Topic

libération

2 petitions

Update posted 2 months ago

Petition to Alain Massé

Cameroun ; Réhabilitation et libération de M. Amadou Vamoulké Journaliste et ex-DG CRTV.

Signez cette pétition et rejoignez-nous sur www.facebook.com/VAMOULKE Cameroun : Un innocent est emprisonné illégalement et pris en otage depuis plus de 21 mois et un procès renvoyé à 11 reprises faute de charges crédibles !!! Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas et nous soutenons l'action du COMITÉ INTERNATIONAL POUR LA RÉHABILITATION ET LA LIBÉRATION DE M. AMADOU VAMOULKÉ (CIRLAV). Bien que bénéficiant du statut d’inculpé libre, M. Amadou Vamoulké est emprisonné illégalement depuis plus de 21 mois à Yaoundé, ce qui représente un cas unique dans les annales de la justice camerounaise et une véritable torture morale. Faute de charges crédibles, La prochaine audience est programmée le 10 août 2018 ! Le Comité International pour la Réhabilitation et la Libération de M. Amadou Vamoulké (CIRLAV), le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (REDHAC) et l’Alliance Internationale pour la Défense des Droits et des Libertés (AIDL) dénoncent le procès intenté au Cameroun à l’encontre de M. Amadou Vamoulké, qui transforme un innocent en prisonnier politique. Dernier coup de théâtre : le ministère public a déclaré ne pas être en mesure de présenter un seul témoin pour l'accusation !!! Par ailleurs, l’actuel Directeur général de la CRTV, M. Charles Dongo, a commandité un audit sur la gestion de son prédécesseur. Après avoir échoué à trouver des charges crédibles, les officiers de police judiciaire du TCS ont enquêté sur la base des seules accusations contenues dans le rapport de cet audit. M. Vamoulké et une dizaine de ses anciens collaborateurs ont été convoqués pour une simple confrontation avant d’être orientés - le jour même et dans la précipitation - vers le juge d'instruction, M. BETEA, qui les a immédiatement inculpés pour diverses coactions dans le détournement supposé de 25 milliards FCFA.  Les révélations du journal KALARA (édition du 5 mars) établissent le caractère infondé, voir fantaisiste, des pseudos révélations du rapport d’audit à charge. On y apprend que l’auteur de ce rapport avait été mandaté sans mise en concurrence, qu’il a fondé et dirigé deux sociétés placées en liquidation judiciaire en France, qu’il n’avait que trois années d’expérience et que son C-V fait apparaître de nombreux contrats offerts par la CRTV seulement quatre jours après la remise de son rapport (ces contrats se poursuivent encore aujourd’hui).  Il convient de rappeler que : §  La gestion de la CRTV par M. Vamoulké a fait l’objet d’une quinzaine de missions d’investigation du Contrôle Supérieur de l’Etat (CONSUPE) qui n’ont relevé aucune malversation ou erreur de gestion. §  L’Agence de régulation des marchés publics (ARMP) a décerné à M. Vamoulké le prix du meilleur gestionnaire public après avoir examiné scrupuleusement l’activité de 600 hauts responsables sur le critère du respect des règles de la commande publique. §  M. Vamoulké est emprisonné illégalement car il bénéficie du statut d’inculpé libre. §  Faute de charge crédible, le procès de M. Vamoulké a été reporté à huit reprises consécutives !!!  Après plus de vingt et un mois d’emprisonnement, cette personnalité camerounaise bénéficie d’une vaste campagne internationale de soutien qui associe plus de 1000 personnes dont de nombreux dirigeants internationaux de l’audiovisuel public au premier rang desquels figure M. Hervé Bourges ainsi que les dirigeants actuels ou anciens de TV5 Monde, Radio Canada, Radio France, URTI, RFP et d’autres organismes audiovisuels publics africains (Nigéria, Bénin, Burundi, Tunisie, Tchad, ...). De nombreuses personnalités de la société civile camerounaise (ambassadeur, magistrat, juriste, banquier, entrepreneur, ingénieur, comédien, journaliste, …) ont apporté leur soutien publiquement.  Une majorité de camerounais est convaincue que le Cameroun ne peut se permettre de neutraliser ceux et celles de ses fils et de ses filles qui montrent le chemin vers un avenir où les « bonnes pratiques » feront oublier les pratiques actuelles encore trop souvent basées sur les intérêts personnels et égoïstes.  Les journalistes et les organisations concernées sont invités à dénoncer une mascarade de justice politique dont M. Vamoulké représente un symbole.  Contact et informations pour un soutien financier : vamoulke@vatim.com         Pétition : change.org/p/vamoulke        Facebook : facebook.com/vamoulke Je soutiens le COMITÉ INTERNATIONAL POUR LA RÉHABILITATION ET LA LIBÉRATION DE M. AMADOU VAMOULKÉ 

