contre la désinformation, en recherchant une information « complète », « exacte », « impartiale » et « digne de confiance » (articles 1 et 2 de son statut). Cette ambition n'a pas de prix mais a un coût. Et c’est cela que l’Etat doit accompagner dans les prochaines années, par une contribution financière à la hauteur des enjeux, plutôt que la perte nette d’une centaine d’emplois. *** For high-quality news content, save jobs at AFP! Created at the Liberation of France on the foundations of the oldest news agency in the world, Agence France-Presse (AFP) is today one of the three biggest news agencies in the world. With its headquarters based in Paris, it is the only French-speaking one. It offers a unique view of the world, different from that of its two Anglo-Saxon competitors, AP and Reuters. Thanks to its extensive international network, it is present where its clients- newspapers, radio, television, websites - often cannot, or can no longer, be. AFP has a presence in 150 countries, broadcast in six languages, spanning all journalism professions (text, photography, video, graphics, web...) and a "mission of general interest", supported by the French government. This financial assistance represents less than half of the Agency's revenue and is granted in compliance with its editorial independence, which is guaranteed by its unique status. Despite a major effort to control costs in recent years, AFP finds itself in an alarming financial situation, while its commercial environment is increasingly difficult. To save money, the Agency's CEO, Fabrice Fries, has just announced a departure plan that is likely to result in the net loss of around 100 jobs (journalists, technical and administrative staff). This project risks permanently weakening news coverage in France, where AFP is renowned for its expertise, but also globally since the network of expatriates – a valuable resource for the Agency - and the local staff in overseas offices will also be impacted. Technical and administrative staff are particularly affected, with the risk of outsourcing some services. This reduction in coverage is senseless at a time when people expect a lot from the media, from its democratic function, from its contribution to public debate in many countries. In this respect, AFP has great assets to promote by defending journalism in the field, developing its means of combating misinformation, and seeking information that is "complete", "accurate", "impartial" and "trustworthy" (as cited in Articles 1 and 2 of its Statute). This objective is invaluable but carries a cost. And this is what the French government must support in the coming years, through a financial contribution commensurate with the challenges ahead, rather than the loss of a hundred or so jobs.  

syndicats SNJ, FO, CFDT de l'AFP
1,995 supporters
Update posted 8 months ago

Petition to Delphine Ernotte, Gilles PELISSON, Alain Weill, Laurent Guimier, Nicolas de Tavernost, Patrick Apel-Muller, Alexis BRÉZET, Luc Bronner, Laurent Joffrin, Edwy Plenel, Sibyle Veil, Thomas Bauder, Dominique Nora, Anne Rosencher, Etienne Gernelle, Natacha Polony, Vincent Beaufils, Nicolas Barré, Donald Tusk, Jean-Claude Juncker, Antonio Tajani, Manfred Weber, Udo BULLMANN, Syed Kamall, Guy Verhofstadt, Gabriele Zimmer, Rebecca Harms, Philippe Lamberts, Nigel farage, Marcel de Graff, Nicolas Bay

Une information européenne pour une démocratie européenne !

En 1979, lors de la première élection du Parlement Européen au suffrage universel, 69 % des électeurs se sont déplacés pour voter. En 2014, ils n’étaient plus que 43 % à le faire. Cette chute est notamment due au manque d’information sur la politique européenne. Selon le dernier Eurobaromètre consacré aux médias, 57 % d’Européens se sentent mal informés sur la politique européenne et ce taux monte à 73 % pour les Français ! Or comment participer au choix démocratique sur quelque chose qui n’est presque jamais raconté, expliqué ou même débattu dans les médias ? Une étude menée entre janvier 2012 et mars 2016 sur des journaux télévisés de 6 pays (dont le journal, de TF1 pour la France) concluait que seuls 3 % de ces émissions étaient consacrés à l’actualité de l’Union Européenne ! L’Union Européenne est un acteur essentiel de notre quotidien. C’est l’UE qui garantit notre liberté de nous déplacer d’un pays à l’autre pour travailler, voyager, étudier. Les règles définies au niveau européen affectent les législations de chaque pays membre comme le RGPD européen qui crée le plus haut niveau de protection des données personnelles au monde, ou les directives sur la qualité de l’air ou de l’eau, que chaque pays membre de l’UE doit respecter. Dès lors, il n’est pas acceptable que les enjeux politiques européens ne soient pas traités et décryptés par les médias pour que les citoyens de chaque pays membre puissent s’en saisir et exprimer leur volonté politique par le vote. Il n’est pas acceptable que les citoyens ne puissent pas savoir quelle force politique européenne a voté quoi, et ne puissent pas demander des comptes à leurs représentants par rapport à leur action politique européenne. Il n’est tout simplement pas acceptable que dans notre démocratie européenne, les citoyens ne disposent pas d’une information de qualité sur les décisions qui les concernent. C’est pourquoi, en tant que citoyens européens, nous exigeons : 1. Que les médias français consacrent une part plus large de leur antenne et de leurs colonnes aux travaux du Parlement européen, du Conseil des Ministres et de la Commission Européenne. 2. Que les médias français présentent de manière claire les positions prises par les différents groupes politiques au Parlement Européen et par les différents pays au Conseil des Ministres. 3. Que les médias français interviewent et invitent à débattre des responsables politiques européens de toutes sensibilités, de chaque pays, et de chaque institution (Parlement Européen et Commission Européenne). 4. Que les élections européennes soient un moment de débat européen avec une information qui dépasse le cadre national et qui intègre les projets des coalitions européennes, les sondages présentant le rapport de force européen, les têtes de listes susceptibles d’être désignées à la tête de la Commission Européenne. 5. Qu’une chaîne de télévision d’information parlementaire européenne soit créée sur le modèle de LCP et Public Sénat, et diffusée de manière accessible aux citoyens européens, avec des contenus traduits dans les langues des pays membres. Cette pétition sera adressée aux dirigeants des grands médias français ainsi qu'aux Présidents du Conseil Européen, de la Commission Européenne, du Parlement Européen et des principaux groupes parlementaires au sein du Parlement Européen.  Sources :  https://ec.europa.eu/commfrontoffice/publicopinion/index.cfm/ResultDoc/download/DocumentKy/82499  https://www.politico.eu/blogs/on-media/2016/04/donald-tusk-tops-media-ranking-of-eu-non-stars/    