VATIM
674 supporters
This petition won 6 years ago

Petition to Satyajit Boolell, Antoine Chambon, Jean-François Dobelle, Denis Pietton, Laurent Fabius

Libérez Katia Terminet

Mise à jour du 11 novembre: Les proches de Katia Terminet appellent à un rassemblement devant le ministère des Affaires étrangères à la sortie du métro Invalides à Paris lundi 12 novembre 2012 à 18h. Rendez-vous sur place en noir et avec des bougies pour appeler la diplomatie française à agir pour la libération de Katia Terminet et des autres jeunes françaises détenues à Maurice. Adresse complète: Paris - Quai d’Orday / Ministère des Affaires Étrangères, Paris 7ème Terre Plein n°3 des Invalides, M° Invalides Cliquez ici pour lire la dépêche AFP annonçant le rassemblement. ---- "Je veux mourir, je n'en peux plus". C'est ce que ma nièce Katia, 21 ans, nous a confié au téléphone. Elle croupit depuis plus d'un an dans une prison à l'Île Maurice, pour un délit qu'elle n'a pas commis. Agissons pour qu'elle revoit enfin la lumière du jour. Katia a été arrêtée à l'aéroport mauricien de Plaisance en mars 2011 pour importation de drogue, mais c'est dans la valise de son ex-compagnon que se trouvait le produit illicite. Il a immédiatement avoué et mis Katia hors de cause. Elle est donc emprisonnée de façon abusive et sa santé et son moral se dégradent chaque jour.  Nous avons peu de temps pour agir. Dans quelques jours, la justice mauricienne doit décider du sort de Katia. Signez ma pétition demandant aux autorités mauriciennes et françaises la libération et le rapatriement de ma nièce en France. Si des milliers de personnes signent ma pétition, nous pourrons les convaincre de libérer Katia. Comme d'autres jeunes filles françaises également détenues, Katia est la victime d'un réseau de trafiquants bien organisé entre la France et Maurice, que les autorités n'arrivent pas à éradiquer. Le produit trafiqué est le subutex, substitut à l'héroïne considéré à Maurice comme une drogue. Les passeurs risquent 15 à 20 ans de prison. La détention prolongée de Katia est un problème pour les deux pays qui tiennent à leurs relations étroites. Je suis donc certaine qu'un gigantesque tollé les poussera à mettre fin à cette situation insupportable et aidera les autres filles à sortir à leur tour. Jamais je n'aurais imaginé que ma nièce, jeune fille discrète, se retrouve en prison. J'ai très peur pour elle car elle est affaiblie et souffre de claustrophobie. Après tous ces mois d'attente, notre mobilisation dans les prochains jours est notre meilleur espoir d'obtenir enfin sa libération. Pour cela, j'ai besoin de votre aide. Merci de signer et de diffuser ma pétition. Merci de votre soutien Zora Berrouag -- Plus d’informations dans la presse: article du 4 novembre dans ELLE article du 2 novembre dans L'Express article du 3 août dans Paris Match article du 22 juillet dans Libération Communiqués de presse du Collectif Victimes du Subutex à Maurice Communiqué du 1er août extraits: - "Pourquoi malgré les contrôles effectués à l’embarquement par la sécurité des Aéroports de Paris sur cet axe particulièrement sensible, les bagages contenant ce produit illicite arrivent à passer ? Comment les informations parviennent à la brigade des stupéfiants à Maurice et que les autorités françaises, elles, ne parviennent pas à intervenir avant même le départ des personnes utilisées comme passeuses ? Est-ce bien cela le type de coopération qui devrait prévaloir entre les polices des deux Etats ? - Pourquoi ce produit considéré comme médicament en France et drogue à Maurice, délivré par notre système de santé, n’est-il pas plus sérieusement contrôlé et encadré, en commençant déjà au niveau des laboratoires ? " Communiqué du 2 août

N A
8,835 supporters