Vincent SZLINGIER
264 supporters
Update posted 4 months ago

Petition to Emmanuel Macron, Françoise Nyssen, ‎Olivier Schrameck, Jean-Michel Blanquer

Films étrangers en VOST, non au doublage

Bonjour, Je m’appelle Delphine Tabaries-Poncet, je suis professeur d’anglais au lycée Jean Moulin à Béziers. J’essaie au quotidien d'aider mes élèves à s'améliorer dans la langue vivante que j’enseigne mais avec deux ou trois heures de cours par semaine ce n'est pas suffisant. J'ai lancé une pétition car même si, chaque jour, nous pratiquons la langue de Molière il serait enrichissant de s'ouvrir à d'autres cultures et langues étrangères. C'est pour cela que je propose que tous les films étrangers soient diffusés en version originale sous-titrée en français (VOSTFR). Nous écoutons déjà beaucoup de chansons qui viennent d'autres pays et que l'on peut entendre dans la langue d'origine, alors pourquoi ne pas faire la même chose avec les films ? Cela vous semblerait-il aberrant d'écouter une chanson d'un artiste étranger et de regarder un clip où on le verrait bouger les lèvres avec un doublage et une traduction en français ? Si la réponse est oui et que cela vous fait sourire, pourquoi ne pas avoir la même chose pour les films ? Il est grand temps d'évoluer et de renoncer à doubler les films étrangers car cela: Enlève la possibilité d'apprécier le jeu des acteurs, le son de leurs voix. La traduction du dialogue original ne permet pas d'obtenir un son qui colle aux mouvements des lèvres de l'acteur et les voix utilisées pour le doublage sont souvent très différentes de celles des comédiens originaux. On peut également constater que lorsque les films sont proposés avec un doublage, la logistique ne permet pas que la même voix soit toujours utilisée pour le même acteur. Efface la performance artistique de comédiens qui ont été choisis pour incarner un rôle et qui ont même obtenu des récompenses pour leur prestation. Pose des problèmes de fidélité à l'intrigue originale, notamment lorsque les personnages utilisent plusieurs langues différentes, dont celle du doublage. Le spectateur ne peut pas se rendre compte si le dialogue initial intègre des répliques en français car comme le film est déjà traduit en français et qu'il est donc utilisé par tout le monde, cela annule ces éléments du scénario. Les films proposés en VOST, à la télévision ou au cinéma, sont encore trop rares et lorsque c'est le cas, les sous-titres s'affichent toujours avant que l'acteur parle ce qui peut "gâcher" l'intrigue du film car on sait ce qui va se passer avant même que l'acteur ouvre la bouche. De plus, nous pouvons constater que dans les sous-titres, la traduction ne respecte pas la subtilité du dialogue et c'est un point qu'il faudrait également améliorer. Le jeune public est mis de côté car AUCUN dessin animé, film d'animation n'est proposé en VOST. C'est également la même chose pour des films qui sont jugés comme étant destinés "à des enfants". Or, c'est dès le plus jeune âge, que l'exposition à d'autres langues pourrait permettre une meilleure assimilation de celles-ci. On dit que les français ont des problèmes avec les langues étrangères mais c'est parce qu'ils n'ont pas la possibilité de les entendre assez régulièrement. Regarder des supports audiovisuels étrangers en VOST permet d'améliorer considérablement la compréhension orale tout en se divertissant. Il y a de nombreux pays où les films ne sont pas traduits et diffusés dans leur version originale avec des sous-titres et le niveau en langue est nettement supérieur au notre. A quand notre tour ? Pour faire bouger les choses je vous invite à signer et partager cette pétition pour qu'un jour la VOST ne soit plus une option mais une opportunité pour tous.

Delphine TABARIES-PONCET
33,655 supporters